Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Pierre (Dieu) le Mer 6 Nov - 22:12

(Ceci se passe 24h après de dernier post de La Médiation Thérapeutique)


C'était Vanessa qui avait eu l'idée. Vanessa avait toujours des idées fabuleuses pour égayer les longs mois d'hiver qu'elle passait à La Marque avec ses collègues. Certaines de ces idées étaient d'ailleurs la raison pour laquelle, malgré cinq ans d'ancienneté, elle n'y travaillait pas en permanence.

Elle était arrivée la veille au soir mais s'était faite alpaguer par son patron lorsqu'elle était passée devant chez lui. Ce n'est donc que le lendemain matin qu'elle rejoignit ses collègues, échangea avec elles les dernières nouvelles et échaffauda le plan qui devrait les tenir occupées pendant la morte saison. L'idée les avait enthousiasmées, toutes autant qu'elles étaient. Elles formaient le public le plus réceptif possible à ce genre de stratagèmes.

Vanessa avait ménagé ses effets et préparé son public. Elle avait un véritable talent de conteuse et un charisme certain. Sans la cicatrice qui lui barrait une partie de la joue gauche, du bord du nez à la commissure des lèvres et sans les deux dents, une canine et une incisive supérieures, qui lui manquaient, elle aurait été aussi très belle. Ces séquelles, elle les devait à son ancien pimp. Le nouveau l'avait sortie de là et avait même réduit le salaud en bouillie à coup de canne. Elle avait réellement, sincèrement l'intention de lui rendre service, de payer un peu sa dette.
Elle avait commencé par "Quand j'étais petite, à Ottawa, il y avait des gens qui étaient venus jouer un pièce de théatre..." et, après bien des palabres, elle avait conclu avec "Of course, pas une mot à Tiger, right?"
avatar
Pierre (Dieu)
Admin

Messages : 219
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur http://ruins.simplygaming.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Mer 6 Nov - 22:33

Tiger retournait à la Marque avec un chaudron plein d'eau chaude.  Les filles avaient été tellement parfaite la veille en la lavant, rhabillant et s'assurant qu'elle boivent qu'elle avait choisi d'être de corvée d'eau pour la toilette.  Si son "expérience éthylique" s'était soldé par un échec, la gentillesse des filles (et de Roméro), leur attentions et bons soins avait bien vite rappelé à la Matrone pourquoi elle avait fait ce choix.   Cela lui avait mis un baume sur le cœur et sur l'âme, elle souriait ce matin, même si elle avait encore un peu mal au crâne.

Un silence tomba sur tout le groupe quand elle entra dans la Marque.  Les filles prirent un air contrit, mais Tiger mis cela sur le fait que d'habitude c'est la charge de quelqu'un d'autre d'apporter l'eau du lavage matinal !

- Voyons les filles, j'ai bien le droit de vous faire une surprise ! Faites pas cette tête là !

Elle posa le chaudron sur la table en poussant un soupir de soulagement.

- Ni froide ni bouillante.  Profitez-en pour vous laver comme il faut !  Et je vais inspecter... les derrières... d'oreilles !
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Jeu 7 Nov - 20:15

Spoiler:
[Comme d'hab, post fait avec qqn, ici un pingouin, nommé Pierre.]

La petite n'avait toujours pas d'appétit lorsqu'elle se dirigea vers la cuisine. Elle appréhendait la réaction d'une certaine personne et une journée durant s'était obstinée à ne pas sortir de son trou, de peur de subir sa mauvaise humeur. Son bon sens avait fini par l'emporter sur sa peur, mais malheureusement, elle et le karma avaient un long historique de 'coïncidences à conséquences fastidieuses' qui avait pour résultat de la mettre dans la pire des situations à tout moment de la journée, sans pré-avis. 
Ce qui fut le cas, ce midi là, puisque non seulement ne croisa-t-elle personne d'autre, mais tomba pile sur Aurélien. 

Celui-ci était simplement venu se chercher un café. En voyant arriver Angela, son visage se rembrunit. Il se tassa cérémonieusement pour la laisser passer en grommelant : "Votre Sainteté..." 

La réplique eut le même effet sur elle qu'une gifle. Non, la douleur d'une gifle, elle, se serait atténuée en peu de temps. 

Angie avait l'imagination fertile et même dans les pires scénarios qu'elle s'était créés, rien ne l'avais préparée à ça. Elle resta sans mots. Ça faisait toujours plus mal lorsque c'était un de vos amis, ou pire, la figure que vous aviez choisie comme mentor qui vous insultait. 
Ses jambes firent quelque chose d'étrange et son pas se ralentit. 

Lui n'avait pas bougé. Il la laissait passer. Qu'elle s'en aille, qu'elle sorte de sa vue. Parce qu'elle avait gagné. Au mépris de tous ses principes, il avait été à deux doigts de lui en coller une. Mais non, elle prenait tout son temps... Angie aurait voulu qu'il y aie un des membres de son équipe près d'elle. 
Ses oreilles changeaient de couleur à la même vitesse que son pouls s'accélérait. Elle était sous le coup d'une émotion trop forte, tout ceci allait mal finir. 

Bon, elle semblait donc décidée à rester plantée là. Aurélien eut un mouvement de tête découragé. "Ah ouais, tu ne m'adresses carrément plus la parole!

Son ton contrasta avec celui du pimp; -..eh-.. Hu-...Wha- What would you have me do?, bégaya-t-elle d'une vois si frêle et si coupable. 
Elle fronçait les sourcils. 
-Shout comebacks? Is that how things are between us, now? »

Il leva les yeux au ciel. Mais à quoi jouait-elle? Qu'est-ce qu'elle voulait, à la fin? Sa voix baissa d'un ton. Il n'était pas menaçant, il énonçait un fait. Froidement. Aussi froidement que possible.
"You just reap what you sow, Angela, nothing more, nothing less.
-Bien oui toé! Last resort refuse to lay with you, better be a dick about it. Way to go.
Ses paroles étaient dure mais pas son ton.
-Last res... Mais de quoi tu parles? And... I am the one being a dick? I am the one treating you like crap? Listen to yourself from time to time! » 
Les doigts d'Angie tremblaient de la même nervosité qu'après un combat. S'écouter elle même? S'écouter elle même!? Non mais, il débarque, il l'insulte, tout ça parce qu'elle refusait de coucher avec. Elle avait l'impression d'être devant un enfant de 40 ans. Elle resta là, bouche entrouverte, offusquée. Elle ne répondait pas, évidemment, mais lui, il était lancé. 
"I can take "no" as an answer, ask Kara, ask anyone for Christ's sake! But what you did... What you did..." Il prit une gorgée de café, puis fit un mouvement de l'autre main, comme pour prendre les murs à témoin. Elle n'avait pas l'intention d'aller demander des informations à gauche et à droite sur les précédentes demandes du pimp. 
« It wasn't clear? » 
Alors là, elle poussait Mémé dans les orties. De deux choses l'une, soit elle était bouchée à l'émeri, soit elle se foutait de sa gueule. Oui, il se pouvait fort bien que sous son air innocent, elle se foute, encore, de sa gueule... 
"Clair? Mais c'était très, très clair, au contraire! Tu m'as bien fait comprendre qu'un vermisseau comme moi n'avait pas d'affaire à lever les yeux sur ton auguste personne!" 
Cette fois le visage de la jeune femme passa de l'incompréhension au détachement, puis à la réalisation. 
-...C'était pas par mépris que j'ai fait ça, expliqua-t-elle calmement. »
Il ne s'était pas rendu compte de la tension qui l'habitait avant que ses épaules ne se relâchent et retombent. Avait-il bien entendu? 
« Alors il va falloir que tu m'expliques ce qui t'es passé par la tête, parce que franchement, là, je ne vois pas.. 
-...aaaaaaaaeee... » Se poursuivit une litanie de petits bruits qui ne voulais pas dire grand chose mais qui exprimaient son désarroi. Elle haussa les épaules, gesticula des main, on voyait bien que les explications n'était pas son sujet d'expertise. Elle se tortillait au rythme de ses phrases. 
-...Je suis allée trouver quelqu'un qui ...voudrait bien ... » Elle poursuivit ses bruits bizard, puis elle dit plus rapidement: « That's what I'm used to do, when guys keep on hitting on me. »

Les épaules d'Aurélien retombèrent encore d'un cran. Il hésita plusieurs fois avant de parler, c'est à dire qu'il ouvrait la bouche, la refermait, effaçait son intention d'un geste de la main, recommençait mais finit par dire : "Euh, je... dirige un bordel, tu sais... Des plans B, j'en ai autant que je veux, tu n'as pas besoin de t'inquiéter pour moi, sur ce plan là." 
S'il n'avait pas eu peur de retransformer tout ceci en profond merdier, il aurait rigolé. La tension venait de baisser et Angie pinça les lèvres en quelque chose comme une personne blessé qui sert un sourire. Elle acquiesça une fois de la tête, l'air de dire: Nice, good for you. Elle rangea une de ses mèches blondes, huileuse par sa condition et décida de partir. La situation était assez calme et elle n'avait pas l'intention de se remettre les pieds dans les plats. Pas dans son état.
« Now if you don't mind, her ''higness'' have furthermore things to attend. » Elle avait dit cela en agrippant tristement les deux coté de sa jupe, pointé un pied derrière l'autre et incliné la tête, puis, sans lever les yeux du sol, avait poursuivi son chemin. 

Il l'avait regardée s'éloigner. 

Au final, elle avait l'air encore plus décavée que lui. Il faut dire que lui, il avait eu son frère, le docteur et Vanessa pour le remettre sur pied. Cédant à une impulsion soudaine, il la rejoignit et lui passa les bras autour des épaules. Il s'attendait presque à se faire poignarder, c'est pourquoi il ne mit pas dans le geste plus de force que nécessaire. 

"Dis-donc, on est vraiment pas les rois de la diplomatie, quand on s'y met." Dit-il avant de relâcher son étreinte. À peine les mains étaient tombées sur elle qu'elle donna un coup d'épaule pour se détacher. On eut dit un oiseau. Une parcelle de sa crainte se dissipa lorsqu'il parla. Simplement une parcelle. Elle le regarda de ses yeux cerné, où il voulait en venir? 

Il ne savait pas pourquoi, mais il s'était attendu à une réaction de ce genre. Il fit donc un pas en arrière, les mains levées à hauteur de ses épaules. "Ok, c'était un peu con de ma part. Je ne voulais pas te faire peur." 

Une micro expression traversa son visage, mais déjà, elle se retournait. Comme parfois le font les amis, la famille ou les gens avec qui on vit ensemble et qu'on croise tout les jours, Angie ne poursuivit pas la conversation, tout naturellement. 
Maintenant n'était pas le moment pour lui parler. 
Un peu prise au piège dans la cuisine, elle s'activa à remplir son bol et se faufila pour sortir. 

Ses doigts tremblaient encore. 
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Pierre (Dieu) le Dim 10 Nov - 19:25

Tiger avait fini de se laver. Une des premières choses qu'elle avait introduite chez les filles était le principe de "Celle qui apporte l'eau du matin se lave la première". Cela avait pour effet de stimuler l'intérêt pour cette corvée autrement ennuyeuse. Elle était donc sortie, était plus vêtue qu'à l'ordinaire, en raison du froid et allait vers la "cuisine" pour prendre un café, et peut-être voir si elle y trouvait quelque chose à manger.
A peine la matrone avait-elle fermé la porte que les filles s'étaient remises avec enthousiasme à l'élaboration de leur plan. Ou plutôt, elles avaient écouté Vanessa leur expliquer comment le rendre infaillible. Seule Marina concevait quelques doutes. Pas sur la réussite de l'entreprise, non, la plupart des putes ont le romantisme chevillé au corps. Mais dans le cas de Marina, il tenait plutôt grâce à de solides boulons de pragmatisme trempé. Il fallait qu'elle mette la main sur la puisatière.


