Nemophilist & Nefelibata

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nemophilist & Nefelibata

Message  Angela Honey Badger le Lun 25 Nov - 19:03

Spoiler:

-Yes! Ah-ha! Ha ha yes! Finally! YES. FUCK!

Seul entre les feuilles la jeune femme jurais joyeusement en découvrant sa prise, étendu par terre, encore vivante mais faible et s'approcha d'elle le moins cérémonieusement aux monde pour la daguer au coeur.

Sa proie morte, elle examina les deux flèches qui l'avait toucher. Elles étaient brisé, probablement à cause d'un arbre.

Elle alluma sa radio et changea le canal 3 pour le canal des 'miliciens'.

-*Sssskkkr* Salut les gens, Angie ici. J'viens d'taper l'souper. …Trop gros pour que je puisse le ramener, j'suis nord-est-est de la marque. Environ 25 minutes. Quelqu'un veux m'aider à l'lifté? *ssskkkkkr*
-*Grwwwwwiiiiizzzd* Ici le Sergent Berthier. Faisons route vers votre position. *Gwvvvvvvt*
-*Skkkrcck* ……Jackpot, Bert! …Recu. *Skkkr*

Elle se pencha et brisa les flèches, laissant la pointe dans l'animal.

-*Sckkr* Z'êtes à combien de temps, Sergent? *Scrk!*
-*pzgrzzt* Si j'évalue correctement votre position, nous sommes à trente minutes ouest-ouest-nord. Restez à couvert, ne vous approchez pas de la route avant que nous ne signalions notre présence. A vous. *Zwwww*
-*Skkrr* Roger. *Sck!*

Radio en main elle recula d'un pas, constatant qu'elle était dans une ère ouverte, loin de la foret, la ou n'y arbre n'y feuilles de maïs ne pouvait la cacher. Seulement une végétation rase et quelques dénivellations. 

*Skkkrk* Errrm, J'suis actuellement passer la grange, la ou la route passe derrière, au début d'la curve j'dirait, si vous commencer à descendre… hem, déjà de la, je suis à vue. *Skr!* 
-*Bjvvvvkr* Essayez de rester à couvert. On arrive. Terminé. *Djjjkvtwiiiii*
-As if.

Elle abandonna sa prise et se mit à la recherche d'une longue et solide branche. Une tige de métal aurait été parfait …ou un de ses fameux tuteur a roche. Rien de trop beau. Bon, le Karma était clément ce matin puisqu'elle trouvait en effet une longue branche pas encore assez pourrite pour fendre. Elle revint sur la scène et entendit un bruit furtif, à sa droite, derrière un buisson plus bas, si bien qu'elle ne voyait pas ce qui avait fait le bruit.

Le bout de bois fit un bruit mou lorsqu'il se fit lancé près du cadavre. Elle se mit sa dague entre les dents, et lentement, prit son arc et encocha sa dernière flèche.

Quelque chose, une boule de peau, de fourrure et de crasse jaillit du buisson et fit une roulade pour aller se mettre à l'abri dans le fossé.

La boule de fourrure hors d'atteinte, la jeune femme rangea sa dague. Elle entrepris d'attacher les pattes de sa prise à la branche, solidement. Puis, s'assit par terre, s'accota sur le ventre de la bête, pieds sur la branche et genoux relever et profita du moment.

"T'es morte!" Fit une petite voix, quelques instants plus tard.

Elle se retourna lentement, dévoilant sont arme non bendé et écarta ses main devant elle, encore plus doucement en signe de paix. Elle était a genoux, mis accroupis devant la bête. 

Du bord du fossé émergeait un bonnet de fourrure sous lequel on devinait, sous la crasse, un petit visage résolu. Plus inquiétant, deux petites mains tenaient un lance-pierre chargé d'une bille d'acier. L'enfant sortit du fossé, la tenant toujours en joue et s'avança. Ses vêtements consistaient en un amalgame de peaux de bête, d'écorce, de feuilles et d'autres choses encore...

-S'te plais, tue moi pas!

La petite frimousse se fit plus résolue encore. Mais l'enfant baissa son arme, tout en la gardant prête à tirer.

"T'as d'la chance qu'y aie des lois par icitte!"

Impossible de garder son sérieux, Angie fit passer son sourire pour de la joie, question de continuer le jeux et de ne pas offenser son ennemi:

-Vraiment?

Elle fit de petit gestes rapides qui signifiait: ok, alors, heu, j'peu baisser mes bras? Est-ce que j'ai quelque chose à craindre? Est-ce qu'on est en bon thermes la? heu…

-Ouais! Pis pose ton arme! Si tu m'fais du mal, ça va mal aller pour toi!

Elle ne fit pas ce qui lui demanda. Elle le regarda, soleil dans les yeux et lui dit:

-J'te fait pas mal si tu m'fait pas mal.

L'enfant haussa les épaules et abaissa son arme pour de bon. 

"D'accord. Mais si m'tu fais d'quoi, tu vas être plus dans marde que si moi j'te fais d'quoi!"

-Ok ok, abdiqua t-elle en déposant son arc sur ses genoux. C'est juste que c'est pas tout les jours qu'on m'aborde en m'fesant des menaces de mort…/ /…Pourquoi tu veux m'tué?

-Si j'voulais vraiment te tuer, tu s'rais déjà morte! J'voulais juste te montrer qu't'étais pas à ton affaire.

-Waip, c'est pas tout les jours qu'j'entend pas lorsqu'une personne approche…, compliment-a elle l'enfant en lui offrant un sourire.

Les petites pomettes avaient bien l'air d'avoir rougi, sous la crasse. De plus près, on pouvait voir que la boue avait été appliquée intentionnellement, comme camouflage. 

"C'est parce que c'est chez moi, ici. Toi, tu viens d'ailleurs, tu connais pas l'terrain!"

-Pas si loin, lui dit elle doucement, je viens de la, fit-telle en lui pointant Beauharnois. Mais y'a eu une explosion alors je vie la bas.

Elle pointa dans la direction de la marque.

"Oh, t'es locataire au Camp? Si tu vas dans une colonie, après, faut aller à Mont-Saint-Grégoire, c'est là qu'c'est l'mieux!"

-Comment ça?

-Ben, pour le gibier!

Elle pencha la tête sur le coté. Drôle de coïncidence.

-Ha, pi tu attrape beaucoup de choses avec ça?

Elle lui désigna son lance pierre. 

-Oui! Tous les oiseaux, déjà. Tu vas près de la rivière et les outardes, y'en a partout en ce moment. Pis des canards. Le petit gibier, pis les chiens sauvages, on peut les tuer avec ça. Sinon, j'fais des trappes.

A bien le regarder, le lance-pierre détonnait un peu avec l'aspect de l'enfant. Il était en métal. Un véritable lance-pierre de chasse d'avant-guerre, pas un simple jouet.

Elle hausse les sourcils et donne un coup de tête sur le coté, vraiment étonné.

-Woh. Ta du visou, ...chose.
-Ouais! Y'a personne qui me bat!" La phrase avait été accompagnée de la posture caractéristique de fierté enfantine, celle qui laisse croire que les orteils vont décoller du sol.
-C'est sur.  // …j'irais faire un tour à mont-saint-grégoire alors! Encore que c'est probablement pas les même lois qu'ici… 

Les petits yeux bruns lui lançèrent un pur regard de "Tu sors d'où, toé" avant que leur propriétaire ne prenne la parole. "Ben là! Bien sûr que si... Chose! On est une colonie, pas des sauvages! Le Camp, les Colonies, c'est tout pareil!"

La jeune femme eu un bref éclat de rire et leva immédiatement les mains devant elle.

-Je sais, je sais. Mais je suis jamais aller la bas et tu a dit qu'il y avait des lois 'ici'…

Un simple haussement d'épaule accueillit cette remarque.

"Pis tu vas ramener ta prise au Camp?"
-Pas moi, des amis. Pourquoi?
-Ben si t'allais au camp, j'taurais accompagnée.
-J'y retourne avec eux, l'assura-t-elle, j'peu juste pas transporter ça toute seule…. ta vus la taille du truc!
-Ouais... Not bad..." Fit l'enfant, examinant la carcasse avec une petite moue. "J'vas v'nir avec vous d'bord. J'connais tout l'monde, au Camp! Enfin, pas les nouveaux locataires. Vu qu't'es là, c'est qu'y en a, right?
-Tout l'monde? 
-Ouais, tout l'monde! Sauf si y'a aussi des nouvelles filles depuis la dernière fois que j'y ai été...
-Y'en a plein! Pi Tiger les a forcé à faire le ménage!, s'amusa-t-elle. 
-M'étonne pas. Tiger, elle est comme ma mère, quand elle veut te faire chier, elle lâche jamais!
-Ho.
-Au fait, c'est quoi ton nom, Chose?
-Angel. Tu peu m'appeler Angie.
-C't'un nom d'anglaise, ça!
-…S'tun surnom. Pi oui c'est des anglais qui me l'on donné, chose.
-T'as quel age?
-300 ans!
-Beh oui, c'est ça! Même les goules elles ont pas c't'age là!

Angela était secouer par de petits rire muet.

-Et… Comment tu t'apelle?

L'enfant baissa la tête et, de mauvaise grâce, marmonna entre ses dents : "Aurélie..."

-Aurélie?
-Ouais, c'est poche, hein?
-Pourquoi sa serait poche?
-Ben, ça fait... Tu sais, fifille qui aide Maman à faire la cuisine...
-Nha, c'est bien correcte en plus sa marche super bien for the shorten'; Ray.

La gamine la regarda d'un air ébahi. "Ray?"

-Waip, Ray c'est plus; vital, bien plus agressif, … plus court aussi.
-Ouais! Cool! J'vas dire à tout l'monde de m'appeler Ray! Et en vrai, c'est quoi ton age?
-J'ai eu 20 ans… Y'a a peu près trois semaines.
-Ah ben bonne fête en retard, alors."

Sur ces entrefaits, on commença à entendre cinq voix plutôt mal accordées qui entonnaient "Par les monts et par les plaines", la chanson de marche préférée du Sergent Berthier.

-Merci. Toi, ta quel âge?
-Neuf ans et demi.

Elle aurait voulu que Bash soit la. Il aurait rie. La situation était si ironique. Elle eu un unique rire, qui ressembla à une toux et se leva en se raclant la gorge. Elle cria avec ses mains en porte voix: Hoéééééé!

"Objectif repéré, Sergent!

-Oui, j'suis pas sourd, Rocheleau."

Un court instant plus tard, les miliciens emportaient la proie et Angie les suivait de près.

-C'est bien gentil.../  /...Des nouvelles de moma larva?
-Négatif." Affirma le sergent. "Juste un peu de peau ici et là, mais vous avez déjà des échantillons au Camp."
-Plus qu'il n'en faut!.../ /...Ray, tu vien?
-Ouais, j'arrive!

La gamine lui emboita le pas puis trottina pour se maintenir à sa hauteur.

-Tu vit ou exactement?
-A la colonie de Mont-Saint-Grégoire, j'te l'ai déjà dit!
-Tu ma pas dit qu'tu vivait la!
-Ah? J'croyais... Ben, voilà, c'est là que j'habite.
-Té pas mal loins de chez toi...
-Pas tant. Mais si j'vais au Camp, on pourra envoyer un message à la colonie, que mes parents y capotent pas trop.
-S'quoi leur canal?

La gamine haussa les épaules. "Je l'sais-tu? De toutes façons, on va bientôt être au Camp..."

-Bien comment tu fait pour les contacter si tu l'sé pas? Sa fait pas d'sens...
-C'est pas moi qui vais appeler. J'sais pas m'servir de la radio. Enfin, pas encore! J'vais peut-être apprendre aujourd'hui, tiens!
-hum-hu, fit elle en haussant les épaules

Tout était calme, quand ils arrivèrent au Camp. En tout cas, l'extérieur était désert. La jeune femme était la a demander aux miliciens de déposer le cerf à coté de sa ''table d'opération''; une table qu'elle avait installé en dessous du gaébo, près du puis, question de pouvoir bien arrosé une fois fini. Elle les remercia en leur demandant quel partie il voulaient dans leur assiette pour soupé.

-Un coup de main?, avait elle lancé a Ray avant de lui lancé une corde.

Elle suspendait sa prise après l'échelle, ventre devant elle. 

Avec un grand sérieux, Ray se tint prête à assister Angela dans le dépeçage de l'animal. La tâche lui semblait familière, les lieux aussi.

-Parfait!

Elle attacha solidement la corde et fit un aller retour éclaire à la cuisine. Elle revint avec deux bol a salade, et deux gros chaudrons qu'elle disposa à différent endroits.

-Bon yé pas encore trop tard pour le saigner, tu peu l'piquer?

Elle lui tendit un bol de plastique vert.

Elle se débarrassa de son manteau, retroussa ses manches. Les deux chien savaient exactement ce qui les attendait depuis que la prise était entré dans le campement et bougeaient fébrilement. 

"Ouais!" S'enthousiasma Ray qui extirpa de sous ses fourrures un énorme couteau de chasse. "Le Loup! Le Renard! Tenez-vous tranquilles!"

Les chiens obtempérèrent, à contre-coeur.

-Ok mais juste ici, fit elle en tapotant une artère près de la cuisse et la hanche de la bête.

D'un geste assuré, la gamine fit ce qu'on attendait d'elle. Elle adressa ensuite un grand sourire à Angela.

-Ok, parfait. 

Elle toucha le sang dans le bol, le renifla et le gouta par deux fois, puis s'essuya les doits en hochant la tête, convaincu.

N'étant pas habitué de prendre d'aussi grosse prise, elle vérifia combien de sang pouvais perdre cette créature. Elle retira le bol après un moment, et mit l'autre, parce que pour ce qu'elle voulait faire avec le sang, elle n'en avait pas besoin d'une grande quantité.

-Ce bol la c'est pour la sauce, celui la on pourra le donné aux chiens.

Elle détacha ses pattes.

-Tu lui enlève les restant de flèches? J'vais essayer de récupéré les pointes… j'revien.
-D'accord!" Fit Ray, armée de son grand couteau et d'un sourire presque aussi grand.

La blonde partie dans les cuisine avec le bol.

-Warf!!
-Non pas toi l'oup. Fuck, hehe, arrêter ça! ….David?

Sa voix se perdit parce qu'elle ferma la porte avec son pied. Elle réaparu un instant plus tard, deux autres grand plat sous le bras.

Une petite main sale lui tendit les pointes de flèches. 