Mais avant, comprendre ce qui se tramait exactement. Sinon elle risquait de se tirer dans le pied. Aussi Marina s'assit dans un coin et se croisa les bras en écoutant attentivement.



- OK girls, it's not facile. Faut qu'y pensent que c'est leur idea.

- Faudrait qu'on évite de parle à Big Daddy alors.

- OF COURSE ! Pas une mot à Big Daddy ! Les girls, lui pis Tiger sont les deux qui peuvent toute faire foirer...

- Ben, y'a Francisse aussi..." Intervint Ivy qui, bonne fille, se laissait aussi prendre au jeu. "Dans le genre, elle peut faire foirer pas mal de choses. Mais d'un autre côté, son avis a du poids auprès du patron. On se demande bien pourquoi, mais bon... Il a l'air de devenir bien copain avec le grand paysan, aussi. Au pire, je veux bien aller lui glisser un mot, à celui-là...
-J'ai l'impression c'est c'est plus qu'un mot à l'oreille que tu veux lui glisser à celui-là!" Laissa échapper une des filles avec un ton salace qui fit rigoler tout le groupe.


"Ouais, en plus, j'vois pas pourquoi t'irais voir Marc alors que nous, faudrait qu'on aille se coltiner les deux cerbères... Et la goule!" Objecta Natasha (de son vrai nom, Marie-France), une grande brune qui semblait capable de traverser la Province à pied avec une brahmine sous chaque bras.
- Grils Girls... Si on se chicaner, on va arrive à nothing ! Ivy a parle de la cultivateur first. So be it !


- Ma parole, sauf l'accent on croirait entendre Tiger" s'exclama Marina malgré elle.


"C'est ça, le leadership, ma chérie, on l'a ou on l'a pas! Lui répondit Ivy, toute contente d'avoir remporté son point.


-Ouais, mais y va rester les cerbères et la goule!" Insista Natasha "Ça va pas être une pisse of caique, comme dirait l'autre. Dés qu'ils nous voient, ils se poussent!


- On se demande bien pourquoi... Ricana Ivy. Il n'y a qu'à leur envoyer Romero!


- Beh, non, on dirait que c'est pire...


- Ils sont handicaps or what ? demanda Vanessa qui ne comprenait pas qu'on se sauve du monde de même.

- Heu, on sait pas trop. En tout ils sont pas très open."



L'anglophone se mordit la lèvre inférieure. Pour que son plan fonctionne, il fallait que toutes les pièces se mettent en place. Voilà qui rendrait la chose plus complexe.



"And... Ils sont qui, anyway? Pourquoi ils seraient si important? Si vous voulez le plan fonctionne, je dois avoir tous les infos, right? Et on a qui d'autre à voir, où à parler devant comme si rien était..."


Natasha se mit à compter sur ses doigts : "Y a le puisatier/fermier, que Ivy va aller lui parler. Ensuite y'a la goule, il est docteur. J'pense que c'est comme leur menteur...


- Mentor, la corrigea Ivy.


- Ouais, si tu veux, continua Nathasha sans se laisser démonter et continuant à plier un doigt pour "chaque objectif à atteindre". Y a le grand avec un long manteau, celui qui a désamorcé la bombe avec Tiger, pis l'autre, le pas de cheveux.

- A mon avis, il vaut mieux attendre qu'ils soient en groupe et aller jaser devant eux, mine de rien." Dit Ivy. "Ils vont avoir l'impression de ramasser de l'information confidentielle, ils vont capoter!
- Y z'ont une autre goule avec eux. Une fille, j'crois. Pis un p'tit jeune. Faudra aller leur jaser aussi. Moi j'veux bien, si ça m'sauve de, mettons, Francisse...


- Ok, so kissé ki va talker en face d'la gang ?" Demanda Vanessa.



Deux mains se levèrent rapidement et il y eu chez les plus lente comme un grognement de déception.



"Faut pas oublier girls de pas over doing it ! Garder le conversation simple!

- Pis faut quand même qu'le truc se rende aux oreilles du patron, genre. Pour ça y'a l'fermier, y'a l'autre folle, pis y'a l'débile. On dirait qu'y veut l'garder ici pour l'hiver. On peut s'garder l'cook dans la manche et laisser l'gros ahuri en dehors de tout ça. Ah, pis y'a l'autre civile, la puisatière.


- Bah, je vais lui parler, moi... Intervint Marina.


- Good, dit rapidement la pute défigurée.

Un large sourire achevait de lui fendre le visage et accentuait sa cicatrice.

- Si y faut, J'm'occupe de Franky... Mais for now, j'pense qu'on va se contenter de ça. Pis remember, pas un mot à Tiger, fakon s'parle de't'ça quand est pas là!"
avatar
Pierre (Dieu)
Admin

Messages : 219
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur http://ruins.simplygaming.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Dim 10 Nov - 22:09

Bien que le couscous ne soit pas une denrée rare, il passait rapidement de l'assiette à son ventre. Même si elle en mangeait souvent, même si toutes les fibres de son corps voulais le lancé au bout de ses bras.

Ce n'était pas dans ses habitudes de commettre des actes violent sous le coup de l'impulsion, et, au fur et a mesure de ses bouchées, elle se rendit compte qu'elle avait trop faim, qu'elle aimais trop le couscous aux légumes pour le sacrifier aux nom de la rage.

Elle était d'ailleurs retourné en prendre une autre assiette. Pas avant d'avoir passer sa tête en premier et d'avoir longuement tendu l'oreille, comme la petite vermine qu'elle était, à chaque porte qu'elle enjambait, afin d'être sur de ne pas recroiser le propriétaire.

Une cuillère de plus, puis une autre, et du coin de l'oeil elle pu voir un derrière qui dépassait de la porte ouverte du frigo. Un pantalon long et moulant avec des vieilles bottes en cuir craqués. Qui cela pouvait-il bien être? Elle tira la tête.

Tiger. Elle cherchait en se dandinant.

Angie prit une bouché, sans moins de soins et d'attention lui demanda:

-…Tu cherche quoi?
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Lun 11 Nov - 13:00

Tiger sursauta et dans le même mouvement se redressa et se retourna.  

- Shit J't'ai pas entendue arriver !     Bah, je voulais juste voir s'il y avait pas quelque chose de sucré...   J'ai comme un RAGE de sucre.

Elle avait dit le mot "rage" en y mettant une sorte de grognement.  Tiger était tout sourire, voir même radieuse.  Son masque pendait dans son cou et elle ne portait pas de maquillage, chose rare.   Seul son tatouage restait, évidemment.

- Bah j'avais prendre du couscous alors...  Je crois que je vais aller faire un petit tour dans une de nos colonie...  

Tout en parlant elle sorti le bol de couscous restant.

- Quoi que...  Les goules à Saint-Jacques...  Parrait qu'ils ont des ruches... Hummm du miel !  

Elle regarda Angela avec un air de gamine à la veille de noël.

- En plus c'est un excellent remède pour les maux de gorge !  Comme elle était en train de se servir, elle suspendit son geste.   Faudrait peut-être demander à Kara de l'analyse, parce que, quand même, du miel de d'abeilles mutantes...
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Lun 11 Nov - 15:08

Elle la regarda débiter tout cela. Doit levé, incapable de placer deux mots, elle avait lentement rabaisser sa main. Elle lui aurait bien pointer la tablette sur lequel une boite jaune, contenant des galettes aux ''bananes'' pour bébé se trouvait, mais déjà, la Tigresse changait de sujet, passait devant elle et se servit un bol.

Puis elle parla de goules, de maux de gorges et d'analyses.

-Heu...

Completement largué.

-Oui. Analyser du miel, fit la petite prise de court par le sujet de la conversation qui était de surcroît hors de son sujet d'expretise.

Mais je crois que c'est un peu plus compliqué que juste ''analyser''

Elle lui sourit sincèrement, l'observant avec le plus d’enthousiasme qu'elle pouvais dégager dans son état.

-Tu a l'aire de bien aller. …Vous vous êtes 'réconcilier'?


Dernière édition par Angela Honey Badger le Lun 11 Nov - 16:39, édité 1 fois
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Lun 11 Nov - 16:19

Tiger regarda la petite chose blonde qui lui faisait face.  Elle cligna des yeux une fois, deux fois, trois fois.  Puis, son regard se porta à gauche, ensuite à droite pour finalement regarder ses pieds et revenir sur la jeune Badger.   De toutes évidences cette seule idée la prenait par surprise.


- Réconcilier ? Mais quelle drôle d'idée !

Elle plongea son regard dans celui de la jeune femme.

- J'ai juste décidée que j'apprécie ce que j'ai au lieu de me concentrer sur ce que je n'ai pas !  J'ai des TAS de choses supers et ma vie ne tourne pas autour d'un homme.  Il y a tellement d'autres choses géniales !
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Mer 13 Nov - 21:29

-Je suis bien d'accord, dit elle posément… Pourtant, j'ai vus une femme dans ce bar qui avais l'aire d'en souffrir… 

-Ho non c'était moi.  Mais je suis passée à autre chose.   S'il fallait que je laisse un homme me gâcher la vie j'aurais pas fini !

Elle avança un peu juste son visage en souriant, une expression de compréhension et de dérision sur le visage.

-T'à bien raison!

Tiger s'installa à table avec son bol et un grand verre d'eau.   Elle avait un large sourire.   

- J'ai tellement de chance quand même.  Faut pas laisser des détails me gâcher la vie.   (elle fait une pause d'une fraction de seconde) Bon en fait c'est LOIN d,ëtre un détail mais...

Elle donne un coup de sourcil vers le haut, mine de confirmé.

-Au fait… À tu vus Jonathan? Y'é tu reparti?

- Jonathan ?  

La pute remonta son masque sur son front, l'air de réfléchir.

- Ho !  Jony ?  Y a personne que l'appelle Jonathan voyons !  Non, pas vu encore ce matin.

La petite se doutait bien qu'il était partie, elle se balança en reculant, bon, dommage.

-…Ho.

- Tu as besoin de quelque chose en particulier ?   On a une pharmacie assez bien Garnie à la marque.  Je ne peux pas me permettre qu'une de mes filles ou de mes gars tombe malade...

-Merci, mais j'voulais juste lui parler…

- T'es courageuse toi !  J,aime bien Jony, mais "juste lui parler" C'est tout un défis !   Tenir une conversation avec lui relève de la haute voltige !  Si c'est vrai !

Sans s'en apercevoir Tiger adoptait lorsqu'elle parlait de Jony, ou encore avec lui, une forme de mimétisme verbal.

-Il c'est déplacé pour m'apporter des médicaments, fit-elle d'un ton avenant.

 Elle haussa les épaules et pinça les lèvres.

-…Sous ordre de son frère… mais bon! Il n'a rien demander en retour, alors je me suis dit que les fleurs que j'aurais utilisé pour faire ses dit médicaments aurait été un bon paiement…

Tiger eu un large sourire.

- Il n'y a bien que Big D. pour le faire sortir de sa bulle !  Mais crois moi si tu lui offre des fleurs il va être heureux de la partager avec toi sa bulle.  Ce sera BISOUX MACHIN !  Si c'est vrai !

-Si il yé encore la… that is.

Elle recula pour partir.

- J'vois pas pourquoi il serait déjà parti.  Tu as été voir au labo ?  Il cherche peut-être mémé..

-J'vais aller voir!

Elle se sauva au bout du corridor et regarda aux travers de la fenêtre, dans le laboratoire.
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Pierre (Dieu) le Sam 16 Nov - 14:54

La fenêtre donnant sur le plan de travail principal du labo, Angela avait une vue parfaite de Jony, effectivement présent et apparemment très concentré sur les restes d'une plante disséquée devant lui. Elle avait bondi et était retournée dans ses appartement. Quelques instants plus tard; un bruit de loquet. Une petite tête de créature blonde aux yeux curieux était dans l'ouverture de la porte. Fleurs en main elle s'exprima élégamment: « Salut Jonathan!
- Salut Anzéla!" Il agita frénétiquement la main pour donner plus d'emphase à son salut. "Ze travaille fort-fort-fort!" Ajouta t'il en désignant du menton son expérience en cours.


Il semblait avoir haché-menu les pétales d'une fleur jaune et en avait partiellement sectionné la tige. De la sève s'écoulait le long d'un fil jusque dans une petite coupelle de plastique. Tout ceci avait l'air très élaboré, bien plus élaboré que ce que l'on aurait attendu d'un homme considéré comme attardé.

Elle s'approcha et vit une fleur jaune encore bien en vie, du moins, elle était bien fraîche et saignante, pas ratatinée et sèche comme les autres. En automne, c'était impossible à trouver, encore que cette fleur-là ne lui était pas familière.
"C'est quoi qu'tu fait?
-Ze fais un médicament pour les gens qui sont tristes. Y'a une plante, pour ça. C'est celle-là. Mais ze sais pas si c'est les pétales ou la sève qui est bien, alors faut que z'essaye des trucs. Comme y'en a pas beaucoup, ze dois être très-très-très soigneux.
-Un médoc pour la tristesse? répéta t-elle étonné et avec un soupçon de doute. Hum-un!"
Puis elle dit plus avenante: "Chu pas mal sure que Kara aurait fait la même chose que toi… Trier pi tester des trucs j'parle.
- Passke, tu sais, comme y va y avoir l'hiver, y'a plus la lumière, alors les gens qui z'ont des raisons d'être tristes, y sont encore plus tristes, pis des fois, y se couchent et y bougent plus et y mangent plus et y se lavent plus et même des fois y meurent. Alors faut faire le médicament."Comme à son habitude, il s'agitait en parlant. Il s'était donc un peu éloigné de la table pour que ses gestes désordonnés ne viennent pas perturber son expérience. "Kara elle est pas mal bonne avec les médicaments. Enfin, s'en vient pas mal bonne. C'est vrai elle a l'idée de faire les zespériences. C'est important les zespériences.
-Quand même. … Et toi, tu va les faire sur qui les deux test?
- Ze sais pas trop... Sûrement mon frère!" Il avait dit ça d'un ton joyeux, comme si il faisait des expériences sur son frère tous les jours...
Ayant vécu toute sa vie dans un patelin avec des gens plus campagnards que Tiger ou Francisse, et bien plus sale et rustre qu'eux, elle comprenait difficilement ce que la dépression pouvait reprocher à l'hiver. Elle avait une santé de béton, et malgré les jours froids, s'obstinait à sortir tous les jours, même ceux où il soufflait si fort que le vent aurait pu l'enterrer sous la poudreuse, et le soleil était toujours la, bien haut, dehors. Cependant, elle décida de ne pas creuser un sujet aussi délicat que la dépression.
"Les gens qui z'ont des raisons d'être tristes, y sont encore plus tristes'' avait-il dit.
Hum. Après une petite réflexion elle opta pour une question innocente:
-Aurélien aime pas l'hiver?"


Il la regarda par en dessous, d'un air mi soupçonneux, mi-coupable. "C'est pas moi qui ai dit que Auréyen c'est mon frère! Pis, si, il aime bien l'hiver. Y dit que quand y faut pelleter des murs de neige autour du camp, les monsieur-madames y arrêtent de se bitcher pis y bougent pis y lui cassent pas les pieds! Mais là y fait la tête. Pis c'est peut-être passke y devient vieux pis, ben, du coup, ben ça va pas aller mieux."

Elle décida de le taquiner: "Nha, c'est Tiger qui ma dit qu't'était l'jumeaux d'Aurélien."

Il s'agita de nouveau. "Tiger elle a été vilaine! Passke y faut pas le dire passke Auréyen y dit que si les gens y savent y vont me faire mal pour que y leur donne des caps pis y veut pas que les gens y me fassent mal!"
Elle dit un peu pour elle même, en soupirant, sourcil haut…
"...I guess it's the same as'always, when you're blood related with the boss…
Elle lui fit une sourire un peu forcé:
-Inquiète toi pas, je l'dirait pas."
Elle se rendit de l'autre coté du laboratoire et tira la chaise sur roue.'


Il la regarda avec des yeux ronds. De toute évidence, il ne comprenait pas l'anglais. Mais sa seconde phrase sembla le rassurer. "Avec Papa, c'est pas pareil. Auréyen, y dit qu'un jour, il devrait dire à tout le monde où il habite comme ça les gens y vont aller l'embêter. Mais lui, Auréyen, y s'en fout si on embête Papa. De toutes façons, y va pas le dire où il habite passke y dit que si y'a quelqu'un qui doit y faire mal, ça va être lui. Si, c'est vrai! Pis ze sais, c'est bizarre!
-Pas vraiment, non."


Ses yeux passèrent du visage d'Angela aux fleurs. "Tu as besoin de la place?" Demanda-t'il en essayant apparemment très fort de ne pas avoir l'air contrarié.

"Non, non, dit elle en s'assoyant. Puis elle ajouta d'un ton plaisant: J'voulais juste te r'garder faire."

Il la regarda d'un air surpris. Ça ne devait pas être tous les jours que quelqu'un lui disait une chose pareille.

"...Quoi?" Elle donna un coup de pied par terre pour reculer la chaise, croyant qu'il n'aimait pas qu'on envahisse son espace. Elle pouvait comprendre ça. Elle n'était pas aller bien loin, à peine un pied. Elle joignit au geste de débarrassé son épaule de la ganse de son sac et le posa sur ses genoux.


"Pis? T'as plus mal?" Lui demanda-t'il, sautant du coq à l'âne. Tenir une conversation avec Jony pouvait s'avérer étrange. Il était un peu inquiétant de penser qu'il pouvait mettre la même capacité de concentration à l'élaboration de ses médicaments qu'à ses relations avec autrui...
"Waaa… Sa va mieux, ouai. …Sa te dérange si j'te r'garde faire?"

Il s'agita sur sa chaise, mal à l'aise. "Ben... C'est pas... Mais... Tsé..." Sa litanie fut interrompue par la porte du labo qui s'ouvrait. Une jeune femme au visage barré d'une vilaine cicatrice se tenait sur le seuil, emmitouflée dans un gros manteau militaire, une cigarette à la main.
"Jony, sweety, tu peux aller à Le Marque si te plait? C'est Patricia je sais pas si elle a infection ou juste enflammé à la main. Je crois elle a écharde depuis des jours déjà." Jonathan se leva instantanément, prit son sac et se dirigea vers la sortie, en bon petit soldat. Il se tourna vers Angela avant de sortir.
"Elle parle drôle mais elle est gentille. Toi aussi tu parles drôle, des fois. Et t'es gentille aussi. Mais t'es plus jolie quand même. Tu peux surveiller mon esspérience? Ze vais revenir dans pas long!"

Le visage de la petite se froissa et elle expira un rire par les narines. Puis elle dit, complaisante:
-Ok.
Elle sorti de son sac son calepin et son stylo, ramena ses jambes sur le banc et bloqua ses peids sous le brase de la chaise pour être plus confortable.
Une fois Jonathan parti, la pute, car ça devait bien en être une, expira longuement la fumée de sa cigarette par les narines avant de prendre la parole. "Tu dois être Angela, right?
-Yup.
Elle pencha la tête par en bas, de façon à voir l'étrange femme à l'envers.
-Tha'll be me.
-I'm Vanessa. One of the whores, if you didn't guess already. But I think you did." Elle lui sourit chaleureusement, découvrant ses deux dents manquantes."
Elle était un peu décoiffé qu'on est parler d'elle. Elle plissa un oeil, et tourna la tête un peu vers la droite.
"…U know me?
- Well, I heard about you! Who didn't?" Dit-elle avec un air espiègle.
Son visage resta fixe, seule sa lèvre inférieure se détacha de celle supérieure, incertaine de comment réagir.

"Well, je sais on se connait pas. Alors, ce que je vais dire. C'est pas une menace, OK? C'est juste, you know, don't take it the wrong way... I know it's a tough world. You can get whatever you want from him, I won't blame you for taking advantage of the situation. Fair's fair. Just... Don't leave him more crippled than he already is. Please. We need him."
Son ''What?'' avait sorti beaucoup plus aiguë qu'elle ne l'avais cru. Elle battit des paupières et se secoua la tête légèrement. Elle continua d'un tout aussi paisible, mais un peu las:
-He's a big boy, I'm pretty sure he'll manage without my genitals. …He seem just fine about an hour ago.
Elle soupira en détournant la tête, elle se concentra sur ses papiers. Plus bas, elle poursuivit:
-...And be sure the intention of that nasty lil' prick isn't to get advantage of no one.

Vanessa avait sorti de sa poche un étui à cigarettes argenté tout bosselé. Elle en alluma une au mégot de la précédente et tendit l'étui dans la direction d'Angela. "You don't seem like a prick to me. Want one?"
''La petite fit un minime mouvement de tête mais ne regarda même pas ce qu'on lui offrait. Elle dit mollement:
-No, thanks.''
Vanessa haussa les épaules et rangea l'étui. Elle gardait un ton calme et égal. "Seriously, girl, if you think it's your genitals he's after, you're more blind than a rock. Excuse moi. Je pensais pas tu voyais comme ça.
-Genitals or not… He seem pretty mad tha'I refuse him.
Elle dit tristement:
-…He keep calling me names…
De dos, la tête d'Angi s'abaissa d'un cran.
-'Ur here to open my eyes 'bout how awesome he is too? Cuz, I give 2 shit about what you ppl think. I know how sweet and caring he could be, this I never doubt.
-Well, c'est le truc weird qui a fait qu'on a compris. Enfin, that's ONE of the weird things. He usually doesn't get mad." Elle jeta sa cigarette à demi consumée dehors et s'approcha d'Angela. "And, awesome? I wouldn't go that far! For a start, I know what he looks like. Not exactly the kind of men you look twice. Et je suis pas ici pour te dire quoi tu dois faire. It's just so strange to see him like that."


Elle n'avait même pas passer une minute avec la femme qu'elle était déjà un problème. Elle décida de ne pas envenimer la situation.

"Ok, je vois... Je voulais pas t'embarrasser avec tout ça. Et puis, as far as I'm concerned, tant qu'il reste comme il est là, c'est fine!" Elle eut un petit rire. "Tout à fait fine, même! I need to go back, now. Sorry for bothering you.

-Don't worry I'll get use to that kind of lecturin'. …bye."
avatar
Pierre (Dieu)
Admin

Messages : 219
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur http://ruins.simplygaming.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Sam 16 Nov - 23:37

Une fois Vanessa partie, Jony n'avait pas tardé à revenir. Il avait posé son sac par terre avec soin puis avait froncé les sourcils devant la mine d'Angela. Il avait alors extirpé de sa poche une petite boule de peluche grise crasseuse et l'avait appliquée sur la joue de la jeune femme. 
-Bisou, petit chat!
Elle tendit mollement la joue, laissant Jony appliquer la peluche avec le même geste qu'il répétait des dizaines de fois par jour. 
-Z'ai pris le petit chat passke z'ai pas de lynx!, Dit-il en rangeant la peluche dans sa poche et en retournant vers son expérience pharmacologique. 
-Yeah ur right linx are-  … Waip, waip, ça, c'est un bon choix!