"Elles sont même pas trop maganées, tu vas pouvoir t'en resservir!"

-C'est super ça! Tu veux les mettre la? J'vais les laver tentôt.

Elle attendit que le bestiaux se vide.

-Comme ça tes parents savent pas que tes ici?
-Nan. Avec eux, faudrait que je reste tout le temps à la colonie à faire des trucs plattes.
-Comme quoi?

Elle retira le plat et le donna a la petite pour qu'elle le donne aux chien et lui fit ouvrir le ventre du cerf du coup au nombril. Rien ne tomba dans les plat par terre, tout était suspendu. 

-Comme surveiller les p'tits, ou éplucher des légumes. Des trucs comme ça...
-Tu part souvent sans leur dire ou tu va?
-Des fois. Pas souvent. Enfin, oui, souvent quand je sais que je vais être revenue avant la nuit, mais là, je crois que je vais rester un peu ici.
-Vraiment?
-Ouais! En plus, avec toutes les vignes à tailler, mes parents vont pas pouvoir venir me chercher avant un bout de temps!
-Pfff, tes pas capable de tailler des vignes?

Rapidement, La jeune femme examinait et coupaient des organes précis et les trillait dans trois différents plats.

-Ben oui, j'suis capable! Mais justement! Avec moi en moins, ça va leur prendre plus de temps et je vais pouvoir rester plus ici!

Angie rie.

-Tes don lache!

-Ben là! J'suis pas lache! Je t'ai aidée, pis j'vais pas rien faire ici, si y'a de quoi, je vais l'faire! C'est leur faute, aussi, à mes parents! Y me promettent qu'on va venir ici depuis ma fête, pis on l'a jamais fait!

-C'est quand ta fête?
-Le 2 juin!
-Pi pourquoi tu voudrais venir ici pour ta fête?
-Parce que j'aime bien, ici. Pis mon parrain y m'fait les plus chouettes cadeaux!
-Ha ta d'la famille qui vit à la marque?
-Ben, ma mère, elle travaillait là, avant. Mais mon parrain, il habite ici.
-Ta mère c't'une ancienne des filles du proprio?
-Oui. Ben, elle était pute, quoi.
-C'est ce que j'dit… // ...Y te donne quoi ton parrain habituellement?

Avec un sourire lumineux, Ray exhiba son lance-pierre. "Pour mes huit ans, il m'a donné ça!"

-C'est vrais que c'est vraiment chouette comme cadeaux!
-Pis le couteau pour Noël! Ma mère était tellement en tabarnak!
-Ya du gout ton ''tonton'' … Pourquoi elle était en criss?
-C'est pas mon tonton, c'est mon parrain, c'est pas pareil. Elle a dit que c'était pas des choses à donner à un enfant, surtout une fille. Pis lui, il a juste rigolé.
-Voyon. C'est exactement ce qui faut donné a une fille. He get you right.
-Ma mère, elle est tellement vieux-jeu, des fois! Pas des fois, tout le temps, en fait!
-Spa grave, ta mère, c'pas toi.


Elle tourna la tête et lui lança un regard rapide.

-T'aime les couteaux, t'aime les couteaux. That's it.
-Pis j'aime bien chasser, pis patenter des camouflages, pis pouvoir faire c'que j'veux.
-Ya personne qui chasse ou tu habite?
-Pas tellement. Y z'ont peur des chiens sauvages, pis des lynx. C'est débile parce qu'ils attaquent pas.
-Haha, pour quoi tu reste pas ici si ton oncle habite dans l'coin? tu pourrais v'nir chasser avec moi.
-J'te dis qu'c'est pas mon oncle! Pis j'suis pas sûre qu'y voudrait toujours me garder...
-Ho. Ho ok, c'est juste ton parrain… 'Parrain'. Ho. Bha. Pas toujours, mais, pour quelques semaines… Ou tu leur dira qu'de toute façon on va a mont-saint-greg bientôt, alors on pourra même re reconduire.
-Bah, faut juste convaincre mon parrain de me garder un peu. Si il leur demande, y vont rien oser lui dire!
-On peu bien, discuter avec ton parrain et tes parents après avoir fait ça s'tu veux… / /...Pi j'te montrerais mes skills pour le camo!

Elle se fit férocement deux barre de sang sur la joue et répéta l'exercice sur la petite. Ray se mit à rire et plogea à son tour un doigt dans le sang encore tiède pour barbouiller le visage d'Angela.

Deux heure passa et l'animal était en plusieurs morceaux, certains dans le frigo, d'autres dans le ventre des chiens, puis le reste était en trin de bouillir. Angela nettoyait une petite frimousse pleine de boue et de sang avec sa veste verte.

-…Bof non, souvent j'aime mieux juste lire ou dessiner. Chui presque meilleur que toi en dessin qu'en camouflage…. Arrête de bouger.
-Mais ça chatouille! Eh, oublie pas de te nettoyer aussi, t'as du sang plein la face!
-Toi dabor, moi chu un vampire, c'est normal que j'ai du sang dans face.
-T'es un quoi?
-Un Vampire!

Angela se lança dans l'imitation la plus cliché du vampire, main en griffe devant elle, grimacent pour montré ses canines et s'approcha d'elle.

-Des créatures de la nuit qui rode pour te voler ton saaaaaang!

Elle lui attaqua le haut de la tête et lui mordilla les cheveux.

Ray se mit à se tortiller en riant. "C'est même pas la nuit! C'est même pas la nuit! Arrête!" Elle montrait tous les symptomes d'une petite fille qui, si elle ne cessait pas de rire, finirait par faire pipi dans sa culotte...

-Bon, regarde moi un peu.

Elle l'examina et lui frotta le visage encore un peu et elle se rinça elle aussi. 

-Bon, y'é ou ton oncle?
-Mon PAR-RAIN!" Insista Ray en prenant la main d'Angela et en l'entraînant directement... Vers le bureau.
-Parrain, pardon.

Angela cogna à la porte.

-Devine c'que j'ai pogné pour l'soupé?
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Angela Honey Badger le Mar 26 Nov - 10:23

La porte eut à peine le temps de s'ouvrir que la gamine se jetait dans les bras du pimp en criant : "Parrain! C'est même pas vrai qu'elle m'a pognée! C'est moi qui l'ai suivie pendant une heure et elle a rien vu! Pis j'aurais pu lui tirer une bille dans le front n'importe quand!"

Aurélien vacilla un peu sous le poids et le choc de l'enthousiasme enfantin. Son regard de surprise fit place à un air de pure adoration. Ray continuait sur sa lancée : "J'peux-tu rester jusqu'à Noël? Va falloir envoyer un message radio à la Colonie, ils doivent se demander où je suis. Vous bougez pas, hein? J'dois faire pipi!"

Elle se laissa glisser à terre et courut vers les chiottes les plus proches.

Angie la laissa passer en levant les mains, l'aire de dire: Non, promis, je bouge pas, et elle la regarda partir.

-That is true, tough, admi-t-elle avec un geste de la main avant de croisé les bras et de s'accoté dans le cadre de porte. She did say me first.
-No wonder. She's a natural and she is on her own ground." Il avait l'air si fier. Si la gamine semblait adorer son parrain, l'inverse ne faisait aucun doute.
-En tout cas, elle est bien contente du cadeaux que tu lui a fait, dit elle calmement.
-Lequel? Le lance-pierre ou le couteau? Si tu avais vu la gueule de sa mère!" Il rit de bon coeur.

Voir Aurélien avec un visage aussi béa était inhabituelle.

-Awww, you love that kids. Your both adorable!
-Qu'est-ce que tu veux... La première fois que je l'ai vue, elle avait... Quoi? Vingt minutes?" Il surprit le regard d'Angela. "Eh, viens pas me dire que tu la trouves pas géniale aussi!"
-Is she named after you?
-Ouais. Le nom de ma mère, du coup...
-Haaaa…I see.

Elle haussa les sourcils et regarda le planché avant de se redressé et de mettre un pied hors du cadre.

-Bon bien je te laisse handler les parents, hum. Elle ma dit qu'elle ne les avait pas prévenu de son départ...
-Ben tiens... Neuf ans et demi et elle fugue! Ce n'est que le début! Qu'est-ce que ça va être quand elle en aura seize! Je vois d'ici sa mère essayer de la marier et la gamine venir se cacher ici... Bon, à moi la diplomatie parentale. Ça va encore être rock'n'roll..."
-Chui pas mal sure that you'll be just fine, fit-elle en quittant vers la cuisine.
-Bof, peuvent pas vraiment me détester plus qu'ils ne me détestent déjà. Et puis, ça va lui faire du bien d'avoir un break de sa mère, à la petite." Dit-il avant de se diriger vers la radio. 

Alors qu'elle se retournait, Angela tomba directement sur Ray qui lui demanda : "Quand-est-ce qu'on mange?"

-Qu'on mange? Hum, sa dépend…

La petite pouvais sentir qu'Angela allait lui retomber dessus.

-...Dépend de si ta chaire est tendre!!!

Elle la souleva de terre, la tourna dans tout les sens, la mordilla un peu et lorsqu'elle fut satisfaite en crie de réédition, relâcha la petite dans le bureau du pimp. 

-Aller, dit à tes parent que tu est en vie et supporte ton parrain, il va en avoir besoin.

L'émetteur radio à la main, Aurélien leur fit gentiment signe de baisser le ton avant de reprendre la parole. Sa voix était celle du patron, du méchant pimp, du personnage public, toujours en colère.

"Ouais! Un pigeon voyageur, avec un message, pour lui dire de fuguer. Non mais tu me prends pour qui, Johanne? Et à ta place, je changerai de ton!"

Des écouteurs qu'il gardait non pas sur ses oreilles mais autour du cou, on entendait des glapissement hystériques.

Le ton montait et déjà Angie était dans la cuisine. Civet de cerf et échos de parents indignées. Carré roti et excuses brouillé.

-Hum, soupira la jeune femme.

Quelques instants plus tard, du bureau, émanaient les cris de joie de Ray et la voix basse et calme de son parrain. La petite sortit en trombe et vint s'asseoir à table, un sourire radieux sur sa petite frimousse.

-Alors?, lui demanda la cuisinière.
-J'peux rester! Mais on sait pas jusque quand. Au moins une semaine." Elle reprit, un sourire plus large encore sur la figure: "Il l'a tellement bouchée, ma mère! Y'a que lui qui peut, d'habitude, personne ose rien lui dire!"
-Une semaine c'est bien, dit elle en brassant la viande. Tu lui a dit merci, à ton parrain? 

Ray se leva brusquement et retourna en trombe dans le bureau. Peu après, elle en ressortait dans les bras d'Aurélien qui la porta jusqu'à la table. Tout le temps que dura le trajet, la petite lui embrassa la joue sur le mode "pic-bois". Il la déposa sur une chaise avant de lui déposer un baiser sur le sommet du crâne.

"Ne la nourris pas trop, je ne vais bientôt plus être capable de la porter!" Il se dirigea vers le bureau puis, comme se ravisant, il se retourna brièvement. "And before you ask, no, she ain't mine."

-What? 
Elle plissa les yeux dans une grimace. Elle était loin d'avoir fait cette réflexion. Est-ce que c'était un problème?
-Does it matter? lui lanca-t-elle

Il revint sur ses pas et mit les mains sur les épaules de Ray. 

"No. Not to me. But it once did. You might hear stuff. Nasty story. I try my best to compensate for her mother being a manipulative bitch and her father having no backbone. Tough job."
-I hear stuff all the time, lui apprit-elle en balancant une main entre eux pour lui signifier que sa n'avait pas d'importance. All the same!
-Bon, si vous voulez bien m'excuser, j'ai deux-trois trucs à finir." Il s'adressa à Ray : "Brace yourself! Les filles vont capoter quand elles vont te voir!" Puis il retourna pour de bon dans son bureau.

"Eh, Angie?" Demanda la petite. "Ça veut dire quoi, braisse ioursailfe?"
-Hum… Prépare toi, fit elle sur un faux ton sombre.
-Oh! Ouais, c'est vrai! Tiger va encore dire que j'ai des puces!
-Pour quoi Tiger dirais ça?
-Elle dit ça à chaque fois! Que je vais mettre des prarasites partout!
-Elle dit ça Tiger. Amenne donc ta face de parasite icite.

Elle souffla sur une cuillère. 

Ray avança la tête et ouvrit grand la bouche. "Hi hé ha hon, he hrach' hout!" Parvint-elle à articuler tout de même.

-Merci d'ta confiance! … c'est comment?

La gamine mâcha consciencieusement, comme pour retarder son verdict. "C't'une joke! C'est bon!"

-Super, va donc la voir Tiger, et les filles tien, et va leur dire que c'est prète. 
-Moi? Non! Elle va vouloir que je prenne un bain! Pis elle va me mettre un ruban dans les cheveux! Elle fait ça à CHAQUE FOIS!"
-Ho si c'est pour te sauver des rubants, je vais y aller à ta place!
Elle décrocha un tableau et lui écrivit son nom parmis d'autres. Elle lui tendit une craie;
-Tiens coche la, sa veux dire que ta chasser l'repas, pi la sa veux dire que tu peu t'pogner l'cul puisque ta fait tout ce qu'on te demandait de faire pour la journée. C'est comme ça que sa marche les lunch ici maintenant.
Ray cocha soigneusement à l'endroit indiqué.
"Tu reviens, après, hein?" Demanda t'elle.
Angie raccrocha le tableau, lui tendit un bol et lui donna la cuillère.
-À moins qu'elle me kidnappe et qu'elle me force a prendre un bain…
Elle quitta la cuisine et longea la corridor avant dire:
-…Ce qui est très improbable… / /...Et si sa arrive je crierais a l'aide tu viendra m'sauver.
- T'inquiète pas! J'ai un couteau!" Cria la petite.
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Angela Honey Badger le Mar 26 Nov - 10:50

Angela n'étant de nature pas très reposante, courrais dans absolument tout les sens à l'heure su soupé. Elle fut la dernière assise et finalement, elle pu dégusté son repas, affaler sur une chaise, les pieds sur une autre. Ray s'était éclipsée avant que les filles n'arrivent et ne revint qu'après leur départ. Elle s'attabla à son tour. Suivie de peu par son parrain qui semblait autant qu'elle éviter la présence de ses employées. Angie lui demanda:

-Faque on l'a jusqu'à quand?
-Une semaine certain, ensuite, on verra.
-Une semaine, deux semaines, quinze semianes…, blagua-t-elle.
-Si y neige fort, j'vas être pognée icitte!, Répondit l'enfant avec un sourire radieux. 
-Ouais, en attendant, je ne sais même pas où on va te faire dormir.
-C'est vrais que s'tun peu froid pour la faire dormir t'seul dans un box… Tu veux dormir dans grange ak moi?
- Quelle grange?, Demanda Ray.