Quelques instant après qu'il est commencé, elle déposa les fleurs qu'elle avait prise pour lui sur la table. Jony ne remarqua pas tout de suite les fleurs, il avait un concept important à expliquer. 
-Quand ze connais pas les gens pis qu'on m'a pas dit, c'est pas grave, n'importe quoi y marche. Mais tu vois, y'a Tiger pis z'ai un tigre. Pis y'a Fox et Carotte, c'est un renard. Pis y'avait Chino qu'on disait que c'était un nounours pis z'avais l'ours alors ça allait bien. Là z'ai pas de lynsk mais le chat c'est un petit peu pareil pis je sais pas qui c'est le mouton.
Un mélange entre un ''ha!'' et un ''tsss'' sorti de sa bouche. 
-Qu'est-ce que le lyns a avoir avec moi? 'Angela'… j'aurai plus vus quelque chose avec des ailles, moi.
-C'est pas touzours le nom. Tiger et Fox, c'est pas leur prénoms pour vrai. Quand z'ai su que t'étais comme un lynsk, z'étais bien content d'avoir le petit chat! Passke sinon, z'avais que le tigre un peu comme ça mais comme y'a Tiger, c'était embêtant.
-Ha ouin, je suis comme un lynx?
-Oui, répondit-il très sérieusement. 
Puis il énuméra ses arguments en comptant sur ses doigts:
-Passke. Passke un, tu chasses. Deux, tu veux touzours te cacher pis qu'on t'achale pas. Trois, euh, je sais plus... Attends, ze vais me souvenir. Euh, trois, tu aimes pas qu'on soit sur ton territoire. Non, c'est quatre, ça. Oh, ze sais plus!


Is that what peoples say? 


Ouin, passer d'un ange a un chat, wow. Il était tombé bien bas, l'ange. ''Comme tu veux.'' Puis elle prit un moment avant d'ajouter: 
-Je n'aime pas qu'on soit sur mon territoire?
Elle haussa un sourcil, lui, il agitait de nouveau les mains, cherchant à se souvenir de quelque chose.
-Trois c'est que tu restes jamais loin de ta famille! C'est ça!, Dit-il triomphalement. Et oui, quatre, c'est que tu veux pas qu'on... t'envahirait ton territoire... Je crois. Pis y'a un cinq. Z'suis pas mal sûr qu'y y'a un cinq!


Elle se mit a énumérer rapidement: 
-J'me promène à quatre patte? J'liche mes chfeux? J'voix dans l'noir?
-Beh non!
-Je peu BOUFFÉ mes bébés!?
Tu fais pas ça! 
-That one would be me!
Le sarcasme échappa complètement à Jony qui se mit à rire et à battre des mains.
-Mais les lynsk y sont... euh... baldlass! Si c'est vrai!
La petite tira la tête. 
-Tes sur? Parce que je suis pas mal sure que je peu cracher des boules de poiles si j'm'y met!
Il se mit à rire de plus belle.
-Non! Tu peux pas! Et pis essaye pas!
Il redevint sérieux.
-Ah oui, le cinq... Laisse faire le cinq...
-C'est quoi le cinq?
Jonathan regardait l'annulaire de la main sur laquelle il avait compté d'un air courroucé. 
-Ze le dis pas, Dit-il d'un air buté.
-Ha non? 


Il la regarda d'un petit air de défi et lui tira brièvement la langue.
-Nan!
Elle leva les mains.
-Comme tu veux, cé parfait. De toute façon j'suis pas sur que j'veux vraiment entendre ça...
-Ze suis pas sûr non plus, Dit-il en continuant à fixer son annulaire. Tu fais quoi avec les fleurs?
-Tu ma apporter des médicaments, j'voulais savoir si tu en avait besoin, sa serait mon paiement.
Elle les pointa.
-Avec la russule mauve, c'est ses trois plantes la qu'j'utulise pour faire des médoc similaire aux tiens. …Mais j'en est pas trouver de l'été…
Elle leva son bras qui était couverts de gales.
-…Faque… Sa donné ça.
-Z'Les veux bien!


Il sortit de son sac une boite de métal sur laquelle était peint un achigan aux couleurs passées. Il l'ouvrit. Elle contenait de la ouate, beaucoup de ouate. Il prit les fleurs et, en deux temps-trois mouvements, il sépara les pétales, les pistils et les tiges, les classant entre de petites épaisseurs de ouate. Celle-ci devait être imprégnée d'un produit particulier dont l'odeur se rendit aux narines d'Angela. Une odeur, non pas désagréable, mais forte et un peu alcoolisée. La petite le regarde faire avec intéret.
-Alors tu va tester les deux médicaments sur Aurélien? Comment tu va faire pour savoir lequel marche plus que l'autre?
Il prit un air profondément absorbé.
-Oui, c'est embêtant. En principe, faut au moins quatre sujets. Un que tu donnes un médicament, un que tu donnes l'autre, un que tu donnes un truc qui fait rien et un que tu donnes rien du tout. Ça s'appelle un pro-to-cole ess-pé-ri-men-tal."
-Tu sais si sa fait autre chose ton truc?
-Ben, en principe, non, sauf si on est allergique. Là, ça fait comme pour ton bras. Pas de... effets se-con-daires no-toi-res.
-Ha, bien je connais des demoiselles qui serait forte heureuse de tester ça.
Elle songea Tiger, qu'elle avait vus dans le bar.
-Les plantes que je tes donné, c'est elles que tu utilise pour le médicament que tu ma fait?
-Oh, tu connais des demoiselles qui disent que leur vie c'est d'la marde? Elles sont où?
-Tiger, hier, elle n'allait pas très bien. Par contre elle à l'aire de mieux aller se matin …Et elle n'a pas dit que sa vie était de la marde… 
Jonathan eut l'air un peu déçu.
-Oh, Tiger, non, elle a pas besoin de ça. Elle se met en crisse mais sa vie c'est pas d'la marde.
-C'est ce que je dit… Toi tu connais des gens que leur vie c'est de la marde?
-Ben, z'en connais qui le disent, en tout cas, même si c'est pas vraiment-vraiment vrai, si y pensent que c'est vrai, ben, c'est un peu vrai quand même. Pis alors ça fait pareil que si c'était vraiment-vraiment vrai...
-Ça c'est sur!
Elle se remua sur sa chaise, pour se replacé. Puis elle pointa le petit contenant et la fleur disequé. 
-Ce que tu fait, j'aimerais sa être capable de faire pareil.
-Tu veux faire des zesspériences aussi? Tu veux faire quoi comme esspérience? Passke y'a plein-plein-plein de médicaments qui seraient bien mais qu'on sait pas encore faire!
-C'est pas tant les expériences qui m'intéresse… 


Son regard s'abaissa… sur son poignet.
-J'aime pas tant les expériences… C'est de savoir comment tu fait pour tiré les propriété des plantes et les utilisé sur un humains… Et encore la, faut savoir que la plante à cette propriété la… 
Elle lui ouvrit son calepin à la page des plantes, elle avait retranscrit ce que Catherine avait dans ses livres, ce qu'Evan savait, ce que Kara savait, bref, elle avait trois pages remplie de dessins et d'informations sur quelques fleurs.
-Tchèque ça.


Jony eut un air un peu paniqué. Il regardait alternativement Angela et le calepin, semblant ne pas comprendre ce qu'elle attendait de lui. Angie enchaina en pointant les fleurs et en tournant les pages, elle avait huit pages avec des dessins de fleurs, mais aucune explication ou annotation à coté, quatre autres avec de légère notes.
-Ca c'est des fleurs que Marc à ramassé et qu'il ma emprunté pour les dessiner, et la, j'ai mis ce qu'elles fessait… sa m'sert a rien parce que je ne sais pas comment FAIRE le médoc, mais bon, c'est un début…
-Ah ben alors ça, c'est le millepertuis. Tu peux le dessiner, j'en ai une autre!" Dit-il en désignant la plante de son "esspérience". De son sac, décidément un véritable laboratoire ambulant, il sortit un tube de verre fermé par un bouchon de liège contenant une fleur jaune, la tige trempant dans ce qui semblait être de l'eau.
-Great!
Elle prit le pot, se recala dans sa chaise et entrepris de dessiner la fleur.
-Y'en a plein, maintenant, avec tous les marais. Mais là, avec la gelée qui commence, c'est pas mal fini pour cette année. Personne l'utilise, la pauvre fleur. C'est comme si on s'en fout que les gens y soient malheureux tant qu'y ont pas des microbes! Si, c'est vrai!
-J'te crois, Jonathan, j'te crois.
Tout en repassant son stylo bille sur sa feuille encore et encore pour tracer une silhouette de pétales elle dit tranquillement, parce qu'elle était concentré:
-Ses gens la on pas besoin d'plantes… ils on besoin d'gens intelligent, et gentil… et positif… à l'entour d'eux, qui les écoute, qui prenne leur souffrance aux sérieux et qui évite de les culpabilisé plus qu'ils ne se culpabilise eux-même…
Elle s'humecta les lèvres et inspira profondément.
-But I guess your plant would help...
-Oui ils ont besoin de la plante! Mais c'est juste un trai-te-ment sym-pto-ma-ti-que. Ça soigne pas pourquoi y'a le problème. Pis t'as quand même raison pour le reste mais, ben, ça fait qu'on est pas sortis du trou!
Elle haussa les épaules.
-Hun j'sais pas, ma soeur avait pas de plantes, elle a décidé de partir pi d'voyager parce qu'elle avait le blues. …. heu, lorsqu'elle était triste. Elle s'en est b'en sortie, enfin, dans l'temps, elle s'en était b'en sortie!


De nouveau assis devant le plan de travail, Jony faisait doucement tourner dans sa main la coupelle dans laquelle il avait recueilli la sève du millepertuis.
-Elle est où, ta soeur?


-J'sais pas, elle est peut-être au ciel, peut-être pas. Peut-être qu'elle a trouvé une place plus loin pour passé l'hivers… 
Elle prit un moment avant d'ajouter:
-…On avait l'électricité dans notre village, un peu comme ici, mais en puissant. Lorsqu'y a eu l'flood… l'inondation, sa c'est très mal passé. Ça c'est pas passer comme une inondation normal, en même pas une deux heures le village était sous la boue. Pi avec l'électricité… ça c'est mal passé, on a été séparé. 
-Si elle est au ciel, elle doit connaître ma Maman, alors!, Lança t'il avec enthousiasme. Pis sinon, a va r'tontir icitte. Passke tous les gens qui sont perdus y finissent par r'tontir icitte!
Les deux options lui plaisait bien.
-J'aime bien ta façon d'pensé. …Catherine doit leur faire des crêpes.
Elle sourit malgré la triste situation.
-Il c'est passé quoi avec ta mère?
-Ben, ma Maman, Catherine elle disait que elle était vieille pour avoir des enfants. Pis des jumaux en plus, ça a été encore plus compliqué. Pis en plus, comme Papa y tapait dessus, elle a dit tant pis et pis elle est partie au ciel. Je sais pas pourquoi elle nous a pas emmenés.
-Holy shit.
Elle c'était arrêter de dessiné et regardait Jonny, les sourcils froncées. Elle eu de la difficulté a s'exprimer, elle ouvrit la bouche et baragouina quelques sylables. On aurait dit que quelque part dans sa tête, toutes les questions c'était rentré les unes dans les autres et que seulement des fractions de celle-ci avait trouver le chemin de la sortie. Il leva le nez de son travail, comme surpris par les bruits incohérents qu'il entendait.
-Tu as le hoquet?
-Non… J'croyais que Catherine était ta mère adoptive ou quelque chose dans le genre… 
-Catherine, elle m'a pas adopté! Mon Papa il l'aurait pas laissé faire. Ou alors il l'aurait fait payer pis personne va payer pour un tout croche comme moi!
-…Catherine et ton père se voyais… ? Je veux dire, elle habitait pas ici?
-Ben, ici, avant, y'avait rien! Catherine elle habitait pas loin de chez mon Papa, alors elle venait des fois, elle connaissait ma Maman aussi avant. Pis elle s'est occupée de moi pis d'Auréyen quand  les cousines elles nous ont renvoyé chez Papa passke on était rendus grands.
-ha ok! ok… ok… 
Ses ''ok'' passèrent par pluieurs étapes; le soulagement, la compréhension, puis la résignation.


-Ouin, donc ton père est un con.
Elle se repositionna pour dessiner.


-Tes cousines sont encore en vie?
-Mes cousines? Ze sais pas. Sont parties quand on était encore petits. Tout le monde y dit que mon Papa il est con.
-Elles sont parties ou?
-Ze me souviens plus. Z'étais encore un petit-petit-petit garçon, j'étais petit comme... Euh comme... Peut être quatre ans, peut-être cinq.
-Ta mère est morte quand tu était très jeune alors.
-Ma Maman elle est partie au ciel quand on est nés. Elle nous a même pas dit bonjour-aurvoir, Catherine elle disait elle nous a même pas vus. Elle a dit mon Papa il pensait pas que il aurait deux petits garçons alors il avait juste un seul prénom comme idée pis c'était Jonathan alors Catherine elle a pensé que c'était moi qu'y fallait donner le nom que mon Papa il avait choisi passke comme ze suis tout croche, ça en faisait déjà assez il fallait bien quelque chose pour qu'il m'aime un peu.


-Jesus fucking christ, dit moi qu'ton père vit dans un trous, t'seul pi qu'yé triste tout l'temps.


-Mon Papa, oui, y vit tout seul dans un trou. Mais y'est pas triste. Non.
Elle balança sa tête l'aire de dire ''pfff, fuck him'' 
-J'pense a ça, tu est ou quand tes pas ici toi?
-Ben, des fois chez mon Papa pis des fois dans les colonies avec la milice. Avant ze me promenais avec Catherine mais là, ze peux plus, alors voilà.


Angela s'aprétait à lancé un ''what the fuck'' due au fait que jonny allais parfois voir son père mais se dit que si son frère le permettait, il devait y avoir une raison.


-…Sa serait fun de s'promener de place en place comme tu l'fessait Catherine. Je fessait ça avant, avec mon frère, mais on avait pas des médocs, on avait une voiture remplie d'eau potable. 
-Ben là, ze vais passer tout l'hiver ici. Ze sais pas si ça va être bien. Z'avais l'habitude de me promener. Si y neige pas trop, ze vais essayer d'aller à Mont-Saint-Grégoire, comme ça, ze vais ramener des cannages!
-Super, tu me dira lorsque tu voudra y aller, on ira ensemble! 


Il la regarda d'un air de profonde perplexité. 
-Tu veux venir voir mon Papa?
-Eurk, ton papa vit au mont-saint-grégoire? C'est chez lui que tu va piqué des cannages?
-Vui, faudra pas dire à Auréyen qu'y viennent de là passke y voudra pas les manger.
-Petit voleur de popsicles, toi!


Dernière édition par Angela Honey Badger le Sam 16 Nov - 23:45, édité 1 fois
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Sam 16 Nov - 23:42

-Ah non! On va pas encore parler des popzicles! Z'ai déjà esspliqué! 
-Ha ouin, tu ma expliqué ça, toi?
-Mais oui! Y faisait chaud pis toi pis les autres z'avaient pas de frigo pis les monsieur-madames y les mangeaient même pas!
Yeux fermé la petite rit.
-Ha… oui, essaye d'expliqué ça a Marc, il c'est mangé une balle dans le genoux quand ils on vue les batons de bois par terre!
Elle ne riait pas aux éclat, mais elle riait encore un peu. Il prit un air contrit.
-Ze sais. Pourquoi ils ont mis les bâtons par terre aussi? Faut garder, ça! On peut faire plein de trucs avec les bâtons!


-Comme se faire de très petite lances!
Elle joignit à la parole le geste de tenir une très petite lance et de piquer son adversaire.
-Ou bien des toutes petites rames pour un tout petit bateau!" S'enthousiasma t'il. "Pis avec les petites lances, on attrape les tout petits poissons!
-Ouin, mais ils sont bien trop petit pour être mangé, alors on les tue pas, on les remet à l'eau!
-Ou bien il en faut beaucoup-beaucoup-beaucoup! 
-Non.
-Ou bien on les met sur une ligne pis on attrape un plus gros poisson!
Elle le pointa du doit.
-Now we're talking! … 


Elle avait fini son dessin et redonna la fiole à jonny en lui montrant le dit dessin.
-Oh, c'est beau, la fleur!
-'merci. Ta une autre fleur que je peu dessiner?
Il se gratta la tête en signe d'intense réflexion, regarda les fleurs déjà dessinées sur le calepin puis sortit une autre éprouvette qui contenait une espèce de graminée d'un jaune maladif.
-Ça, z'ai pas le nom. Mais c'est bien quand les gens leur coeur y bat pas comme y faut.
-Ok.
Elle le prit, tourna la page et commença à le dessiner.
-Jonny, pour quoi tu les met dans des fioles?
-Pour pas qu'y séchent. Y'en a faut les sécher pis y'en a y faut pas. Pis ça dépend ce que tu veux faire, aussi.
Elle ne détacha pas les yeux de son dessin, elle dit tranquillement:
-'Nké.
-Tu peux écrire, quand les gens y z'ont perdu beaucoup-beaucoup de sang pis que le coeur y devient fou pis y va vite pas bien, ben ça, ça calme le coeur pis y pompe moins vite plus fort pis comme ça y risque moins de s'arrêter.
-Does it?  …Merci!
Elle s'empressa d'écrire le tout dans son calepin.


-Ho!
Elle mit son dessin sur la glace. Elle fouilla dans son sac et sorti un petit livre vert, tacheter de fleurs. Elle chercha une page en particulier et une fois trouver la montra à Jonathan. C'était une photo d'une grosse fleur et, de son centre jaune semblait sortir de petite fleur blanche tacheté de rose, chacune niché dans une pétale rouge vif.
-Elle est belle tu trouve pas?
-Oui! Elle fait quoi? Pis où on la trouve?
-Heu… 
La petite était loin d'être une spécialiste.
-Le livre le dit pas, mais si j'en avais une, j'saurait qu'y faut pas la laisser dehors. Elle viens d'un autre pays je crois… Elle mourrais d'froid la nuit ici.
-Ben nous, on vient pas d'un autre pays pis nous aussi, la nuit, on mourrait de froid dehors. Enfin, pas là, mais bientôt.
-PFFFF, chochotte. Tes tout maigre c'est pour ça! 
-Beh là! Tu crois que t'es grosse, toi? On va dehors ce soir pis on va voir qui c'est qui retourne en dedans en premier en toussant pis en mouchant! Pis ce sera pas moi!
-HAHAHAHA! deal! 
Elle se tapota les joues avec un air de défis.
-C'est sur que je gagne, regarde mes joues dodues, juste ça, c'est assez pour me protéger du froid!
-Si ze gagne, pis z'vais gagner, tu me fais des crèpes!
-Ok, mais si JE gagne tu me trouve un autre toutou que le linx!
-Pourquoi pas le lynsk?
-J'aime pas la description qui va avec.
-… J'veux être ….un renard polaire! ho non, non, un écureuil de barbarie ou mieux; une Bergeronnette grise! oui! Ça.
- Tu veux être quoi?" Il était complètement perdu et la regardait avec des yeux plus écarquillés que jamais.
-Une bergeronnette grise!
Elle se lança dans une mimique tout en expliquant:
-C'est très petit, c'est tout blanc avec une crête noir, puis du noir ici aussi comme ça, et un long bec, comme une graine de tournesol, son dos est gris, comme si il portait un châle et ses ailes sont noir blanche et grise. Puis il a de toute petite pattes comme ça, tik-i tik-i!
-Tik-i tik-i?
L'onomatopée semblait lui plaire.
-Mais c'est comment dans sa tête, une bergronette grise? Passke c'est ça le truc, hein, c'est comment on est dans la tête.
-ho, heu, je sais pas, j'en est jamais vue! Sont toutes mort je crois…
-Ben tu peux pas vouloir être un truc mort! Les lynsk, y sont vivants! Y'en a plein! Y sont forts pis y a personne qui va les achaler! Pis de toutes façons, c'est moi qui va gagner, alors tu vas garder le lynsk!
-Les lynx sont même pas sociable! …p…. Pi j'ai pas de territoire!
-Tout le monde il a un territoire! Si c'est vrai! Autour de toi. Pis... Dans ta tête. Tu sais? Pas besoin de faire pipi autour les gens y savent que c'est à toi ou bien ils savent pas pis y viennent t'achaler pis t'aimes pas ça. Moi j'aime pas ça.


Étrangement, vue sous cette angle, il avait raison.
-Pffff…. et toi?
Elle leva la main et regarda dramatiquement le bout de sont doit qu'elle approchait lentement du visage et Jonny.
-Hien?
Elle regarda tout à tour son doit et Jonathan, il se recula en agitant les mains.
-Ze t'ai dit, z'aime pas! Mais ze chasse pas. Alors ze suis pas un lynsk, moi! Pis c'est pas grave être un lynsk quand même!
Elle cessa.
-Ok, ok, alors si je gagne tu m'dit l'autre truc que j'voulais pas entendre et qu'tu voulais pas m'dire.


Il sembla pondérer la chose avec la plus grande attention avant de répondre.
-D'accord. Pis de toutes façons, je vais gagner, alors...
-...On croirais entendre Aurélien.
-Ben c'est normal, c'est mon frère! Y dit que si on part battu, ben c'est même pas la peine de commencer. Pis c'est vrai, en plus.
-…Si on part battu?
-Vui, si tu crois que tu vas perdre alors que t'as même pas commencé rien.
-Ouin té mieux d'pas tombé malade, la dernière chose que je veux c'est qu'ton frère est une raison de plus tha' hate my guts.
-Aite maille gueutçe? C'est quoi aite maille gueutçe? Pourquoi tu dis que Auréyen y aite maille gueutçe?
Elle trouva la situation cocasse, et décida d'être buté.
-C'est exactement ça; he Hate my guts.
Il se mit à trépigner en battant l'air de ses mains de chaque côté de sa tête, signe de frustration chez le Jony d'Amérique du Nord.
-Mais c'est quoiiiiiii?
-Ch'te l'dit pas!
Avec la conviction d'un enfant de quatre ans à qui on a refusé quelque chose, il planta son regard dans celui d'Angela.
-Ben z'vais demander à Tiger!
-Tiger, pfff, Tiger saurait pas ça, ...je suis pas mal sure que tu devrais demander à Aurélien.
-Ouais, z'vais faire ça! Z'vais demander à Auréyen!
-…Ho my god. …hahahaha!
-Z'vais même le faire tout d'suite!
Il se leva et se dirigea vers la sortie d'un pas aussi décidé que lui permettait sa coordination. La porte se referma. Angie continuait de rire comme si de rien, mais à chaque seconde qui passait, quel que chose en elle se resserrait. La conséquence de son acte fessait son chemin…
-Ha, shit! 
Elle rangea ses choses en vitesse, laissa la fleur de Jonny sur la table et déguerpi dans le déchiqueteur. 
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Pierre (Dieu) le Dim 17 Nov - 10:31

Se cacher dans la déchiquetteuse était une mauvaise idée, elle le savait depuis qu'il y avait eu une explosion qui avait ravagé les escaliers, un feu qui avait rapidement grandit et qu'elle et ses compagnons avaient été pris en souricière au deuxième étage. Elle agrippa un contenant et décida de sortir.