Angela regarda le propriétaire.

-Le broyeur. Tu te souviens, là où il ne fallait pas aller? Eh bien maintenant, c'est correct, on a tout nettoyé, avec la gang à Angela.
Il s'adressa ensuite à la jeune femme.
-À ce sujet, ils vont être d'accord, la bande de rigolos?
Elle haussa les sourcil, en inspirant pour délayer sa réponse, sa ne lui disait pas de le relancer sur l'insulte.
-J'vois pas pour quoi sa les dérangerais…
-Je ne sais pas non plus, mais bon, on ne sait jamais...
-I would know, acheva-t-elle en pleine connaissance de l'opinion de ses camarades.
-Je te fais confiance. Puis il s'adressa à sa filleule : "Et toi, ça te dit?
-Ouais... Mais... C'est qui, sa gang?

La commissure des ses lèvre de la cuisto remonta:
-D'autres vampire.
-Ah ben oui, toé! J'vais aller dormir avec des monstres qui veulent voler mon sang la nuit
-Tu peu dormir avec tiger et les filles, ou dans un box entre le gros qui lave la vaisselle la bas et Jonny, ou…
Elle regarda Aurélien, considéra l'idée, puis fronça les sourcils.
-Nha… This won't help your 'reputation'.

Le pimp s'étrangla dans son café.

-Come on! If anyone, ANYONE would suggest such…, Il se racla la gorge et but une autre gorgée.
Elle mit son coude sur la table, avança la tête et la posa dans sa paume de main.
-Tsé, on aura pas besoin d'te voler ton sang, si on te TRANSPHORME nous même en vampire. Tu va pouvoir voir dans l'noir pi voler…. Ha pi va falloir que tu boive du sang toi si.

La gamine la regarda d'un air septique. Puis, dans le doute, regarda son parrain pour arbitrage.

"Sérieux, Angela, il va falloir qu'on aie une petite discussion avant que je laisse ma filleule dormir là-haut." Dit-il posément mais fermement.
-Ok cé bon j'vais v'nir te voir, dit elle ne ne lachan pas la petite des yeux.
-Ce n'est pas une convocation disciplinaire, d'accord? Il y a juste quelques... ajustements à faire." D'un geste, il sous-entendit que tout cela n'était pas si grave.
Le plus naturellement du monde elle le regarda et lui dit:
-Ok, c'est bon.

Il se leva mais se pencha vers l'oreille de la petite: "Tu te souviens de l'orignal volant? Les vampires, c'est pareil." Puis il s'adressa à la grande. "Quand tu auras deux minutes." Dit-il avant de retourner dans son bureau.
-Ok.

Elle se pencha ver l'avant:

-Quel orignal?
-Oh, l'orignal, c'est quand j'étais petite. On était venus ici avec mes parents parce que y'avait des raiders qui trainaient près de la Colonie. Pis moi je voulais tout le temps sortir. Mais c'était trop dangereux, je savais pas encore me battre. Alors mon parrain, il m'a dit que si je sortais, l'orignal volant allait m'effoirer sous un gros tas de bouse."
-Pfff, ho. cute! Ouin bien les vampires font pas caca. Ché pas comment y font mais y chie pas.
-Ben, ils peuvent pas, vu qu'ils existent pas!
-Exactement!, lui accorda-t-elle fièrement, …En frais de créature qui va te prendre ton sang y'a pas ma juste les raiders… 
-Les raiders, la milice, elle leur pète leur yeule!
-Errrgmnn…, pas tout l'temps.
La petite eut un froncement de sourcils, une hésitation.
-Ouais mais ici, on est quand même... safe, non?
-Waip on est safe, mais sa arrive quand même qui a du monde qui se glisse une fois de temps en temps. C'est comme partout. Faut pas être con non plus…

Elle s'avance, inspire et lui fait signe de s'avancé mine de vouloir lui dire une anecdote et dit:

-Un m'en donné, y'a des ennemis …des vieux de la vieille…  a ''Big daddy'' qui sont débarquer avec des guns en geulant. Pi, parce qu'il trouvaient pas ton parrain, y nous on enlever moi pi une autre fille. Y nous on emmener plus loin, sur la route, y nous on fait met à genoux … pi il nous on coller un gun sa tempe…

Elle n'était pas en trin de lui raconter une histoire. Elle mimait le mouvement d'un fusil agressivement pointé dans une tête invisible et qui poussais celle ci à s'abaisser d'avantage. On pouvais voir dans ses yeux qu'elle n'avait pas apprécié le moment.

Ray regardait Angela avec des yeux ronds, mais sans effarement. De toute évidence, elle aimait bien les "histoires de guerre".

"Et pis? Comment tu t'en est sortie? Pis l'autre fille?"

-Bien, …On avait pas d'arme la, y nous avaient toute enlever, pi on pouvais rien faire! faque on a faillit mourrir! …Pi la, au boute du chemin, on a vus ''Big Daddy''
-Avec sa canne?
-Nhaaaaa…. pas cette fois la, mais  y nous a tiré de la et il a dit qu'il voulais pu jamais voir leur sale geule!
-Et il avait même pas sa canne? Parce que ça, ça fait crissement peur aux gens!

Angie ne se souvenait plus, en fait, entre le stress du moment et les larmes qui lui avait voilé les yeux, il était fort probable qu'elle n'est aucun souvenir d'Aurélien, mis à part sa voix.
-Pas quand le monde on des gun et qu'ils peuvent le tiré entre les deux yeux.

-Ouais... Bon..." Elle ajouta sur le ton de la confidence : "Tu sais-tu pourquoi il a une canne? Presque personne le sait!"
-Pour punir les gens?
-Oui, parce que c'est devenu son arme, mais pourquoi il l'avait avant!
Elle haussa les épaules et fini ''non'' de la tête.
-Je lui ai demandé, un jour. Il m'a expliqué que quand il était jeune. Bon, jeune, vraiment jeune, parce que là, il est quand même vieux. Genre, il était plus vieux que moi maintenant et plus jeune que toi. Il a eu besoin de la canne pour marcher pendant longtemps. Pis quand il a été mieux, il était tellement habitué qu'il a décidé qu'il allait la garder et que ça allait être son arme. Il m'a montré des trucs, comment taper avec un bâton et tout!"

Un petit tic de sourcil. Elle tenta de paraître convainquante parce qu'elle estimait quelque chose qui n'était pas forcement joyeux:
-Super.
Elle se leva et contourna la table en changeant le sujet:
-Au fait, …ta déjà tiré à l'arc?
-Nan!, Répondit Ray qui commençait à combattre le sommeil.
-J'te montre demain si sa t'intéresse...
-Ouais! Cool! Tu sais tirer au lance-pierre?
-Mieux qu'à l'arc!

Elle laissa son assiette dans la pile destiné à Smith et lui fit signe de s'approché.

-Viens je vais te montré ce qu'on a fait avec la déchiqueteuse, ton lit, pi la bande de 'rigolos-vampire'.

Elle s'éloigna avec la petite en lui ajoutant:

-J'en avait un comme ça mais plus frêle, pi il s'accotait ici…
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Angela Honey Badger le Mar 26 Nov - 12:13

Quelques coups sur la porte du bureau d'Aurélien, elle s'en allait presque oublier.

"Ouais! C'est ouvert!" Il arrivait au pimp de veiller tard dans son bureau. Mais rarement seul et rarement si tard.

-Tu voulais m'voir? fit-elle en ouvrant la porte. 

Sur l'écran de l'ordinateur, une partie d'échec. Sur le visage du pimp, la fatigue et un air de profond ennui. Elle entra et ferma la porte.

"Ouais, je voulais juste qu'on se mette d'accord sur quelques petites choses, concernant Aurélie. Vu qu'elle a l'air de t'avoir adoptée, ce qui ne me surprend pas vraiment, en fait..."

-Ouai ouai, aciessa elle rapidement.

Elle s'assit sur 'son' siège en changeant de sujet:

-Sa va?

-Petit problème d'insomnie. Y'a pas grand chose à faire." Dit-il en haussant les épaules. "Pas eu de trouble pour la coucher?"

Elle fit une moue en fermant les yeux et fait ''non'' de la tête l'aire de dire: aucun.

-Bon, ça en fait au moins une qui va bien dormir!" Il bailla derrière son poing. "J'haïs ça, pas être capable de dormir, t'as pas idée..."

Elle se demandait ou il voulais en venir, mais elle lui avait poser la question, alors c'était forcement qu'elle en avait quelque chose à faire.

"Enfin bon, on est pas là pour raconter ma vie. C'est le truc des vampires, qui m'a fait penser qu'on devrait se parler. Aurélie, elle est pas conne, elle ne s'effraie pas pour rien et elle a quand même presque dix ans. Alors, bon, oui, on peut lui raconter des trucs comme ça, elle saura faire la part des choses. Ou non... Oublie pas qu'elle n'est pas dans son environnement habituel, ici, pour elle, tout est juste «plus», si tu vois ce que je veux dire."
-Plus?
-Plus... Intense... Comparé à la vie chez elle. Un autre truc, que tu ne sais probablement pas, c'est qu'elle a deux petites soeur et un petit frère, alors si elle s'amuse à les terroriser avec ce genre d'histoires, non seulement elle va s'en prendre plein la gueule, mais on est pas près de la revoir. Donc, prudence..." Il étouffa un autre baillement.

Angie sourit à l'idée qu'elle puisse terrifier d'autres gens. Elle même c'était fait raconter un tat de sornettes par ses frères.
-Elle sait que c'est des histoires, tu sais...

-Oui, mais elle est du genre à trouver très drôle de les raconter aux petits et eux, ils sont pas mal plus jeunes et plus "bébés à leur maman"...
-Oui. …Je vois.
Elle mit sa jointure de doit devant sa bouche, mains ouverte doit relever. Geste qu'elle fesait lorsqu'elle réfléchissait. Elle demanda prudemment;

-C'est quand l'âge ou je peu lui parler des vendeurs d'esclaves et des swamplurk?
-Ça, c'est pas des histoires, c'est la réalité, des choses qu'on est jamais trop jeune pour apprendre. Et pour les Mirelurks, elle est bien capable de t'apprendre deux ou trois trucs, elle-même." De nouveau, un éclair de fierté, dans le regard, derrière la fatigue.
-Donc, plus d'histoire, de vampire. Ok.
-C'est ça. Et c'est pas un reproche que je te fais, ok?
-No no, I get your point. Sa mère trouverait des raisons de s'fâcher si elle la découvrirais sous le lit en trin d'agripper les pieds de ses frère et soeur pour leur foutre la chienne pi sa serait juste de quoi d'plus qu'elle pourrais t'reprocher. Pi t'en a déjà assez sur le dos comme ça.

Elle enleva sa main de devant la bouche pour l'ouvrir en étoile en désignant rien de précis.

-Tu veux pas que je l'infantilise, tu veux pas que je lui montre quoi que se soit quelle pourrait répété et qui fâcherait ses parents…/ /...J'ferais pas en sorte que tu puisse plus la revoir, lui promit-elle.
-Ils vont être fâchés anyway, c'est juste mieux pour tout le monde si ils n'ont pas l'ombre d'un motif vaguement valable... Je n'ai aucun droit sur cette petite, mais j'ai des devoirs envers elle.
-J'peu comprendre ça. 
-Voilà, c'est pas mal ce que je voulais te dire. Après, je te fais confiance. C'est bien qu'elle aime la compagnie d'un autre adulte que moi. Non seulement, elle va voir des trucs différents mais en plus, je suis pas top shape, ces jours-ci...

-I can see that, remarqua-t-elle calmement.

Il se pencha un peu en avant, vers elle : "But there's nothing you can do about it." Dit-il doucement avec un demi-sourire avant de se ré-adosser à la chaise.
Sa mou tomba alors qu'elle relevait le menton. Elle pinça les lèvres en haussant les épaules, barbouillant l'aire de ses mains.
-Ok ok, fine, qu'elle souffla en abendonant.
Elle se releva et se dirigea vers la porte et dit sincèrement:
-But, whatever you have, si tu a envie ou besoin de parler, si tu te sent seul, ma porte est toujours ouverte.
Elle se retourna en songeant a ce qu'elle venait de dire.
-Yeah, ...I only have one door anyway, fit elle sur un ton plus égayé.
-Yeah, I get it. I'll keep that in mind. Sa phrase avait été accompagnée d'un hochement de tête. "Repose toi, tu vas avoir une rude journée demain."

Elle eu un petit éclat de rire similaire à un ''Tssse!' et lui dit bonnement:

-Good night.
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Mar 26 Nov - 19:26

Aurélie-appelez-moi-RAY-maintenant s'était réveillée avant le lever du soleil.  Une pressante envie de pipi lui barrait le ventre.  Elle n'allait tout de même pas s'humilier et risquer de mouiller son lit parce qu'il faisait froid en dehors des couvertures !  Ça non elle n'était plus un bébé, ni une mauviette qui avait peur du froid.

Elle se glissa donc en douceur à l'extérieur des couvertures et remis ses pelisses crasseuses sur ses épaules.  Elle traversa silencieusement la grande salle tout en pensant que c'était vraiment cool que la porte soit défoncée, ça lui évitait de devoir sortir.   Tout aussi silence qu'une ombre et revint vers le Broyeur.  Alors qu'elle allait traverser la salle de chirurgie son sang se glaça.  Devant la porte du Broyeur se dressait son cauchemar !

Tiger avec à la main éponge, serviette et brosse à cheveux !

Comme la gamine allait faire marche arrière avec dans l'idée de se réfugier dans le bureau de son parrain Tiger l'attrapa par le poignet.

- Aurélie, un bain ne tue personne !  Tu pue et tes... (Tiger fronça le nez de dégoût) fourrures sont dégueux.  On va les brosser et les nettoyer.

- Lâche-moi, dit la petite, sinon je hurle !

- Et réveiller tout le monde ?

- J'vais me géner tient !    HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Angela Honey Badger le Mar 26 Nov - 19:35

Un étage plus haut dans l'autre pièce, Angie se marrait.
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Mar 26 Nov - 20:52

Tiger attendit quelques minutes que la petite manque de souffle. Mis à part une ou deux putes qui s'étaient pointées le bout du nez et l'avaient vite rentrer voyant que la matrone avait la situation « en main », personne ne sembla réagir.

- Et bien ma chérie... Tu pourrais être chanteuse, mais tu ne vas pas t'en tirer comme ça !

Et elle entraîna la gamine dans le petit cubicule juste à côté du labo où attendaient une bassines et des linges propres. Angie avait fini par descendre, lorsque les bruit d'éclaboussement s'était fait moins violent et que les cris c'était estompé.
-Puis, comment sa se passe la dedans?

Par la porte entre-ouverte, on pouvait entendre Tiger gromeler.
- Mais eurk, ça a fait un croute ici, tu te rends compte !
-J'm'en fout ! Arrête... ça chauffe...

Angie se marre le plus silencieusement possible. Lorsque les propos qu'Angela avaient tenus en arrivant traversèrent le dégoût de Tiger elle put enfin lui répondre.

- Mettons que je l'ai pas mise au monde pour qu'à crève d'encrassement... Franchement Aurélie, Un peu de fierté personnelle ça te tuerait ?
- Ray ! Je veux qu'on m'appelle RAY !
- Ray? S'étonna la femme tatouée.
-Angie! Elle veut me laver les cheveux... gémit la gamine
-Ray, lança la jeune blonde, quand t'auras fini; on déjeune et on re part. Si tu veux qu'j'te montre à tiré à l'arc dépêche toi d'en finir avec Tiger.
-Et je te prêterai un manteau le temps qu'on nettoie ces... truc de poils ! S'exclama Tiger, heureuse d'avoir un coup de pouce.
-C'est pas sale, c'est CAMO !
-Ok c'est Camo ET sale ! Écoute Aurélie...
-RAY ! Le petit cri est accompagné d'un bruit d'éclaboussure quand "Ray" frappe du pied dans le bassin.
-Ok "Ray" . Je te lave les cheveux et on les tresse. Pas de ruban ni rien. J'vais faire un deal avec toi.

...Minute de silence... On devine que Ray boude... Finalement Tiger continue.

-La robe et les rubans on les garde pour quand ta mère vient te chercher ou quand on va te porter, pour que Big Daddy soit pas trop dans'marde. Deal?

Wtf de la robe et des rubans? pense angela.

Soudain un bruit d'éclaboussure énorme se fait entendre accompagné de l'éclat de rire crystalin de la gamine.

-Hahaha DEAL ! Top là ! On pu entendre un bruit de crachat, suivi d'un autre bruit de crachat et du claquement de deux mains humides qui se serrent brusquement. L'eau lentement se mit à filtrer sous la porte pour atteindre les pieds d'Angela. La porte s'ouvrit brusquement pour laisser voir une Tiger trempée de la tête aux pied réprimant difficilement un sourire. Elle avait sous le bras la pile de pelisse de la gamine.

-Bon bain, j'vais aller me sécher moi ! T'as du linge sur la chaise, « Ray »...


-Ray, tu te dépêche? On part dans 5 minutes.
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Pierre (Dieu) le Mer 27 Nov - 13:26

(Un peu plus tard, ce jour là)



Dans le labo, Kara regardait sa table. Elle voyait qu'on avait échanger de place deux microscopes, elle grogna... Puis elle vit que son crayon rouge est a droite et bleu a gauche alors qu'elle fait toujours le contraire... Elle grinça des dents...

La porte s'ouvrit, un courant d'air froid entra, mais il n'était pas seul, Jony, sa casquette vissée sur la tête, l'accompagnait.




Elle regardait ses fioles vides et vit une verte dans les bleus ça l'énervait par en dedans. Elle se retourna subitement avec crainte car elle ne savait pas se battre, et un peu encore sur l'énervement qu'on aie touché à ses choses... Puis elle vit Jony et se calma.



"Bonjour Jony." Dit-elle avec un sourire.

"Kara! Regarde!" Il extirpa de sa poche un petit chien en plastique bleu. Il en actionne les pattes. "Pouet!", fit le chien. "Nuaze il est avec moi!" Fit Jony.

"Oh...Ça faisait longtemps je lui dois plein de bisoux!

-Oui!" S'enthousiasma Jony qui commença à lui tapoter les joues avec le petit chien bleu.



Elle sourit de plus belle, attendant que le tout se calme, passa une caresse sur le jouet comme si c'était un vrai animal.



"Il va bien?

- Oui! Nuaze, il va bien." Dit Jony avec sérieux. Puis il fronça les sourcils et montra un sac kaki qu'il portait en bandoulière. "Ze peux aussi travailler?


-C'est toi qui est venu ici ?"

Il commença à agiter les mains, signe de tension nerveuse chez lui. "Vui mais z'ai le droit! Si, c'est vrai!"





Elle replaça ses crayons en ordres puis le microscope, puis la fiole...


"Comme Catherine elle est allé voir ma maman pis la soeur à Anzela et tout, ze dois faire les médicaments, moi!

- Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh oui il va manquer de médicament pour l'hiver. Tu sais faire tout ça toi?"




Même si Big Daddy lui en avait un peu glissé un mot, elle jouait l'innocente.



"Vui, passke z'ai bien regardé quand Catherine elle les faisait quand z'étais petit-petit garçon pis maintenant, ze sais travailler fort-fort-fort!

-Ah et tu sais quand tu en fais un, ce qu'il fait en particulier?

- Vui, ze fais des tas de médicaments! Pis des onguents, pis les gouttes à mettre dans l'eau qu'il en faut pas beaucoup pis ça goûte même pas méchant. Pas trop..."


- Et tu peux tout faire ça ici?

- Vui, pis là je suis ici tout l'hiver alors ze vais avoir beaucoup-beaucoup de travail." Il cessa de se tortiller joyeusement et ajouta d'un air grave : "Mais là faut que ze trouve un somnifère qui goûte pas et pis qui donne pas mal à la tête pis qui fait pas dormir trop dur.

- Ah bon? Pourquoi?

- Passke y faut pas qu'il le sache sinon... y va être en crisse...

- Oui, mais qui ?"

Il sembla hésiter une minute, regarda Kara puis se décida : "Auréyen."



Elle ouvrit grand les yeux, prit un respire car elle savait que le brusquer le fermerait. Elle lui parla d'un ton ferme mais doux : "Quelqu'un veut donner à Aurélien un somnifère?

- Ben, vui, moi!

- Pourquoi? Mais surtout pourquoi il ne doit pas savoir?"


Jony semblait brusquement fasciné par l'extrémité de ses doigts s'agitant devant ses yeux. "Y dort plus. Mais y veut rien y faire!"




Elle était soudainement inquiète, elle qui adorait soigner Aurélien et passer du temps à ses côtés... Elle voyait soudainement une opportuniter de retourner dormir à ses coté en douce... Elle passa la mains dans les airs comme pour effacer sa pensée. "Il t'a dit pourquoi?"




La voix d'habitude débordante d'enthousiasme de Jony tremblait un peu de détresse : "Non, y reste toute la nuit dans son bureau à jouer aux zéchec sur la machine. Pis c'est tout.

- Hein?" Elle se disait que Aurélien aimait les discutions intelligente et qu'il devait commencer à en manquer un peu. "Il y a un jeu d'échec ici, pas sur la machine?

-Vui." Répondit Jony, semblant ne pas savoir ce que ça a à voir avec le reste de la conversation.




"J'irai proposer à ton ... heu Aurélien de jouer peut être que de ne pas jouer seul lui ira. Par contre les somnifères peuvent être utile pour des gens malades.

-Vui" Dit à nouveau Jony. "Mais si Auréyen il est malade, ben les gens malades ici y sont fichus passke si y'est plus là, les méchants monsieur-madames y auront plus peur pis y vont venir nous tuer!

- Oh je suis totalement d'accord avec toi." Elle réalisait avec embarras que sa seule discution sensée des derniers temps se faisait avec Jony. "Mais en même temps si tu endors Aurélien et que les méchants se pointent il pourra pas réagir.

- C'est pour ça que ze veux quelque chose qui fait pas dormir trop fort mais je sais pas comment ze peux doser pis ze sais plus ce que ze peux faire!

- Ok..." Elle se leva et lui laissa la place. "Tu veux bien me montrer comment tu t'y prend?

- Vui, mais, vui, mais... Ze sais même pas qu'est-ce qu'il a, z'ai peur de faire le médicament que ça va être pire!

- Tu veux que j'aille lui parler d'abord?

- Tu crois tu peux savoir qu'est-ce qu'il a?

- Je sais pas mais si on essaie pas, on saura pas.

- Vui." Dit-il en hochant vigoureusement la tête.




"Par contre j'ai peut être trouvé un moyen de ralentir la maladie que les filles avaient dans le broyeur et je sais pas faire des vaccins. Tu sais faire ça toi?

-Des vaccins? Comme un tout petit peu d'une maladie que tu donnes pour que les gens y fassent des bibittes pour pas l'attraper?

- Oui.

- Vui, mais y faut tester sur des trucs avant. Faut un pro-to-co-le d'ess-pé-ri-men-ta-tion. C'est vrai! Y faut des rats ou bien des souris ou bien des cochons!

- Ou des ennemis d'Aurélien.

- Dis-lui pas ça! Y va vouloir faire l'esspérience sur Papa!

- Oups..." Elle sourit. "Ah, oui, ça serait pas super en effet. Bon, on va voir Aurélien, en passant chercher le jeu et heu... il doit bien aimer une boisson au bar... Je lui parlerai pas de faire des tests sur des humains, au pire. Mais si on peut faire un médicament avec ma découverte, on pourra peut-être endormir la maladie le temps de trouver à l'enlever du sang... Là quand je met cette plante et celle-ci ca arrête l'évolution... Regarde." Elle lui montra le microscope se demandant si Jony comprendrait vraiment.

"Mais moi ze vais demander à quelqu'un de m'attraper des souris! Ze veux pas qu'Auréyen y pense que z'l'ai stoolé! Même si c'est vrai en fait..." Jony se concentra, observa ce qu'elle lui montrait et dit simplement : "C'est comme la Lysine!

- La Lysine? c'est quoi?

- Un... An-ti-vi-ral!

- Ah... Oui, c'est ça. Enfin je crois, va me falloir des cobayes... Mais je sais juste faire des tisanes, pas les médicaments ou les vaccins en fait.

- Moi ze sais. Faut faire deux médicaments. Un an-ti-vi-ral pour ceux qui ont déjà le truc pis un vaccin pour les autres.

- Eh bien tu vas m'aider? On en parle pas, sauf à Aurélien, parce qu'il m'a demandé de faire le travail. Juste lui donner le suivi... C'est notre secret , ok?

- D'accord. C'est un secret pis z'en parle à personne-personne! Pis toi tu vas m'aider aussi passke tu vas voir ce qu'il a Auréyen!


- Oui, oui, je vais faire tout ce que je peux pour aider Aurélien." Elle se demandait comment elle en était venue a cette discution avec Jony, il n'était pas si pire dans le fond. Mais il fallait se taire sinon il allait comprendre qu'elle aimait bien Aurélien.

"Y'est dans son bureau. Y'est touzours dans son bureau!" Dit gravement Jony avant de sortir son matériel de son sac, de petites boites, de petites fioles.

"Dis c'est toi qui a touché a mes crayons et mes fioles?

-Vui, z'avais besoin de la place pis z'ai poussé un peu le stock. C'est grave?

- Non...non ... c'est un petit truc a moi... enfin... ça me dérange un peu...

- Pardon." Il baisse la tête, contrit.



"Mais non, ça va , c'est comme si quand Nuage fait dodo je le change d'endroit, un endroit ou tu vas le voir, mais je le change d'endroit quand même. Quand tu le voudras tu vas chercher...

- Z'le f'rais pus! Promis-promis!" dit-il avec véhémence.




"Remet juste en place. Ça va aller maintenant je sais que c'est toi.

- Pis ze vais travailler fort-fort-fort pour t'aider!

- C'est pas que pour m'aider moi mais tout le monde.

- Ben, c'est pareil si tu aides Auréyen!"




Elle hocha la tête, n'ajouta rien et sortit. Elle arrêta au bar pour prendre une boisson a Aurélien avant d'aller au bureau. Elle cogna doucement, sans énervement.




"Ouais, c'est ouvert!

- Salut.

- Salut!" C'est vrai qu'il avait l'air plutôt fatigué. Et avec l'habitude qu'il avait de se laisser pousser la barbe en hiver, ça changeait pas mal sa physionomie.


Elle pencha la tête de coté avec un sourire amusé "C'est la nouvelle mode pour faire chic?

- Quoi donc?"

Elle pointa la barbe et lui tendit le verre.




"Oh, ça? C'est une façon comme une autre de résister au froid." Il prit le verre d'un air surpris. "Wow! Merci! Que me vaut tant d'attentions?

- Hummmmm... heu... Hummmm." Elle avait son regard parfois un peu perdu de qui cherche une réponse. "Me faire pardonner de pas venir trop souvent. Il y a une option bien mieux encore, simplement parce que j'avais envie de t'en offrir un.

- Ça doit être une des choses les plus gentilles que j'ai entendu depuis un bout de temps. Assied-toi. Ou bien vas t'en chercher un aussi, à mes frais, ça fait un peu bizarre d'être tout seul à boire.

- Je vais en chercher un mais, pour revenir avec toi tout suite."

Elle courrut vers le bar pour revenir rapidement. Elle ferma la porte, s'assit et lui sourit, se demandant comment un peu approcher la chose, alors autant faire comme d'habitude parler santé: "Comment ça va?
- A la tienne!" Dit-il en levant son verre avant de le caler. "Bof, la routine... Les filles de La Marque ont ENCORE essayé de me marier mais Tiger y a mit bon ordre, elles devraient me foutre la paix pour cet hiver. Un p'tite bronchite, aussi, sinon, pas grand chose..."

Elle essaya de pas rire sur le coup puis réalisa qu'elle aimait pas ce qu'elle venait d'entendre. Elle devint blanche et cala son verre, embêtée. "Une bronchite, toi aussi?
- Oui, j'ai eu droit au sermon habituel sur le fait que je fume et bla-bla-bla. Les bronchites, c'est comme les crises de romantisme chez les putes, je dois m'en coltiner une par an. Et toi, c'est quoi ton excuse, pour la bronchite?

- Le froid... Simplement le froid et le surmenage, comme ne pas dormir la nuit... Rester à la lumière de son bure... heu labo..." Elle s'en voulait de pas être sortie plus souvent finalement, parce qu'elle serait restée à ses côtés pour le soigner.