Parce que la journée était bonne et la petite pris son temps pour remplir son vieux chaudron.



"Pong!" Fit un petit caillou en rebondissant contre le chaudron.



Elle leva le bras, regarda successivement, le chaudron, par terre, à l'entour d'elle.



"Pong! Pong" Deux autres petits cailloux vinrent sonner contre le métal.

"C'est pas moi!" Entendit-elle Jony crier.

Lorsqu'elle vit le caillou, elle compris la manigance. Elle souffla un rire et lanca:

-Obviously!



Puis elle tira le bac sur elle.



Jony se tenait à mi-chemin entre la porte du bâtiment principal et le puit. Effectivement, à sa façon de se mouvoir, il était difficile d'imaginer qu'il puisse lancer des cailloux avec autant de précision.

"Si c'est vrai que c'est pas moi!"

Dupe, et surtout jamais assez sur ses gardes, elle jeta un coup d'oeil aux alentours tout en sortant de sous le gazebo.

"Pong!"

"Nope, c'est pas lui..."

En voyant voler le caillou et en entendant la voix de son frère, le visage de Jonathan se fendit d'un sourire triomphant.

Elle fit deux pas, hésitante, en cherchant toujours frénétiquement du regard ou était le… Ha, il était sur le toit de son bureau. Ha, justement, si elle ne se dirigeait pas vers le rond de feu en fixant la pierre comme si rien d'autre au monde existait!

"Désolé pour la lapidation, hating your guts is a full time job!" Lui lança t'il avec une bonne humeur teintée de dérision.



Elle aurait probablement tenter de réprimé un sourire et serait revenue sur ses pas pour gracieusement lui tiré la langue mais quelque chose n'avait pas passé, apparemment, puisque elle lui tourna le dos sans dire un mot.

"Z'lui avais bien dit d'pas faire ça!" Chouina Jony qui lui emboîtait le pas.

-…De pas faire quoi? Tes capable de prévoir ce qu'il fait? dit elle en déposa son chaudron sur le banc.

-Ze l'ai bien vu monter sur le toit avec ses cailloux après que ze lui ai demandé le truc et que tu es sortie. Il a rigolé pis il est monté sur le toit avec les cailloux! Si c'est vrai!

-Ha bien c'est lui qui est capable de prévoir ce que je fait alors...

- Non..." Jonathan se tortillait, comme oppressé par une affreuse culpabilité. "Z'lui ai dit que tu passais avec un chaudron, z't'avais vue par la fenêtre. Pis moi ze croyais que il allait juste te dire c'est pas vrai. Mais il a pris les cailloux..."

Ayant fait de rapides enjambé jusqu'aux bois à bruler, elle agrippa ce qui lui fallait et revint au pit à feu. Elle était à genoux.

-J'comprend rien à ce que tu racontes...

"Pis toi, t'as menti!" Dit-il en tentant de croiser les bras. Mais ils reprirent bien vite leurs divagations habituelles. "T'as dit un truc que c'est pas vrai! Pis c'est pas bien!"

Elle sourit malgré elle.

-Est-ce qu'on peu parler du fait que ton frère me lance des roches?

-Il les a lancés sur ton chaudron. C'est pas pareil!" La précision semblait revêtir une grande importance pour lui.

Elle soupira et jeta un rapide coup d'oeil derrière elle.



Toujours juché sur le toit, Aurélien se curait les ongles.



Rassuré, Angie continua ses manoeuvres. Elle alluma un feu et déposa son horrible chaudron sur le grillage.

Autant Jonathan pouvait laisser une conversation dériver, autant il était capable d'entêtement et de suite dans les idées quand il voulait quelque chose. "Pourquoi t'as menti?"

Elle s'assit précisément dans la chaise verte, la ou elle était caché par le coté du mur et une bute de terre.

-J'ai été citée hors contexte!

- Ça veut dire quoi?" Demanda Jony en entassant proprement des morceaux de bois épars.

-Ca veux dire que j'ai dit ''Aurélien va avoir encore plus de raisons de me détester si tu meurt de froid!''



Elle trouvais cette situation digne d'une garderie.



Il lui jeta un coup d'oeil septique.

"C'est ça, aite maille gueutçe? Ben pourquoi ça l'a fait rigoler, alors?"

-C'est lui qui sait.

- Faut que z'aille ENCORE lui demander, alors!

-Non non non non non reste ici! Tu commencera pas à jouer le messager.

-Tu dis ça passke je parle pas comme y faut?" Il avait l'air un peu insulté.

-Quoi? Non! dit elle l'aire de ne pas avoir de contrôle sur la situation, Pas dutout!

- Moi ze comprends rien à vos histoires. Pis, ben vous non plus, vous comprenez rien à vos histoires! Alors c'est peut-être pas juste passke ze comprends pas tout que... ze comprends pas tout!"



Encore une fois elle était dans une situation ou elle ne voulais pas dutout être, encore. Le Karma lavais pris à défaut. Elle c'était retourné sur sa chaise et était très sincère et délicate:

-Exactement, Jonathan. Rien de ça est de ta faute. Aurélien et moi on est …On arrive difficilement à communiquer! Pi bien, c'est ça. Sa rien avoir avec toi, tout est correcte avec toi, j'te jure.

ll fit de son mieux pour exprimer sa propre sincérité, délicatement.

"Euh... Ben... C'est sûr qu'avec lui sur son toit pis toi ici, ça va pas être plus facile, la commu-mmu-ni-ca-tion..."



Un peu plus loin, on entendit deux pieds retourner sur le plancher des vaches.



-J'y est dit que j'avais autre chose à faire tantôt d'toute façon, j'me sentais pas d'humeur à lui faire la conversation.

Quelques pas, le bruit d'une porte qu'on ouvre, qu'on referme.

"Ah ben z'crois que ce message-là, il est bien passé!" Dit Jony en regardant vers les bâtiments.

-What? He just showed up!

Elle mit la main dans le chaudron et toucha l'eau.

Elle eut droit à un nouveau regard écarquillé de "Jony n'a pas compris un mot de ce que tu viens de dire."

- Chaud d'eupe? L'eau est chaude? C'est ça?

Elle soupira et explica:

-…Pour un gars qui à compris le message, y gosse.

- Non, il est rentré dans son bureau. Tsé, les cailloux, c'était peut-être plus une blague pour moi que une blague pour toi...



Elle ne dit rien pendant un moment. Un dangereux moment. Un moment comme lesquels le silence d'Angie était à craindre parce que, généralement, son silence menait a une idée qui la mettait encore plus de pétrin qu'elle était ne l'était.

Elle se leva et commença de grandes enjambés vers la porte.

Jony la regarda se lever et partir précipitament. Il avait admis qu'il ne comprenait rien. Alors il resta à surveiller l'eau. Ça, c'était dans ses cordes!

Au moment ou Aurélien posait ses fesses sur sa chaise, la porte se fit tirer de l'extérieur, puis suivit deux bref cognement.

"Ouais, j'arrive." Il se leva et vint ouvrir la porte. "Qu'est-ce que j'ai fait encore?" Ajouta t'il pour lui-même entre ses dents, de façon à peine audible.



Totalement en contrôle, pour une rare fois ou elle avait la tête haute, elle poussa la porte et la referma avec le loquet. Elle lui fit face, résolu et articula calmement:

-What' do u want!?

-Nothing reality can catch up with. And you? What do you want?

-Want to know what will it take to not have you being a jerk 2 hours, really.

- I am being a jerk? Right now?"



Elle le regarde, droit dans les yeux, l'air de pas vouloir entendre quoi que se soit autre qu'une réponse à sa question.

-For Christ's sake! What do you want me to say? What do you want from me?



Sa réaction l'étonna durant fraction de seconde, puis, la lueur d'un sourire familier qu'elle tentait nuit et jour de réprimander s'afficha sur son visage.

-Say your sorry.

- I'm sorry." Il avait dit celà avec un grand sérieux, d'abord démenti par ses yeux, puis ses muscles zygomatiques le trahirent à leur tour. Il parvint toutefois à ne pas trop sourire en se mordant l'intérieur de la lèvre inférieure.

Les deux commissures de ses lèvres étaient par en bas, barrant un sourire qui ne pouvais pas être plus évidant de toute façon. Elle pencha la tête, le regard d'autant plus 'sévère'.

-...Que je suis pas une sainteté.

- Ah non, ça, en effet, je retire! T'es pas une sainteté!" Il parvenait à ne pas rire. C'était un exploit.

-…Que tu n'est pas plus venu me parler que je suis venu le faire...

- Oui, on est bien d'accord. On s'est croisés par hasard et on n'est jamais allés voir l'autre pour discuter.

Elle pinça les lèvres, et dit un peu plus plus sérieusement:

-…And… you acknowledge that your can really be mean when you get mad.

-Yeah, that's correct too. But I used to get furious and be a really nasty bastard. Believe me, I improved. A lot." Le sérieux de la réponse matchait très exactement celui de la question.



Elle continuait de le regarder, elle inspectait son honnêteté.

Il avait ouvert les mains et avait étendu les bras de chaque côté de son corps.

"What else?"

-You might wanna try t'say sorry again

Elle avait tenter de dire ses premiers mots sérieusement et avait atrocement échoué. Elle fini sa phrase secoué par un léger rire silencieux.

-Eh, pousse pas ta luck!" Il ne riait pas mais souriait tout de même. "So, is my slate clean, now?"

-Yeah, pretty much yeah. No hard feelings.

- Good. That's something already." Il se passa la main sur le visage, se gratta la joue puis soupira. "What now?"

-What now what?

-What now what what? Non, on va jamais s'en sortir, comme ça. On va pas faire comme si il s'était rien passé, parce que c'est faux, mais on va essayer de pas recommencer. Ok?



Il aurait pu lui dire qu'il était fière d'elle, elle aurait eu le même étant de contentement sur le visage. Elle opina la tête, les mots qu'il avait formulé était ceux a qu'elle elle pensait.



-You look wasted.

- Yeah, thanks. That's my new way to blend in the scenery. Call it camouflage... Yours not bad either, you should make great catches while hunting...

Un bruit de gorge en guise de rire. Elle songea à une réplique qui se fit exécuter parce qu'elle n'était pas approprié.

-…Yeah.

Puis elle ajouta:

-I'mma go now, see you later.
avatar
Pierre (Dieu)
Admin

Messages : 219
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur http://ruins.simplygaming.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Dim 17 Nov - 11:29

Natacha entra dans la salle commune par la grande porte, projetant une ombre impressionnante sur le sol de la cuisine.  Elle se déplaçait avec un souplesse et un silence surprenants pour une femme de sa carrure.  Ses cheveux roux, coupés courts, flamboyaient dans la lumière matinale.  Elle s'avança donc lentement dans la salle commune, à la recherche de l'HOMME.  

Sachant fort bien qu'elle n'aurait aucune chance de réussir à être subtil, elle choisi l'approche directe.

- L'est où le puisatier-fermier ?  J'voulais lui "jaser" un brin.

Elle s'étira rapidement et prit une pomme légèrement fripée sur le comptoir de la cuisine.