"Tu bosses la nuit dans le labo? Pas étonnant que tu aies pris froid! Eh, c'est pas en te maganant que tu vas faire avancer quoi que ce soit! Le dévouement, c'est bien, mais bon...

- Oui, mais de mon labo... tu vois il y a une fenêtre et de cette fenêtre je vois une lumière allumé dans ton bureau. Du coup je m'inquiète... Et mes recherches avance bien je crois avoir trouver le moyen d'endormir la maladie.

- J'ai du mal à dormir, en ce moment... Mais contrairement à toi, je ne fais strictement rien avancer. Si tu as besoin de quelque chose, tu me le dis. Jonathan est là pour l'hiver, il peut te donner un coup de main.

- Toi." Elle resta surprise un instant c'était bien la réponse à son besoin mais, vite, il fallait dire autre chose le temps de réfléchir créa un bref silence. "Hum...teu, teuu,.. teuoi ... Big Daddy tu fais rien avancer? Nan, j'y crois pas c'est peut être juste que ta gestion demande moins parce qu'elle est bien organisé..."



Il pencha un peu la tête de côté, l'air interrogateur. "Ouais, c'est peut-être ça, le problème. Ça tourne tout seul, j'ai plus rien à faire...

- Non c'est faux, tu as plein de truc à y faire, je suis sûre que les gens se sentiraient perdu si tu y était pas ET les Dumarchan trop fièrs que tu quittes... Mais si tu fais rien, tu fais quoi dans le bureau tout la nuit? Tu reste quand même pas assis devant le mur à discuter dans le vide.

- Qui a dit que je quittais? J'y suis, j'y reste, j'ai assez eu de mal à en arriver là. Si tu m'avais vu, il y a... Je sais pas... Vingt-cinq ans. Personne n'aurait imaginé que je me rendrais là où je suis.

- Donc tu as plus rien à faire? Alors on trouve quelque chose, c'est aussi simple... Puis tu sais ça restera pas toujours aussi tranquille depuis ma sortie du bunke... heu *Elle parlait pas trop de ça elle aimait pas* Bref, jamais eu beaucoup de jour tranquille.

- Dans l'absolu, j'ai des tas de choses à faire. Coordonner l'approvisionnement, la milice, prévoir une nouvelle Colonie, éventuellement. C'est sûr, le boulot est pas fini. C'est juste que... Avec l'insomnie que je me paye, mon ordinateur me bat aux échecs en mode débutant, alors autant que j'évite de m'occuper de quoi que ce soit d'important pour le moment...

- Ok, une insomnie? Quelque chose te dérange?

- Ah, revoilà le médecin qui parle! Je te dis tout de suite, je ne peux pas être sédaté.

- Non c'est pas le médecin c'est l'amie qui t'aime bien... Hummm... Puisque ton ordinateur te bat aux échecs et que j'aime pas les ordinateurs... Tu pourrais me montrer à jouer mieux? Je suis plus bas que débutante je crois...

- Oui, je peux te montrer ça. Je deviens bon, comme prof d'échec." Il laissa filer un peu d'air entre ses dents. "Qu'est-ce que j'ai comme amis, en ce moment..." Il se ravisa. "Le prends pas mal, c'est juste... Bizarre...

- Quoi? Je suis une grande fille, tu peux parler.

- Je ne me l'explique pas, mais depuis quelques temps, il y a plus de monde qui affirme être mon ami ou qui veulent l'être, qu'au cours de tout le reste de ma vie. Et je ne vois pas pourquoi...

- Parce que tout le monde change et évolue dans la vie et que tu as évolué d'une manière qui plait plus?

- Tu veux dire que je me fais vieux?

- Ça rien a voir avec l'évolution, la jeunesse ou vieillir. Il y a des vieux cons... Ils ont pas vraiment évolué. Tu veux quel genre d'amis, le genre qui partent ? Tu as si peur que ça d'avoir des gens qui t'aiment autour?"




Il se renferma un peu : "Mes amis sont les cibles de mes ennemis.

-S'ils le savent et ils l'acceptent cela change quoi...? Toute manière être la cible de tes ennemis ou être la cible des créatures dans un monde comme le notre ne change plus grand chose.

- J'essaye de construire autre chose, justement. Un endroit où les gens sont relativement en sécurité. Je sais que ça n'en a pas l'air, comme ça, mais le territoire, le Camp, sont plutôt bien protégés, par rapport au reste. Je garantis la sécurité de ceux qui vivent ici, je n'ai pas envie de leur peindre des cibles sur le front juste parce qu'ils me trouvent... Moins pire que ma réputation ne le laissait croire.

- Ta réputation je n'y ai jamais porté attention. J'ai pas envie de quitter, c'est la première fois que je suis réellement mieux... Ici , je peux faire ce que j'aime travailler en Laboratoire... Oui, je pourrais bien aller dans ses endroits où les autres vont, mais on y perd quand même une liberté. Je le fais par plaisir de la recherche. Parce que j'aime l'endroit. Parce que j'aime certaines personnes. D'autres je leur fait pas trop confiances, c'est la vie, mais c'est mieux que bien d'autre endroits. Je crois en ce que tu fais, je suis peut être folle, mais j'y crois."




Il lui rendit son sourire. "Tu sais, quand j'étais ado, je montais en haut du Mont Saint Grégoire. Ça me prenait pas mal de temps, parce qu'en ce temps là, j'avais besoin de ma canne pour marcher. Je regardais, de là haut et je planifiais déjà tout ça. Le Camp, les colonies. Je rêvais, quoi... Et je n'en parlais à personne. D'abord parce que je n'avais pas grand monde à qui en parler, ensuite parce que... Même maintenant, j'ai du mal à croire que je l'ai vraiment fait.

- Alors allons regarder ce que tu as fait de l'endroit ou tu le créais dans ta tête. Tu verras bien ce que cela te fera. Si c'est comme tu le voyais en contemplant de haut.

-Tu veux monter là haut? En hiver? On va déjà aller voir quelle température il fait dehors, j'irais bien m'en fumer une."


Il se leva, ouvrit la porte donnant sur l'extérieur et s'effaça pour la laisser passer. Elle sourit et passa devant.

"Merci...Ça va être froid oui, c'est clair, mais on restera pas des semaines, non?"

Il ne parla pas avant d'être arrivé au rond de feu. Il eut un petit rire en cherchant ses cigarettes. "Ça va faire jaser, je te préviens...
- Et? Des rumeurs y en aura toujours il y en a toujours eu. À moins que cela te dérange on est pas obligé de dire ce qu'on va faire. Ça regarde pas tout le monde non plus et si un jour j'accepte cette offre que tu m'as déjà fait bien ça regardera personne non plus.
- En effet... Mais toi, tu es plus rusée que les autres. Tu as trouvé le moyen de dormir au chaud sans en passer par là!" Il lui lança un regard amusé.
Elle fronça les sourcils et ne pensait pas nécessairement sur le coup à ce qu'elle avait fait. "Moi, mais non puisque je passe mes nuits aux labo...
- Pas toutes... Je sais que j'étais mal en point, mais pas au point d'halluciner."


Elle s'étouffa presque. "Keuhum hum... Ah...ça... Bien fallait te surveiller ... et j'étais fatiguée...et...et...je... sais pas mentir." Elle soupira. "Mais c'est vrai que c'était au départ pour surveiller" Ouep ça, elle l'avait regardé dormir du coup le souvenir la fit rougir...



"Et quand est-ce que j'ai dit que ça m'avait posé problème?

- Jamais, puisque tu viens juste de m'en parler en fait je pensais pas trop que tu t'étais rendu compte." Elle eut un regard amusé et taquin. "Tu retombes malade quand?

- Tu trouves que j'ai l'air en forme?" Lui demanda-t'il sur le même ton qu'elle.

"Tu veux quel avis , l'amie, la docteur, celle qui a envie de dormir dans ton lit...?" Elle guettait sa réaction.

"Avec un peu de chance, c'est l'avis de la troisième qui va l'emporter. Et c'est quoi, son avis?" Il la regardait maintenant bien en face, avec presque un petit air de défi.


Elle hésita longuement, grimaça un peu, le regarda avec sérieux. "Le soucis c'est que les trois ont la même avis... Non... tu as pas l'air en forme." Elle réfléchit quelque seconds. "L'autre chose c'est que je parle bien de dormir...

- Nous sommes bien d'accord. Pas besoin d'insister là-dessus. Vois-tu, je pense que nous avons ici une solution à nos insomnies mutuelles. Pour... Des tas de raisons... Je ne suis pas capable de dormir tout seul. Bon, voilà. De ton côté, sachant que ma santé en dépend, tu ne passeras plus tes nuits à te geler le cul au labo. Sounds like a deal to me...

- Yes it is." Elle réalisa ce qu'elle venait de faire pour une fois, lui dire ''oui". Elle lui fait un clin d'oeil. "Quand même ce qu'on ferait pas pour un patient-ami." Elle se mit à siffloter innocemment.

"Ce qu'on ferait pas pour éviter aux jeunes filles d'attraper des bronchites." Répondit-il, ce qui la fit rire de bon coeur.
avatar
Pierre (Dieu)
Admin

Messages : 219
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur http://ruins.simplygaming.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Nicolas Grenier le Mer 27 Nov - 13:36

Marc était réveillé dans son lit. Il avait bien sûr été réveillé par le cri de la petite nouvelle.

"Eh bien, il y a effectivement des enfants qui viennent ici." pensa t-il.

Et puis, les bruits d'eau dans le bain.

-Mais qui prend un bain si tôt?

Et puis, Tiger qui arrive dans la grande salle tout mouillée et avec des linges sales.

- Çà va bien, Tiger?

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Mer 27 Nov - 16:37

Tiger lança un large sourire à Marc, elle avait l'air d'excellente humeur bien que légèrement frissonnante.

- Ouais !  Super je suis toute propre et je ne suis pas la seule !  Bon j'vais mettre de l'eau à chauffer et me sécher...

Elle s'arrêta brusquement.

- Au fait, on a encore de L,eau potable ? Le puits n'est pas gelé au moins ?
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Mer 27 Nov - 21:38

Aurélien, de retour à l'intérieur, avait fait un détour par la cafetière. Tout le monde avait appris que, ces derniers temps, pour le garder dans une humeur raisonnablement supportable, la machine avait intérêt à tourner vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il y tomba sur Tiger qui ne boudait elle-même pas les bienfaits de la fée Caféine. Il lui donna une tape sur une fesse, au passage, parce que les vieilles habitudes sont ce qu'elles sont, mais pas assez fort pour qu'elle se brûle en renversant du café.


  • Il s'en est fallu de peu, mais finalement, tu n'es pas prête de dormir au calme." Dit-il en se versant une tasse.

Elle haussa les épaules, elle avait finit de se sécher et se sentait d'excellente humeur dans des vêtements chauds, au sec et avec une tasse fumante dans les main. -

  • Humph. Je pense que je ne suis pas celle qui souffrait le plus de cette situation.
  • Soit, mais j'aurais fini par devenir assez irrascible pour venir à bout de ta patience légendaire...
  • HA ! Ma patience, parles-en aux filles de ma patience !
  • C'était ironique. Et puis, ne dis pas que je ne fais pas ma part dans la discipline!
  • Du bordel ?
  • Évidemment, du bordel. J'ai l'air de faire de la discipline ailleurs?


Ce fut pour le coup que Tiger éclata de rire. Un rire franc et cristallin qui résonna dans la salle commune.

  • Ha bon ! Et t'as fait quoi dernièrement à part nous faire débarquer la petite ?
  • Alors, premièrement, elle a débarqué toute seule. Deuxièmement, je ne sais pas si tu as remarqué, mais toutes les filles de la Marque sont interdites de séjour chez moi.
  • hum, elles s'en sont pas vanté c'est certain. En fait elles ont pas beaucoup de temps pour raconter des conneries. Donc tu t,es trouvé un nouvel... oreiller ?
  • Ouais, plus ou moins... C'est un peu bizarre, en fait, mais ça devrait régler mon problème d'insomnie.


Tiger poussa un soupir, elle allait contre sa volonté faire elle-même ce qu'elle avait espéré que Big Daddy fasse l'autre jour... Soit lui demander plus de détails, comme si c'était important.

  • Tu veux en parler ?
  • Je ne veux pas tant en parler que comprendre...
  • Ho à ce point tordu hein... Pauvre toi !
  • Sérieux, Tiger, on a vraiment pogné une gang de weirdoes... C'est quoi cette histoire de vouloir dormir avec moi, mais pas que je la touche, par contre. Ça n'a aucun sens!


Encore une fois la péripatéticienne éclata de rire, malheureusement pour elle, elle était en train de prendre un gorgée de café à ce moment, le tout lui ressorti donc par le nez !
Le pimp se recula un peu, histoire de ne pas voir sa chemise aspergée de café morveux. "Bon, ça a l'air drôle, en tout cas, mon histoire!" Il attrapa la serviette sur laquelle on posait les tasses pour les faire sécher et la tendit à Tiger.

  • T'avoueras que c'est hilarant qu'un homme comme toi entouré d'autant de femme puisse si peu les comprendre !
  • Tu m'excuseras, mais presque la moitié de ma vie, la seule femme à qui j'ai eu affaire, c'était Catherine. Faut pas s'étonner si il me manque quelques pages du mode d'emploi...

  • Et alors ? Si tu t'y étais intéressé pour autre chose que le cul tu aurais quand même pus apprendre, c'est pas les occasions qui ont manquées !



Il lui jetta un regard perplexe. Non, vraiment, sincèrement, il ne voyait pas où elle voulait en venir.

  • C'est que... Je suis un pimp, moi, pas un confesseur.
  • Pas besoin d'être confesseur pour s'intéresser au monde. Bon, c'est qui que je me fasse une idée et ne raconte pas n'importe quoi ?
  • D'après toi? Et puis viens-donc dans mon bureau, tiens. On aura moins l'air de deux piquets plantés au milieu de la place.


Tiger pris le temps de remplir sa tasse à ras-bord avant de suivre son Pimp. Une fois dans le bureau elle se tira une chaise et s'installa à califourchon, la poitrine appuyée sur le dossier.
Lui s'était installé sur sa bonne vieille chaise à roulette. Il mit de côté les deux verres qui trainaient sur son bureau en se faisant une note mentale de les rapporter au bar. Comme l'un d'eux contenait encore quelques gouttes d'alcool, il les versa dans son café.

  • Donc... Qui est l'heureuse élue ?
  • Je dirais plutôt autoproclamée... Qui veux-tu que ce soit?
  • Ben, Ya Angie... Il y a Kara, Il y a Aurélie... non Aurélie aurait pas parler de sexe... Donc il reste les deux filles, à moins que ce soit la goule ? Celle des Badger ?


Il soupira profondément, s'accota au dossier de la chaise et leva les yeux au ciel.

  • Bon, je vois. Tiger, qu'est-ce qui s'est passé avec le gros porc?
  • Tu pourrais demander à la Milice... Bon ok sont arrivé après...
  • C'est à toi que je demande.

Elle appuya son menton sur le dossier de la chaise, ce qui lui donna un air tassé, tel qu'on lui en voyait rarement un.

  • Il avait essuyé 6 ou 7 refus de demande en mariage. Il a dit qu'il voulait juste "se les sortir de la peau". Alors j'ai fait mon boulot, j'ai incarné chacune des filles à tour de rôle. C'était pas la première fois tu sais. Enfin, qu'il me demande de l'aider à se "sortir une fille de la peau". Sauf qu'à la dernière, il m'a bâillonnée et attachée, il a complètement perdu connaissance.
Tiger releva son chandail pour lui montrer ses côtes violacées.

  • Et encore, ça a eu le temps de guérir un peu...


Il se pinça la base du nez entre deux doigts.

  • Tim, bon sang! Tim! Ça devait bien finir par arriver avec ce gros taré! Mais pourquoi tu es allée chez lui?
Elle le regarda droit dans les yeux.

  • C'est aussi ça mon boulot ! Mieux vaut moi qu'une de ces filles non ?... Anyway, il a du me croire morte, je crois que j'ai perdu conscience. Il m'a détachée et débâillonnée. Mais j'ai repris conscience comme il allait sortir des sa... cabane.
  • Mais ton boulot ce n'est quand même pas de mettre ta vie en danger! Merde, à la fin! Si tu vas te faire buter chez un bouseux, je fais quoi, moi, avec cette bande d'hystériques que j'emploie? Hmmm?" Il se mit à pianoter sur le bureau avec ses doigts. Tagadam-tagadam-tagadam... "Bref, le seul truc que je peux te reprocher, au final, c'est de ne pas m'avoir laissé le buter moi-même. Il l'aurait senti passer...
  • Crois moi il l'a senti passer ! À se vider de son sang comme un porc... Comme j'te dis, c'est pas la première fois qu'il m'engage pour ce genre de services. Je ne savais même pas en arrivant sur place combien de fille l'avait reviré de bord. Et puis si j'ai tirer c'est qu'il était entre moi et la porte. Clairement, quand il a réaliser ce qui l'attendait, il me laissait pas sortir.
  • Ok. Bon, ça met les choses en perspective. Qu'est-ce que tu veux que je te dise? Que tu as bien fait? Oui, tu as bien fait. Mais tu aurais pu m'expliquer tout de suite toute l'histoire, non?
  • Je l'aurais fais, si tu ne t'étais pas emporté et si tu avais un tant soit peu semblé intéressé...
  • Admettons... Rappelle moi d'envoyer Francisse chasser l'orignal volant à chaque fois qu'on parle de trucs sérieux. Ok?
  • Mouais. T'avoueras que tu as ben aimer t'emporter... Et puis... Quand j'vais me faire tuer, il y a plein de filles prêtes à prendre ma place.
  • Ah, parce que c'est une nouveauté, le fait que je m'énerve facilement? Qu'est-ce que tu veux que je te dise? Non mais sérieusement, je fais quoi, là?
  • Je sais pas. C'est qui la fille donc ?
  • Kara. Elle doit avoir respiré je sais pas quoi dans le labo parce qu'elle est franchement bizarre...
  • Bizarre comme ?
  • Bizarre comme, ça fait des lustres que je ne l'ai qu'entraperçue et la voilà qui débarque ici en me rapportant un verre, en s'inquiétant de ma santé et au final, en me disant qu'elle veut dormir avec moi. En insistant bien sur "dormir". Et, bref, vraiment weird...


Tiger donna un petit coup de poing sur l'épaule du Maître et Seigneur des lieux avec un sourire amusé.

  • Et ! T'as une touche mon Aurélien !
  • Ben voyons donc... Kara, c'est pas Christine!
  • Nope... c'est pire. Tu sais c'est quoi une des premières choses qu'elle m'a demandé en arrivant ici ?
  • Non, vas-y, étonne moi...
  • Elle m'a demandé si je pouvais lui apprendre à séduire un homme. Aurélien, cette fille, c'est une vierge physique et morale.
  • C'est une joke. C't'une joke, right?

Tiger pris le temps de prendre une longue gorgée de café et de bien tourner la tasse dans ses mains avant de répondre.

  • You wish it was..

  • Holy Mary Mother of Christ! Dans quoi je m'embarque encore, moi?
  • Le grand amour peut-être ?
  • Me fait pas rire, j'ai les lèvres gercées...

La femme tatouées poussa un profond soupir. De tout évidence, le sérieux de la situation était pour elle aussi évident.

  • Écoute, tu peux quand même la séduire. C'est facile tu n'as qu'à lui donner l'impression qu'elle a de l'importance pour toi. Un peu comme elle le fait avec toi.
  • Ouais, ouais... La question n'est pas là. C'est juste que ça risque de devenir... compliqué.
  • En effet... Surtout qu'elle fait des médicaments.
  • Et alors?
  • Et alors ? Penses-y comme il faut, une femme séduite et blessée... capable de te foutre un truc dans ton café ! On parle pas juste d'une attaque pour parternité !
  • Mais elle est quand même pas aveugle! Elle voit bien, comment je suis!
  • Et alors ? Qui sait de quelle histoires elle a été nourrie ! Des preux chevaliers qui se case quand ils tombent amoureux ? Du pouvoir de l'amour ?
  • Mouais... C'est pas l'impression qu'elle donne... Et de toutes façons, il est trop tard, un deal, c'est un deal. J'improviserais...
  • Pas l'impression qu'elle donne ??? Mon dieu Big D ! Quand elle lisait les brochure sur les fonctions génitales dans l'infirmerie, elle avait l'air de découvrir pour la première fois que ce qu'elle a entre les jambes servait à autre chose que faire pipi !
  • Et puis? Là, ça va, je suis qualifié, c'est pas là le problème!
  • Ho non, là n'est pas le problème... Le problème c,est après, si elle se sent trahies, utilisée, manipulée et jetée aux ordure...
Le regard de la pute s'était fait plus dure et sa mâchoire était serrée à la fin de sa phrase.



  • Wow, wow, wow... On parle de qui, là? Et puis, y'a pas de raison, je ne baratine personne, moi...
  • Pas de nous deux je te rassure. Bon si tu tiens vraiment à jouer avec le feu... Protège toi au moins. Tu peux toujours passer par la marque avant d,Aller te coucher, histoire... relâcher la pression.
  • J'ai peut-être dormi neuf heures en six jours. Personne ne risque grand chose ce soir.
  • Et demain matin ?
  • D'après ce que tu m'as dit, ça m'étonnerait qu'elle me saute dessus demain matin...
  • Elle non, mais toi... Enfin... Rendu là c'est pas de mes affaires.
  • Eh, ça va, je sais encore me tenir. Ah oui, et tu connais le plus beau?
  • Plus beau que quoi?
  • Tu es supposée répondre "non" et moi, je réponds : "Ben c'est moi." Mais sérieusement, elle veut qu'on aille se coltiner l'ascension du Mont-Saint-Grégoire. Là, là. En novembre!

Tiger fixa des yeux éberlué sur l'homme en face d'elle.

  • Mais t'as été lui raconter quoi ?
  • Pourquoi ça viendrait forcément d'un truc que JE lui aurai raconté? Bon, en fait, oui, je lui ai dit qu'avant que le camp existe, quand j'étais ado, je le planifiais déjà, de là-haut. Tu sais bien que c'est le seul endroit où je pouvais avoir la paix quand j'étais gamin.
  • T'es vraiment con !
  • Comment ça?
  • Tu te demande encore après ça pourquoi elle veut bien dormir avec toi mais pas couché. Tu te demande encore après ça ce qu'elle te veut... Mais t'es aveugle ou quoi !
  • Tu dis ça pour me foutre la trouille.
  • Mais oui évidemment... Il y a de quoi avoir peur... Une femme qui veut mieux te connaître, visiter avec toi les lieux de tes premiers rêves. S'intéresse à l'humain derrière le pîmp, derrière le boss... Je me demande qui des deux a le plus à craindre...
  • Tabarnak, je pense à un truc... Est-ce que tu peux voir si aucune des filles n'est allée lui raconter des conneries?
  • D'après ce que Vanessa m'a dit, le but c'était de te matcher avec Angela. Elles ont pas eu de contact vraiment avec Kara. Faut dire que les filles évitent le labo, Mémé les a bien drillées.
  • Mouais... Ça vaut quand même la peine de vérifier.
  • He ben oui, c'est clair qu'en leur demandant j'vais avoir une réponse. T'es aussi ben de lui demander à ELLE si les filles lui ont parler de toi !
  • Ça ferait un peu weird, non?" Il soupira profondément puis se leva. "Je vais aller en fumer une et essayer de mettre la main sur la gamine, avant qu'elle abatte un engin du CDC avec son lance-pierre..."
  • C'est ça... Au moins elle est propre maintenant.
  • Hein? De quoi tu parles?à
  • J'lui ai donné un bain ce matin. Et j'ai un deal avec elle. Pas de robe ni de ruban sauf le jour où on la remet à sa mère.
Il lui donna deux petites tapes sur l'épaule avant de sortir.

  • Tu es comme moi, tu aimes vivre dangereusement!
  • Nan j'lai fait pour amadouer la mère...
  • T'es une éternelle optimiste, toi.
  • C'est pas moi qui est pris dans une histoire de romance à deux balles en tout cas !
  • Je suis pris dans rien du tout. Et je vais pouvoir dormir. Quoi qu'il arrive, ce sera toujours ça de pris. Euh, je sors, là, tu sors de mon bureau? S'il te plait?


Elle haussa un sourcil l'air de dire : Ouais... Il veut y croire... Mais ne dit rien elle se leva, ramassa sa tasse et les deux verres pour apporter le tout dans la cuisine.
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Nicolas Grenier le Mer 27 Nov - 22:48

Lorsqu'elle sortit du bureau Marc ajouta en direction de Tiger:

"Hum, en passant, les puits sont assez profond pour pas geler l'hiver.

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Jeu 28 Nov - 20:42

Nicolas Grenier a écrit:Lorsqu'elle sortit du bureau Marc ajouta en direction de Tiger:

"Hum, en passant, les puits sont assez profond pour pas geler l'hiver.
-Ho.  Ben oui évidemment.  C'est à se demander pourquoi on construit encore en surface...

Tiger semblait réfléchir...

- Les filles elles t'ont parlé de Big Daddy et Kara dernièrement ?
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Nicolas Grenier le Jeu 28 Nov - 21:08

-Kara?... je sais pas. J'ai parlé à Natasha et c'est tout. Pourquoi?

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Jeu 28 Nov - 21:14

- ho comme ça...  Je me demandais c'est tout.

Tiger se dirigeat lentement vers la cafetière, elle n'avait pas fini sa tasse mais désirait la réchauffer.

- Si jamais tu as besoin de bras pour un coup de pouce quelconque fais le moi savoir.  Faut que je tienne les filles occupées.
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Nicolas Grenier le Jeu 28 Nov - 21:32

-Ouin, Natasha est venue me porter un chandail de laine. C'était très préoccupant. J'ai de la misère à accepter un cadeau, surtout dans ces circonstances.

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Jeu 28 Nov - 21:35

Tiger revint vers le puisatier et se tira une chaise.  Elle la tourna pour avoir le dossier face à elle et s'installe à califourchon dessus.

- Ok c'est quoi, "ces circonstances" mon grand?
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Nicolas Grenier le Jeu 28 Nov - 21:52

-Il y a souvent de l'innuendo dans les propositions des filles. Veulent-elles te séduire? flirté simplement, ou de l'amitié. Comment savoir si c'est pour le travail, le camp ou personnel?

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Jeu 28 Nov - 21:57

Tiger sourie.  La question était légitime, mais en même temps étrange.

- Dans ce cas précis, elles le font pour le camp parce que je leur ai ordonné. 

Elle pencha la tête de côté, pris une lente gorgée de café sans cessé de le fixer des yeux.

- En quoi serait malvenu qu'elles le fassent pour séduire ?  Ce sont des putes, mais elles ont bien le droit à un peu de romance aussi non ?
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Nicolas Grenier le Jeu 28 Nov - 22:31

Mais où commence l'un et l'autre finit?
Natasha m'avait proposé un chandail avant que tu ne leur ordonne, et puis elle a dit que le tricot était déjà commencé. C'est quoi çà. Elle le préparait pour quelqu'un d'autre, qui n'en a pas voulu, elle prévoyait ton ordre ou elle tombe amoureuse du premier gars qu'elle rencontre en revenant de voyage...

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Jeu 28 Nov - 22:37

Tiger leva une main en signe d'apaisement.

- Wow wow wow !  Qui parle d'amour ici ?  Séduction et amour ne vont pas toujours de paires.  Mais oui J'avoue que les putes ont tendance au romantisme.

Elle remit ses mains en coupe autour de la tasse comme pour les réchauffer.

- Les filles... Elles ont L'habitude de se faire aborder sans politesse.   Natasha a fait un effort.  Pour t'aborder autrement qu'en t'offrant ses services professionnels.   Peut-être que c'est juste un moyen qu'elle a trouvé sur le coup pour briser la glace ?

Elle releva son masque sur son front et soupira doucement.

- C'est possible qu'elle voulait juste rendre service aussi.
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Nicolas Grenier le Jeu 28 Nov - 22:43

Je la connais même pas! Dis moi bonjour, parles de toi, autre que la job, sans rangaine sur l'attirance, et on va être amis. Mais parler de mariage, de beauté et donner un cadeau, juste comme un présent, ca fitte pas, je suis sceptique. Regarde, moi aussi je suis pas facile d'accès. Je ne veux pas me faire embobiné.

Nicolas Grenier

Messages : 124
Date d'inscription : 17/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Divine Providence le Jeu 28 Nov - 22:47

La Pute se mordit la lèvre inférieure et sembla réfléchir.