_____________
Pendant ce temps, dans l'infirmerie "jasaient anodinement" et sans la moindre discrétion deux putes.  Elles s'étaient bien assuré que la porte donnant sur le broyeur étaient ouverte.

- Ouais mais du coup ses copains vont pouvoir en profiter pour demander n'importe quoi !

- Mais pourquoi tu dis ça ?

- Ben si Big Daddy il a un soft spot pour elle, il va vouloir lui plaire.


- À elle, pas à ses copains !

- Et chérie !  Quand tu veux plaire à une femme, et que tu es subtil comme lui, tu plais à sa famille en premier.

- Mais t'a dis que c'était ses copains, pas sa famille.  Attends, j'te comprends pus là...

La pute poussa un soupir.  Cela ne se passait pas comme prévu, il fallait qu'elle fasse équipe avec une fille tellement épaisse qu'on devait lui faire un dessin pour qu'elle sache comment pousser un balais.

- Les amis c'est la famille qu'on choisi, pis je pense que certains sont ses frères, ou cousins...  Je sais pas trop.

- Ho... Ils sont tous un peu cousins "ces gens-là"...  Il y a des villages comme ça  !

- Voilà ! Donc certains, plus brillants que d'autres, pourraient profiter de la situation... Si elle se développe dans le bon sens.

- Hooooooo.... 

Soudain la seconde fille sembla se rappeler pourquoi elles discutaient et ajouta :

- Tu pense que c'est pour ça qu'il dort pus avec Tiger ?
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Mer 20 Nov - 20:04

(Julie et véro, 2h plus tard)


Dans la salle de chirurgie les deux putes qui avaient, plus tôt, tapé la discute continuaient à badiner de tout et de rien tout en jouant aux cartes. Les cartes étaient presque toutes différentes, car trouver un jeu de carte encore complet relevait du miracle. aussi jouaient-elles avec un jeu issus de multiples paquets. Quand Angela passe devant elles se turent immédiatement et la regardèrent avec un sourire entendu et un air approbateur.

Croyant que le sourire n'était pas pour elle, -comment aurais il-pu l'être? elles ne les connaissaient pas- la jeune femme regarda rapidement derrière elle et, puisqu'il n'y avait personne ne se laissa pas confondre. Elle lança, voulant faire la discution un ''salut!'' aux filles. Elle passa derrière la plus brune, vérifiant si Tiger était dans le bordel. Il y avait encore une ou deux filles qui finissaient de se laver pendant qu'une autre faisait aérer les drap et battait les matelas.

-Salut ! S'exclama une des filles, Ça va ?

-Fatigué, répondit mollement angi, mais ca va!
Elle s'approcha de la table.
-Et vous?

-Ho l'hivers c'est plate…, fit la fille à droite, Y a moins de clients, les filles de la route comme nous, viennent se mettre au chaud. Tsé... On a pas toutes la chance d'avoir un amoureux...

Prenant pour acquis qu'aux moins quelques de leurs clients devait avoir des maisons, question de survire aux hiver Canadien, la petite leur s'enquit:
-…Aucun de vos clients estival veux vous garder durant la saison froide?

La brune regarda la jeune femme avec un air sincèrement surpris. Celle de droite soupira dramatiquement: 
-Nous garder ? Pour toute la saison froide, mais personne a les moyens de se payer ça ! 
-Ben à moins qu'il serait genre amoureux. Là c'est pas pareil. Pis si la fille l'aime bien aussi... OUCH ! - Ho pardon, tes orteils se sont trouvés sous mon pied...

La dernière phrase est dites sur un air TRÈS faussement innocent... la petite balaya cette parenthèse en un clignement de yeux.

-Haaa… Entre revenir, même si vous êtes beaucoup, pi passer l'hivers chez un client pi mettons lui faire un prix et prendre d'autres clients… sa rapporte plus que de revenir ici?

La brune leva encore un oeil surpris vers Angela pendant que sa copine se massait les orteils. 
-Si tu fais un prix pour un client, il va penser qu'il est…
Elle fit le geste des guillemets avec ses doigts.
-…"spécial". Ça pourrait rapporter plus, mais faut être vachement certaine que le type après va pas penser qu'il a des droits sur toi!

Penché au bout de la table, Angi regarda tour à tour la brune et la maigre en considérant les options.
-Ouin, me semble que vus comme ça, ...c'est le début de mille et un scénario qui finissent tous mal… 

Dit Angela en donnant un coup d'oeil approbateur pendant que celle qui se massait le pied laissa échapper un gémissement.
- Oui mais si il t'aime... tu serais conne de laisser passer une occasion pareille !
L'autre hocha la tête dans un geste d'approbation vigoureux.
-C'est juste que c'est pas toujours facile de voir ça !

Angela eu un petit rire.
-Au fait: j'm'apelle Angi, J'suis locataire d'la ''déchiquteuse'' avec ma famille!

Celle de droite fit un grand sourire bête.
-On te connait tu sais, toutes les filles ont... OUCH ! Mais tu vas arrêter oui ? 
-Moi c'est Christine, fit la femme à droite, et celle qui arrête pas de fourrer ses orteils sous mes pieds c'est Louise...
-Donc vous êtes pas rester avec vos clients, vous venez d'où?
-Christine et moi on fait la route de l'est. Tu sais, l'Acadie, Iberville, Mont-st-Grégoire... 
-Sauf que l'hiver on revient vers Big Daddy, parce que avec lui on est certaines d'avoir un toit et la bouffe.

Ouin, sa en fait un long chemin sans personne qui veux vous prendre sous sa couette… voyons donc, son tu si sans coeur que ça?

-Hem… Ya les gars qui vivent avec moi et...
Elle mit ses mains devant elle en signe de paix.
-Just so you know, ils sont difficile a approcher, vous offenser pas, les mit-elle en garde avant de poursuivre sur un ton un peu plus à la proposition, bref,…Ils on rien a faire ses temps si… Si sa vous dit d'aller leur demander de vous construire poile ou quelque chose pour vous tenir un peu plus au chaud…

Christine, encore en train de masser son pied la regarda avec des yeux ahuris pendant que Louise prend un air fripon. 
- Tu veux dire que si on leur dit que tu nous envois, ils vont accepter de nous réchauffer!?
-Heuu…, fit Angela à court de mot.
Ce n'était pas ou elle voulait aller. Elle grimaça:
-C'est que… si tu les abordent en disant ça, ils vont probablement… être encore plus difficile à approcher.
- Ho...
Christine sembla réfléchir intensément, tellement que ses sourcils se touchèrent presque et qu'un bruit d'engrenage rouillé se faisait presque entendre.
-Ben alors comment y faut vous parler?
La blonde un peu sur ses gardes, parce qu'elle s'attendait à tout moment à une réplique digne de Tiger, elle plissa les yeux.
-Sa dépend, tu les aborderais comment …

Louise semblait perplexe. Dans sa tête il n'y avait dix milles façons d'aborder un client. Elle fini quand même par laisser échapper ce qui la chicotait. 
-Tu veux dire, que les hommes de ton groupe sont pas... Tu sais...

Angie pointa ses doit un vers l'autre et les fit tourner en moulinet en hochant la tête l'aire de dire: va y, oui, va y...


Christine ouvrit de grands yeux ronds... 
-Ho mais c'est pas grave, on n'a pas juste Roméro ! S'ils préfèrent les hommes on a le petit nouveau...
Angie inspira en regardant le plafond. Pas le moins vexé au monde, plutôt décue.
-Mais nooon! dit elle sur un ton de ''mais non beta, c'est évident que…!''  
Elle hésita avant de poursuivre, parce que ce n'était pas son genre de passer ce genre de commentaire, puis finalement ce lança: 
-Aussi étrange que ça paraisse, ils seraient probablement plus enclin à coucher avec une personne qui hem… ne leur propose pas leur service sexuelle aux premier abords… Ceci dit, aborde les pas comme ça, surtout, si c'est pour leur demander de te construire un poile!
Elle regarda le planché en levant les mains une seconde fois :
-Pour tout le reste …ch'té donné le monde d'emplois.

Cette fois-ci ce fut Louise qui ouvrit de grands yeux... 
-Tu veux dire qu'il existent encore des mecs qui croient aux grand amour ? 
-Bha… peut-être pas le GRAND amour, nuança Angela, mais si tu veux arriver à leur queue, leur cul ou leur coeur, c'est probablement la méthode à suivre…

Christine de son côté avait les larmes aux yeux et se moucha en passant sa manche sur son nez. 
- Et moi qui pensait que Big Daddy était le plus doux et extraordinaire des hommes qui soit ! J'veux dire, il nous laisse vivre, nous nourris et nous protège sans rien nous demander quand on peut rien donner ! Mais si on lui offre une passe, il va pas ref.... OUCH ! Merde !
Clairement, les orteils de Christine s'étaient encore "malencontreusement" retrouvées sous le pied de sa copine.

Le jeux des filles était impossible à manquer et l'odeur des lauriers qu'elles lançait sur Big daddy commençait sérieusement à lui lever le coeur.
-On dirais que tout le monde c'est fait payé pour me vendre Aurélien…, dit elle raisonné.
-Qui ça ? Demanda Louise.
-Ché pas, c'est une impression que j'ai…
Elle fit aller sa main devant elle pour balayer la conversation. Qu'elles oublie ça, c'était totalement con. Christine se remettait lentement de ses émotions, pendant que Louise semblait perplexe:
-Aurélien, c'est un de gars de ton groupe ? Le grand kia toujours l'aire fâché ?
-Non, Aurélien; Big Daddy! Le grand, c'est badger.

Louise eu un large, très large sourire. 
- Wouah ! C'est vrai alors il t'as dit son nom...
Confuse, Angela plia les yeux et prononça un ''hein'' si peu pousser qu'il fut presque inaudible.
-Nooon, fit-elle grossièrement avant de poursuivre plus rapidement,…Catherine le gueule sans arrêt! Tu la jamais ent-! 
- Catherine, la vieille ? Est pas morte... 
- Si. 
-Pis, non, en tout cas, je l'ai jamais entendu l'appeler de même. 
-Mais elle le geulai sans arrêt cette été… 
Christine se remit à pleurer de plus belle. 
-On vient tout juste d'arriver nous. Donc non avant la vieille folle appelait Big Daddy, Big Daddy, comme tout le monde. Ou ptit con, mais ça y a qu'elle qui pouvait !
-… Heu, elle va bien ton amie? Pour quoi elle pleure?
-Christine, elle est juste trop romantique. 
-… j'ai pourtant rien dit de romantique….
-Elle est juste conne, kesse tu veux j'te dise. 
-Mais ce que j'ai dit, c'est quand même pas une raison pour pleurer...
À ces mots Christine partis en courant se cacher dans une autre pièce.

Un peu dépassé par les événements, pour faire changement, la petite dit entre ses dents:
-En tout cas elle n'est plus la pour te donner des coups de pieds des que tu parle d'Aurélien, … Au fait, comment ça ''c'est vrais alors qu'il ma dit son nom''?
L'expression d'Angela changea un peu, son sourire était beaucoup moins sincère.
- Ben... Les filles disaient juste que, le boss avait un soft spot pour toi. Du coup, J'en ai déduis que c'était vrai vu que je pensais qu'il t'avait dit son nom...
La ''Face de poker'' d'Angela tomba, elle demanda inquiète:
-Les filles disent ça parce que Tiger et lui sont fâché?