- Mouais tout ça mis ensemble ça fait beaucoup.   Je vais donc remettre les pendules à l'heure.  L'histoire du mariage c'était une tentative de manipulation du monde pour marier Big Daddy.   J'ai mis les filles au pas dès que j'ai su ce qui se tramait.  Il y en a qui doivent faire du tricot, laver le linge.  D'autre devront récurer la cuisine etc...   Donc oui, le tricot est gratuit.  Pour le reste ben ma foi... parles-en avec elle !
avatar
Divine Providence

Messages : 412
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 43
Localisation : Planète terre (parfois)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Angela Honey Badger le Ven 29 Nov - 19:27

Bon, elle était propre, elle avait arrosé Tiger et on ne lui avait pas sorti des vêtements trop "fifille". Mais quand même, rien d'aussi pratique que ce qu'elle portait d'habitude. Elle aurait bien tiré la tête, mais Angela l'attendait.

-Enfin!

 -Beh là! C'est quand même pas ma faute si Tiger est aussi... maniaque!

La plus vielle considéra l'idée de lui mettre du sable dans les culottes, une journée. Question qu'elle apprenne pour quoi il fallait se laver. Elle était pas mal certaine qu'elle se laverais par elle même à partir de ce jour.

-Viens.
-Ok! On va où?
-On va faire notre job de chasseur; On fait le tour des trappes, on remet d'autre bait, si on a une prise quoi on le ramene on la vide et on la donne au cuisto. …Pi si tu t'endors pas rendu la, on retourne mais cette fois on chasse et tu pourra tiré avec l'arc.
-M'endormir? Ben là! Tu crois que j'ai quoi? Cinq ans? Je fais ça tout le temps, des trappes!
-C'est des trappes de quoi que tu fait?
-Des collets, surtout. Pour les lapins. Mais des fois, j'attrape de ces trucs!" Elle décocha un immense sourire à Angie. "Un jour, j'ai attrapé un bébé coyote! Je voulais l'entrainer à la chasse! Je l'ai caché et je l'ai soigné. Mais un jour, quand il a été guéri, il m'a suivie, cet idiot! Mon père lui a lancé des roches et je l'ai jamais revu. C'est poche, hein?"
-Sa serait mieux un chien de chasse, mais remarque, un coyote aussi. Moi je fait des collets aussi, mais j'ai 8 autres sortes de trapes… 
-Pour attraper quoi?
-Rien de spécifique, tu va voir, son assez polyvalente mes trappes, même que mes collets, je les fait pas dans se sens la, je les fait par terre, pi souvent je pogne des chats!
-C'est pas terrible à manger, les chats. Mais la fourrure est cool! Il y a des tas de trappes à oiseaux, que je sais faire! Pour les dindes sauvages, surtout!
-J’ai pas vus de dindes sauvages ici, pas encore… faut dire qu’avec les bebites qu’on trouve dans le coins, pas étonnant qui est pas de dinde!
-Ouais, il y en a pas partout. A Mont-Saint-Greg, on en a pas mal, mais faut faire bien attention quand on relève les trappes. On a plein de lynx et ils adorent la dinde!
-Ha mais, tu ma dit qu’il attaquaient pas
-Non, ils attaquent pas, en principe, mais ce n'est quand même pas très bright de se mettre entre un animal comme ça et son dîner!

Angie trouva la petite drôle.

-En effet ! …/ /…En tout cas, c’est le fun que tu soit la.

Ray lui décocha un grand sourire lumineux. 

-Ouais, c'est l'fun, j'espère qu'il va neiger en crisse et que je vais pouvoir rester longtemps! L'hiver au Camp, ça doit être plus marrant qu'à la Colonie! Et puis tu vas me montrer comment tu fais tes trappes!
-Moi je pense plus que tu va rester ici une semaine, que tu va retourner chez toi pi être TELLEMENT gentille, que quand tu va demander à tes parents pour revenir passer une autre semaine ici, ils vont dire oui. Mais hem… S’ il neige, je demanderais a Badger de te faire des raquettes à toi aussi! 

Toutes ces informations semblaient perturber un peu la petite qui hésitait entre l'excitation et le renfrognement.

-Tu connais pas ma mère! Elle veut tout le temps que je sois là pour l'aider et gnin-gnin-gnin! Il faudrait que je sois son estie d'esclave! Mais... Pour les raquettes, ce serait génial! Mes vieilles sont fichues et mon père veut pas m'en faire d'autres parce qu'il dit que sinon, on ne va pas me voir de tout l'hiver!
-Raison de plus pour t’en faire alors ! …/ /…Pi double raison pour toi de faire semblant d’être la fille la plus sage du monde.
-Mouais...

La petite avait l'air à demi-convaincue, lautre ne pu s’empêcher de lui tiré son chapeau vers le bas pour la brouiller encore plus. 

-En tout cas, c’est fucking plate ici, je suis bien constante que tu soit la !

La petite se débatit un peu pour la forme et remis son chapeau trop grand en place, autant que possible, en gloussant. 

-Je sais pas comment c'était où tu étais avant, mais on échange quand tu veux! Après-tout, tu vas peut-être tripper à moucher mon petit frère! Et moi, je reste ici et mon parrain il m'apprend l'anglais et les ordinateurs!
-Ha bien j’en est fait des places, Ray, pi tu veux pas être à celle d’avant parce que sa a explosé! Ha ha ! hum… C’est vrais qu’il est gentil ton parrain.

Elle lui pointa une de ses trappes au loin.

-See that?

Ray se concentra profondément pour répondre

-Yess, aïlle scie!

Elle sortit son couteau.

-Ça bouge encore!
-En effet, fit angie en courant vers la dite trappe

C'était un raton-laveur. Plutôt insulté que blessé, qui tirait de toute la force de ses petites pattes avant sur ce qui lui emprisonnait une patte arrière. Le piège était ansi conçu que les efforts de l'animal ne 
servait qu'à empirer sa situation.

-Tu sais comment le sortir de la et refaire le piège pour cette trappe?
-Euh, montre-moi. Je connais pas cette trappe-là. Mais j'en connais un qui va faire un beau chapeau!
-Ce piège la c’est un genre de colet, mais au sol, regarde. Tu l’attache ici, Ya pas de bascule par contre. J’te montrerai pourquoi ya pas de bascule, mais avant, Tu commence par te mettre ici pi on va…

Angie enjamba le piège et rompis la nuque au raton.

-Ché trop pas comment il a fait son compte en tout cas, ria-t-elle, le piège était la quand je l’est posé ! En tout cas, tu le remonte comme ca.

Elle dégagea le raton et le laissa sur le sol puis elle remonta la trappe.

-Comme ca. Celui la est un peu complexe parce que c’est un système d’entailles dans le bois…

Elle l’activa en pigeant son poignet et le remonta à nouveau en expliquant :

-…Le bâton la, tu le plante dans le sol le plus solidement possible, et dans la petite entaille tu met ça, faut qu’il soit tendu faque tu peu le rouler sur la corde si tu veux dépendamment ou tu met ton bâton. Pi la, c’est juste une question de logique, tu tasse sa sa tire ici, faque sa tourne a l’entour et sa fait juste rapetisser le cercle. Faque si tu à ta tête, tes pattes ou ta queue dans cette zone la, pendant que tu mange le bait; té faite.

Elle se piégea encore.

-Si ya pas de bascule, c’est parce que…

Elle se mit a tiré le haut de la corde avec sa main piégé, ce qui déplaça toute la charpente du piège. Elle pouvais partir avec la corde, même piégé.

-Non seulement tu perds ta prise, mais elle reste pogné avec la corde à l’entour du coup, du coup, c’est très con.

Elle se déprit le poignet et donna un coup de tête.

-Essaye de le remonté.

La concentration faisait passer la langue entre les lèvres de la gamine. Elle voulait que le piège soit parfait. Elle voulait montrer qu'elle avait compris, qu'elle méritait sa place dans la grande fraternité, ou, plutôt, ici, sororité, des chasseurs. Le résultat était parfaitement honnête.

-Ok, qu’est-ce que tu en pense?
-Il est pas facile, celui-là! T'as appris ça où?
-Celui la c’est un vieux de la vielle qui habitait dans le village à coté du miens qui me la montré! 
-T'en as de la chance! Dans mon coin, y'a que des pécores!
-Y’avais aussi de élevages d’animaux ou j’étais, mais je croisais toujours le gars sur la route pi je le bombardais de toutes sortes de questions, alors forcement…
-Ben là, c'est toi qui va tout m'expliquer! Même si t'es pas si vieille que ça!
-Non, pi j’suis pas une goule! Pi le gars avait voyagé tout sa vie, dans d’autres pays du monde avant les bombes, alors c’était une vraie encyclopédie sur patte! J’en sais pas autant que lui mais ma tout t’expliquer ce que je sais, sa me dérange pas! C’est tellement rare que quelqu’un écoute ce que je dit anyway… Bon, il est prêt ce piège?
-Ouais, je crois que c'est prèt! Il était allé dans des autres pays? Comme, le Congo?
-La meilleure façon de savoir si tu la fait correctement c’est de l’essayer. ...Hum, je ne sais pas, il ma dit qu’il avait hérité très jeune de la fortune de son père et qu’il avait passé sa vie à voyager. Tu lui demandera si tu veux, j’te le présenterais, je lui parle souvent encore dans radio, y se promène tout le temps…

Ray posa sa main dans le piège et, les doigts tendus posés au sol, imita un animal se promenant, son majeur figurant la tête. "Pom-pom-pom... Oh! de la bouffe!" La marionette approximative se jetta sur le bait imaginaire et se retrouva prise. Ray imita alors des "sacres" de raton-laveur furieux.

La manœuvre fit sourire Angela.

-Est-ce que sa veux dire qu’on peu t’manger pour souper?, dit elle en se jetant sur la petite.

Ray avait deux petites soeurs et un petit frère, elle ne doutait donc jamais de se sortir d'un combat amical. Surtout si elle recourrait aux chatouilles.

-Bon, refait le la, on va mettre le bait et passer au suivant!

Ray refit le piège. Plutot rapidement et efficacement. Elle apprenait vite. Il faut dire qu'elle avait l'air très motivée. La blonde leva la main.

-Félicitations! Ta réussi le piège le plus dure! 

Ray sauta pour taper dans la main d'Angela.

-C’est super facile faire des trappes, faut juste un peu de logique!

Quand elles étaient reparties, la petite avait glissé sa main dans celle de la grande.
avatar
Angela Honey Badger

Messages : 249
Date d'inscription : 22/01/2011
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Pierre (Dieu) le Ven 29 Nov - 19:31

Kara lançait du bois à brûler dans le feu, c'est que la nuit tombait vite en hiver ce qui l"embêtait beaucoup. Le feu l'aidait à réfléchir... Elle marmonait
« Marché conclus, toi du dors au chaud et moi je dors pas seul... »
Elle leva les yeux au ciel et les rabaissa, sur son sac qui contenait quelques effets personnels pour justement aller dormir...
Tout ça pour une promesse faite a Jony.
Elle relança un bout de bois.
Il s'était mis à neiger, de tout petits flocons, bien froids. Il en tombait assez pour que certains restent accrochés à la barbe d'Aurélien pendant le trajet qu'il fit entre son bureau et le rond de feu.
Kara remonta ce qui lui servait de manteau, elle aimait la neige mais pas les flocons qui venaient fondre dans son cou. Elle entendit des bruits de pas et leva la tête. Elle voyait bien quelqu'un arriver mais ne voyait pas qui, son cœur se mit à battre et elle commença à avoir peur...
*Bonne idée de rester près du feu comme ça. Tu as le choix entre deux morts maintenant, par peur de la nuit ou par peur de ce qui arrive... Bravo...*
Elle cherchait à sortir de la lumière pour ne pas se faire trop voir mais sa crainte de la noirceur la figea sur la limite...
"Chez moi, c'est par là." Dit-il en pointant la porte d'un geste. "Oui, je sais, c'est un peu... awkward..."
Elle cria presque lorsqu'elle l'entendit, reconnut la voie, puis l'ombre se dessina plus clairement. Elle poussa un grand soupir.
« Oui...Un peu quand même... » Elle lui fit un sourire. « T'inquiète pas je sais ou tu habite, j'avais juste besoin de m’imprégner de chaleur. 
- Si c'est ça qui t'inquiète, le poêle à bois chauffe depuis une heure au moins."
Il s’avança vers la porte, l'ouvrit, entra et la laissa ouverte. Elle prit son sac et le suivit.
« C'est en effet mieux à l'intérieur que dehors... »
Elle enleva ses ''bottes'' pour ne pas tout mouiller le plancher et déposa son sac. L'endroit était... spartiate. Elle s'en était déjà rendu compte, la dernière fois. Pas du tout le genre d'intérieur que l'on imaginait pour un pimp portant une veste en peau de serpent. Le poêle à bois, le lit, bien sûr, un grand baquet servant de baignoire, une armoire étroite, quelques crochets près de la porte et... Rien. Rien d'autre. Il accrocha sa veste au mur, enleva ses chaussures et, probablement plus pour se donner une contenance qu'autre chose, alla jeter un coup d’œil au poêle.
Elle retira son manteau et l'accrocha aussi, elle ne pouvait s'empêcher de regarder Aurélien... La seule chose logique lui venant en tête étant :
« Tu as passé une bonne fin de journée?
-Pas mal. Ma filleule est au Camp. Je lui apprends l'anglais. Elle se débrouille bien!
- C'était donc ça tout le remue ménage que j'ai entendu. Faut vraiment je sorte plus souvent du labo. Le souci c'est que j'essaie de sauver le plus de fleurs que j'ai cueillie dernièrement... Ça prend un temps fou à sécher et à préparer pour ne pas les perdre pendant l'hiver.
- Demande a mon frère, il a patenté des espèces de systèmes pour les garder plus ou moins fraîches. Il s'y connaît, en "esspériences" sur les plantes!


- Oui, il va me montrer à faire quelques médicaments, je lui demanderai comment garder les fleures aussi. On voudrait commencer des expériences sur des animaux pour tester le médicament. J'ai demander à Jony d'en parler à personne sauf à toi pour le moment. Je voudrais pas donner de faux espoirs à ceux qui pourrait souffrir de la maladie.
- On a des chasseurs... Et Aurélie, ma filleule. Ouais, elle s'appelle Aurélie... Elle peut bien vous attraper des rongeurs pour vos expériences, ça va beaucoup l'amuser."
Il s'était dirigé vers l'armoire tout en enlevant sa cravate.
« Aurélie... » Kara sourit « Eh bien tu ne dois pas être si méchant que ça si on prend la peine de nommer ta filleule en ton nom... On pourrait lui demander en effet... Je sais pas si je serais douée de parler à un enfant. »
Elle frissonna alors de dégoût se rappelant le prête qui avait tenté de la tuer parce qu'elle ne voulait pas d'enfants. Elle fit signe dans les airs comme à son habitude, pour chasser l'image ou la pensée de sa tête.
Elle retira son chandail de laine, puis son chandail à manche longue revenant à son chandail beige en tricot coton habituel. Tout en continuant sa lancé scientifique voulant plus briser le silence qu'autre chose.
« On va sûrement travailler sur un vaccin aussi. C'est bien les antibiotiques ,mais si on peut arrêter la propagation ça serait encore mieux. J'ose pas imaginer ce que cela serait si des contaminés iraient dans une de tes colonies. 
- C'est un peu plus compliqué que ça, la raison du nom de la petite... Et, ne t'inquiète pas, elle, elle est très douée pour parler aux adultes. Elle se les met tous dans la poche, moi, Tiger, Angela, tous ceux qui lui parlent. Et si tu veux être dans ses bonnes graces, appelle-la Ray."
Il avait ouvert l'armoire, en avait sorti un vieux chandail nettement trop grand pour lui et avait retiré sa chemise. Même la pratique de la médecine ne préparait pas vraiment à ce qu'il y avait en dessous. Les flancs, des aisselles aux hanches, n'étaient que cicatrices, des dizaines, des centaines, peut-être. Entrecroisées. Très, très anciennes.
Kara ne savait pas détacher son regard du corps devant elle avec des milliers de questions en tête. Le médecin en elle la fit approcher et, les idées perdues, elle posa ses doigts sur une des longues cicatrices faisant le chemin. Sans aucune idée autre que de voir si c'était une coupure de couteau, un coup de bâton.
Soit il lisait dans les pensées, soit il était habitué aux questions. « Boucle de ceinture." Dit-il simplement.
Elle fronça les sourcils. En observa encore quelques-unes avant d'ajouter : « Voilà donc pourquoi tu hais ton père à se point...?
- C'est plutôt lui qui me hait, tu ne trouves pas?
- Oui, en effet. » Elle enleva ses mains, réalisant ce qu'elle faisait. « Pardon, je sais maintenant à quoi cela ressemble.
- T'as pas à t'excuser." Il enfila le chandail, mit la chemise sur un support, bien proprement. Avait-il volontairement choisi un chandail trop grand par souci de décence? Peut-être bien, parce lorsque son pantalon alla rejoindre sa chemise dans l'armoire, le chandail, qui lui tombait presque à mi-cuisse, masquait même son caleçon.
« Ah, mais si on touche pas les gens ainsi sans demander... »
Elle l'observait vêtu de se chandail trop grand et sourit, en même temps elle appréciait de ne pas le voir moins habillé. Pas que à force de soigner des gens elle n'avait jamais rien vu. Mais quand même la situation était pas la même. Elle alla dans son sac prendre un débardeur noir qui lui arrivait à mi cuisse et un pantalon sport tout aussi noir. Elle se tourna de dos pour faire l'échange ayant des traces de flèches qui l'avait transpercée au bas de son ventre, plus sur le coté qu'au centre.
« Bah, tu as l'autorisation, je sais que tu ne vas pas en abuser." Dit-il en se dirigeant vers son lit. C'était étrange, on pouvait ENTENDRE son sourire. "Et, oui, d'habitude, je dors avec beaucoup moins que ça, qu'on ne vienne pas dire que je ne tienne pas ma part du marché."
Elle rougit sur l'abus de toucher... Elle n'aimait être intimidée alors elle changea cela en taquinerie.
« Non je n'en abuserai pas promis, j'attendrai que tu sois à moitié mort, j'aurai une raison. »
Elle se retenait de lui tirer la langue.
« Le marché n'impliquait pas ce que tu aurais mis pour dormir. Cependant j'apprécie grandement le geste. » Elle enfila son pantalon. « Ça fonctionne comment pour la nuit et le poêle?
- Je ne sais pas à quoi ça va t'avancer, si je suis à moitié mort, mais nous avons des opinions différentes là dessus, je pense. Le poêle a été allumé plus tôt, ça a chassé l'humidité, pour le reste de la nuit, tel qu'il est là, il devrait suffire. Donc, pas d'inquiétude à avoir. Généralement, je me réveille pour le ranimer un peu juste avant l'aube, parce que c'est le moment le plus froid. »
Elle tourne sa langue dans sa bouche 7 fois avant de parler... Et pensait bien selon la réaction : *Je sais si tu es mort, a moitie mort ou tout va quand même bien* ...fini le tour et se tut.
« Je faisais à allusion à la même chose qui à fait que j'ai dormi dans ton lit lorsque je veillais sur toi. Bien, tu te gène pas de me réveiller si quelque chose ne va pas. Je dors de quel côté? »
Elle sortit de l'eau et en but quelques gorgées et lui en offrit.
Il but quelques gorgée aussi. "A droite, si ça ne te fait rien. J'aime autant être du côté de la porte, au cas où... Et, tu vois, je n'ai pas besoin d'être à moitié mort pour que tu dormes ici. Y'a du progrès, non?"
Il s'agenouilla à côté du lit, les coudes sur la couverture, le front posé sur ses mains jointes.
« Oui, c'est un très gros progrès... » Elle le regarda faire, se demandant s'il se foutait de sa gueule à se placer comme cela... « Le dernier que j'ai vu faire ça à tenté de me tuer avec des flèches parce que j'étais impure de ne pas vouloir faire des enfants avec lui dans un monde que je trouvais juste trop fou... »
Il rit doucement. "Non, je n'ai pas l'intention de faire d'enfant à qui que ce soit. Tu me donnes une petite minute?"
Elle fit signe de la tête que oui.
Il ferma les yeux, ses lèvres remuaient, mais on entendait à peine ce qu'il disait. A peine des bribes. "Dominus Tecum... Ora pro Nobis... Hora Mortis Nostrae, Amen." Il se releva.
Elle le regardait, se demandant s'il avait terminé... tout en lui souriant toujours.
« Ça se faisait pas, ça, là d'où tu viens?
- Des prières? Bien, plus ou moins, au choix des gens et ils mettaient ce qu'ils voulaient dedans... Les seules que je connais peut être un peu... c'est humm....votr...non ... Notre père, qui êtes dans l'ciel... non c'est plus beau que ça... qui êtes au cieux, que ton non soit sanctifier... d'ailleurs ça veut dire quoi sanctifier? Enfin bref, que ta reine vienne... quelque chose comme ça...
Mais j'aime mieux l'autre...
- Pater Noster qui in caelis, sanctificetur nomen tuum..." Récita-t'il avec une rapidité de séminariste interrogé. "C'est ce celle-là, que tu parles. Je les ai apprises en latin. C'est quoi, l'autre?"
Elle récita parfaitement le « Je vous salue Marie ».
"Ah ben tiens, c'est exactement, précisément, celle que je viens de dire. C'est toujours celle là ou le psaume 22. Comme quoi... Eh, on est quand même forts, on vient de faire monter d'un cran le niveau de... awkwardness... C'était pas gagné...
- Psaume 22 , je ne connais pas, comme je dis on nous disait que les prières devaient venir du cœur et être récitées que si on croyait réellement en dieux... Mais bon depuis que l'autre curé a essayer de me tuer au nom de dieux qu'il appelait ''tu sais qui'' j'ai un peu perdu le tout. Et les gens qui m'ont montré cela sont tous morts noyés comme quoi cela leur à pas trop servit en final.
- Tu as rencontré un curé bizarre, toi. Ben, même si ça peut paraître étrange, moi, je crois en Dieu. Et des péchés capitaux, je n'en ai pas tant que ça au compteur." Il rabattit les couvertures et se coucha.
Elle rit quand même à cette annonce de ne pas avoir tant de péchés...
« Ça peut me paraître aussi étrange, que toi avoir une femme dans ton lit qui veut dormir. »
Elle prit place dans le lit. Avec le sourire, heureuse de profiter un peu de la chaleur.
« Ouais... Euh... Bonne nuit, alors..." Fit-il un rien nerveusement.
Elle le regardait, retenant un fou rire.
« Calme toi je vais pas de sauter dessus, je suis là pour que tu dormes ... Bonne nuit Aurélien... »
Elle essayait de calmer son fou rire et se pinçait pour arrêter de rire.
Elle put l'entendre sacrer en sourdine. Il se releva sur un coude pour atteindre l'interrupteur. L'ampoule suspendue au plafond s'éteignit, plongeant la pièce dans l'obscurité. On entendait particulièrement bien les tentatives de Kara pour stopper son hilarité.
Elle réalisa soudainement que la lumière était fermée. Elle essaya pendant environ 1 secondes, qui lui parut une éternité de se calmer, de ne pas céder à la panique... Après tout elle n'était pas seule...Mais la pièce était d'un noir presque opaque et elle ne voyait même pas la personne à ses côtés, s'il disparaissait, avec le CDC on sait jamais? S'il arrivait quelque chose elle ne le saurait pas. Paniquée de faillir à sa tâche mais bien plus de ne plus voir Big Daddy ou de ce qui pouvait arriver, elle se retourna vers lui et vint coller tout son corps complet contre le sien, y compris ses pieds froids. Comme pour se rassurer ou voir même s'agripper à lui en passant les bras autour, s’efforçant de ne pas trembler comme une feuille. Quand elle avait accepté cette offre, elle avait oublié cette peur.
Les pieds froids, il avait l'habitude. Il en avait vu d'autres. A la limite, à l’extrême limite, il s'était attendu à quelque chose dans ce genre. Mais, non, ça ne collait pas. "A quoi tu joues?" Chuchota t'il.
Sur un ton paniqué, avec le respire en accélération, le cœur lui débattant à tout rompre, elle tenta d'exprimer, plus ou moins mal, ce qui arrivait... Sur un ton lyrique, presque enfantin, elle dit :  « Je te vois plus... si tu disparais... si... » Elle essayait de reprendre son calme en prenant des grands respires profonds...
Il se passait quelque chose de bizarre. Avec le reste de la situation, ça faisait ton sur ton. Mais là, ça avait quand même l'air plus ou moins grave. Malgré le fait qu'elle s'était agrippée à lui, il parvint à se tourner vers elle, à lui poser une main sur l'épaule. "Mais pourquoi est-ce que je disparaîtrais? Ça va, je suis là!"
Elle continuait de l'agripper pour s'assurer qu'il était bel et bien là. Elle parlait rapidement au rythme de sa panique et de son respire.
« Parce que le CDC, il kidnappe les gens, parce que les gens disparaissent et meurent dans la nuit... Et je ne veux pas que tu meures et je veux pas mourir non plus... Parce que dans le noir, il y a toujours pleins de choses pas nettes qui arrivent. Je t'ai promis je te garderais en vie, je tiens mes promesses moi... »
Tout en parlant, elle restait là, collée, même si sa mains la rassurait encore plus, si elle avait pu se glisser carrément à moitié en dessous pour être sûre de sa présence elle l'aurait fait.
Il expira profondément. Surtout, ne pas céder à la contagion. Ne pas revenir quinze ans en arrière. Il avait déplacé sa main, l'avait mise en arrière de la tête de Kara et lui avait doucement fait accoter son front entre ses clavicules à lui. "J'aime pas bien ça non plus, l'obscurité. C'est une des raisons pour lesquelles j'étais pourri comme scavenger. C'est pour ça que je ne peux pas dormir tout seul. Mais tu ne risques rien, là. Rien du tout."
Elle laissa sa tête entre ses clavicules, sentait son odeur et sa présence ce qui la calmait un peu quand même. Elle glissa sa jambe entre les siennes, doucement... Son respire c'était calmé mais son corps tremblait encore et sa voix aussi, son cœur battait toujours très fort. Mais collée ainsi elle savait qu'elle n'était pas seule.
« Mais le CDC est déjà venu ici. Il t'avait endormi, pas Tiger, mais toi oui... S'il te prennent cette fois? On peut pas mettre juste une petite lumière? Question que je puisse te voir. »
Entre le marteau et l'enclume. Oui, c'était exactement ça. Il comprenait, très bien, sa peur. Il aurait été inhumain de ne pas la rassurer. D'un autre côté, si elle continuait comme ça, il ne répondait plus de rien. Et de la lumière, c'est lui, que ça aurait fait régresser. Bienvenue dans l'impasse... « Tu n'as pas besoin de me voir. Tu sais que je suis là, non? »
Elle tentait toujours de se calmer en se fiant à la voix de Big Daddy...
« Oui, je sais mais si je me décolle et que cette nuit je me réveille et que tu es pas là... Si en dormant on se sépare, je te verrais plus et je me réveille et tu es pas là et je te vois pas... »
Maintenant plus calme elle avait un peu honte mais sa peur reste là ancrée en elle, ce qui faisait qu'elle ne se décollait pas.
« Juste une petite lumière , une lampe de poche comme ça si je me sépare je vais pouvoir l'allumer... Promet moi tu partiras pas.
- Promis. Je ne vais nulle part. Si vraiment, pour une raison ou une autre, tu as besoin de lumière, l'interrupteur est juste à côté de moi, sur le mur. Mais tu n'en as pas besoin pour le moment. Des fois, faut faire des actes de foi.
- Des actes de foi, mais de quoi tu parles, je comprend pas. »
Elle tenta alors d'aller machinalement vers l’interrupteur, le poussant un peu mais sans tentative de le brusquer. Retombant la tête dans son cou la main tendue à quelques pouce de l'interrupteur.
« Tu sais que la lumière est là, à ta portée. Mais tu ne l'allumes pas, parce que tu te fais confiance. Et tu me fais confiance. C'est ça, un acte de foi." Expliquer ce genre de choses, ce qui aurait été si simple, en d'autres circonstances, lui demandait beaucoup, beaucoup de concentration.
Elle se releva un peu, tenta de le voir au travers du noir et réalisa qu'elle parvenait à le voir un peu... Ce qui la rassura plus... et calma son cœur et cette sensation d'étouffement.
« Ta barbe pique, un peu tu sais? »
Voyant qu'elle n'arrivait pas à se rendre à l’interrupteur, elle pousse un peu comme pour le mettre au défi de le faire tomber sur le dos, pour se rendre à celui-ci... Aucune idée en tête précise mais désirant avoir de l'aide sur le sujet de la lumière.
« Tu crois que tu sauras m'empêcher d'y aller par réflexe? »
Il s'était redressé sur un coude, comme pour faire une barrière entre elle et l'interrupteur. "Je vais me gêner, tiens! J'ai horreur d'avoir cette