Louise semblait de son côté semblait devenir nerveuse. Elle regarda autour d'elle comme pour trouver quelqu'un qui pourrait lui venir en aide. 
- Ben... heu oui, mais pas juste...
L'autre ne la vit pas. Elle avait la tête basse parce qu'elle était incertaine et qu'elle commençait à se rongé de culpabilité.
-Non, Tiger s'est fâché, avant hier …c'était étrange …et Tiger est monté et elle était si fâché… Elle a appeler Aurélien, sa ''majesté'' et a dit des choses comme ''C'est ca, on est juste des putes!!'' A la fini la soirée saoule a me raconter comment fonctionnait Aurélien… 
Elle leva les paumes aux ciel, en haussant les épaules, bouche ouverte, sourcils froncé l'aire de dire: What the fuck

Une lueur de panique passa dans le regard de la pute ambulante. Elle se leva tellement brusquement qu'elle renversa sa chaise mais ne sembla pas le remarquer. 

- Tiger... Ti-Tiger t'as... T'as parle de LUI avec Tig... Ho merdeeeeee.
-Si! Elle a dit que- wo. …Quoi!? Merde quoi!?
- J'm'excuse, j'm'excuse. Dis lui juste pas ok !
-Dire pas quoi a qui!?
- À lui, à elle, aux deux... Ok ! J'vais... J'vais... Faut que j'aille faire pipi ! 

Et elle s'enfuit vers les chiottes en courant.
Angela tenta un:
-Tu peu être sur que je vais leur dire si ramène pas tes fesses ici!!
Mais elle ne se retourna pas et continua sa course en changeant de direction et continuant sa litanie de "homerdehomerdehomerdehodemerde..." Jusqu'a ce qu'on ne l'entende plus.

L'infirmerie ne comprenait plus qu'Angela. Seule à la table, il y avait un échos de bruit de pas et des sanglots dans la pièce voisine. Elle constatait ses faibles don, -en toute circonstance-, pour se faire des amis. Qui blâmer? Le karma? Son incompétence sociale? l'odeur de ses cheveux? 

Elle fixa la vide en hochant la tête.

-D'accord, fit-elle emplie d'ironie pour elle même.

Elle mit ses mains sur la table.

Time to get Tiger.
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Angela Honey Badger le Jeu 21 Nov - 18:39

Après avoir fait le tour des lieux de long en large, elle finit pas la trouver. Tiger s'était retirée. L'hiver était toujours une période pénible pour elle. La proximité avec les filles avait du bon, mais elle ne dormait pas très bien avec toutes les autres. Il faut dire qu'elle n'avait pas l'habitude de dormir avec autant de gens si près d'elle. Elle avait donc pris une couverture bien chaude et s'était réfugié dans un endroit bien sombre et tranquille, à l'abris du vent. La terre n'était même pas gelé et encore molle, aussi à demi ensommeillée Tiger dessinait du bout des doigts des molécules sur le sol. La porte s'ouvrit, une frimousse chercha, puis trouva ce qu'elle voulait. Son visage s'éclaircit.

-Hey toi!, sourie-t-elle,…Je peux entrer?

Tiger releva mollement la tête. 
-Ben oui, évidemment.

Honey enjamba le gros bio de bois et mit le pied dans la rip, refermant délicatement la porte grinçante.
-Je pensait pas te trouver ici, c'est …hem, reclus... mettons.
-Justement... J'ai besoin de me retrouver seule des fois. Je ne sais pas si tu peux imaginer ce que c'est que de materner et vivre 24h sur 24h avec les filles !
-Ché pas, mais j'en est eu un bref aperçu juste la, fit elle, en roulant les yeux.
Elle s'assied sur le rebords de bois, dos sur le mur.
-Ho t'es tombée sur qui ?
-Christine et louise.
Tiger eu un sourire franchement amusé. 
-Elles ont du se faire un plaisir de jaser avec toi ! Elles sont pas stupides, mais des fois je doute qu'il y ai de la lumière à tout les étages !
-Ho oui… Elles sont gentille…
Elle pinça les lèvres et se pencha sur elle même, un peu déprimé que ses relation sociale se finissent toujours mal.
-Ça va ?
-…J'en est fait pleuré une et l'autre c'est enfuie.
-Ok celle qui a pleuré c'est certainement Christine. Elle est hyper émotive... Mais Louise c'est pas le genre à s'enfuir à moins que tu lui ai pointer un gun sur la tête.

Angie ne dit rien, pendant un moment on aurait dit qu'elle allait renchérir avec quelque chose de morne, puis finalement un sourire malicieux lui fendit le visage et elle dit: 
-Ha parce que tu a déjà fait le test?
Tiger commença par pousser un petit soupir mais celui-ci se métamorphosa en bâillement. 
-La vie sur la route est dure des fois. Oui J'ai déjà pointé un pistolet sur la tête de Louise. Il était pas chargé, mais le gars le savait pas.
Un des fameux ''What'' aiguë et remplie de curiosité sortie de la bouche de la petite. Tiger s'étira comme une chatte et resserra sa couverture plus près d'elle. 
-Ça remonte à il y a trois ou quatre déjà, j'ai perdu le compte. Elle voulait se libérer de l'emprise d'un conjoint violent.
-Et c'est sur ELLE que tu a pointé le fusil?
-Ben oui... Le salop avait ben plus peur des conséquences si elle crevait par sa faute à lui...
Au travers son masque elle lance un regard vers Angela, réalisant que son histoire n'était vraiment pas claire.

Hum, tu te fait stooler a Aurélien et il te défonce la geule, songea Angela.
-Et il lui est arrivé quoi en fin du compte? Il était violent non, il a eu ce qu'il méritai?, demanda t-elle de la même facon que lon peu demander comment se fini un tome d'une BD avec des super héro que l'on a pas lue.
-Ben finalement le gars a laisser partir Louise. Mais on l'a retrouvé quelques semaines plus tard. Enfin, on pense que c'était lui. Il lui restait pus un seul os d'intact dans le corps.
-J'espère qu'c'est Aurélien!
Tiger nota intérieurement le "Aurélien" et se fit une note mentale d'y revenir plus tard.
-Je ne lui ai pas demander. Je préfère ne pas le savoir puisque j'avais négocié avec le gars pour lui éviter ça. Mais oui, c'est le genre de Big Daddy de faire ça. Il ne tolère pas qu'on frappe une femme. 
-Waip!
-Note que Louise m'avait dit qu'elle préférait mourir que de rester pognée avec ce mec.
L'entousiasme d'Angela à savoir qu'un probable Aurélien vengeur de Louise tomba. Elle lança un regard à Tiger, mais n'ajoute rien. Elle n'aurait pas sus quoi ajouter de plus à un sujet aussi grave.

Après un silence confortable Tiger réouvrit les yeux. 

-Mais tu me cherchais? Ou alors tu voulais la place?
-Ho non, fit elle sincère. Moi je préfère aller marcher quand je veux la paix. Rester assise… sa m'endors!
-Justement! J'avais besoin d'une sieste. 
Angela se redressa. Vraiment, elle n'avait rien d'autre à lui dire ou à lui demander, elle voulais simplement voir dans quel état la femme était depuis leur… dernière rencontres.
-Mais donc tu me cherchais ?
-Ho, je voulais pas te déranger, je voulais juste de tes nouvelles!

-Tu me dérange pas. Va falloir que je sorte de toutes façons. Les filles vont finir par foutre le bordel si je le mets pas au pas, sans jeu de mots!

La petite laissa aller son souffle:
-….Ta pas idée!
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Nicolas Grenier le Jeu 21 Nov - 21:55

Pendant ce temps, dans la grande salle, Natasha attendait toujours Marc pour une raison que seule elle connaissait, ou bien la plupart des péripatéticiennes. En fait, il était en train de faire un somme sur sa couche, en pleine journée.
Il se releva tout bonnement pour tomber tout près de Natasha qui attendait dans la grande salle.
Il vit le tronion de pomme et se dit qu'un pommier serait bon dans le coin...

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Jeu 21 Nov - 22:02

Natasha avait une carrure impressionnante pour une femme, elle devait avoir des ancêtres nageurs Allemands ou Norvégiens.   Ses cheveux étaient d'un roux clair presque blond dans la lumière artificielle, ses yeux bleus et la douceur de son sourire venait amoindrir la fore de ses épaules.  D'ailleurs son sourire était radieux quand elle vit se lever Marc.  

(Notez que tout ceci se passe un peu AVANT qu'Angela et Tiger entrent dans la cuisine)

- Salut c'est toi le puisatier ?   Moi c'est Natasha.  Je faisait la route du sud avant.  

Elle tendit sa main puissante vers lui.
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Nicolas Grenier le Jeu 21 Nov - 22:23

-Euh, bonjour! Je suis effectivement un puisatier. Mon nom, c'est Marc.
Il tendit sa main pour rencontrer cette nouvelle qui semblait le connaître.

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Jeu 21 Nov - 22:32

Était-ce grand dieu possible, le sourire de Natasha devint encore plus large !

-Ha !  Facke c'est toi le nouveau puisatier que Big Daddy aime bien !

La poignée de main était solide, franche vigoureuse.  Des mains qui avaient déjà eu leur lot de travail manuel.  Natasha de son côté apprécia les cals qu'elle sentait dans les mains du puisatier.   Le type de marque que laisse un honnête travail manuel.

- J'voulais te jaser justement !
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Nicolas Grenier le Jeu 21 Nov - 22:35

-Ok, eh bien, assied-toi.

Marc se mit à table devant Natasha en se replaçant les cheveux. Après tout, il venait de se lever.
Il en profita aussi pour boutonner sa chemise.

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Ven 22 Nov - 17:25

- Tu as froid ?  

Demanda la grande femme en le voyant boutonner sa chemise ?

- Parce que ça me dérange pas qu'elle reste ouverte tu sais !

La femme rigola un moment de sa propre "blague à la tiger".  Natasha aimait l'hiver, elle trouvait cette période reposante et le froid ne la dérangeait pas.  Aussi elle était d'excellente humeur en ce jour.   Cependant c,est avec la subtilité d'une Brahmine affamée qu'elle se lança dans le sujet.

- Tu pense quoi du mariage ?
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Nicolas Grenier le Ven 22 Nov - 18:21

-En fait, je me boutonne parce que je viens de me réveiller.


Tu pense quoi du mariage ?

-Du mariage? Hum, je sais pas pourquoi tu me demandes çà. Est-ce un sondage?
Sinon, que c'est un moyen de s'établir durablement avec quelqu'un...

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Divine Providence le Ven 22 Nov - 19:53

Elle le regarda un peu surprise.  On lui avait tellement parler des nouveaux comme étant farouches et royalement pudique.  Celui-là avait l'air ou vert et sympathique.  Bon oui quand même un peu pudique puisqu'il refermait sa chemise.

-  Vous avez pas froid à dormir tout seul, chacun dans son petit cubicule ?  Ça a l'air triste en tout cas...

Elle sembla pendant une seconde perdue dans ses pensées, comme si la tristesse était un sujet qui demandait à être approfondi.

- Durablement !   Voilà !  C'est un bon mot.   C'est même je trouve un mot génial...   Le mariage c'est pour le solide, le durable.   Et la communauté aime ça !
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Nicolas Grenier le Ven 22 Nov - 23:33

Marc n'avait pas grand chose à répondre à ses affirmations. La dame était directe mais il manquait tout de même un but à ces avances habituelles du côté des Marquées.

Il répondit tout de même à la phrase sur la chemise:
"J'ai un sleeping pour pas avoir froid, mais ma sous chemise est déchirée, alors je referme la deuxième."

Il ajouta, juste pour faire la conversation:
"Et toi, comment tu dors quand tu fais la route?
J'en ai chier, moi, quand j'ai voyagé de Beauharnois à ici...

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Beaucoup de bruit... (Suite de La Médiation Thérapeutique)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum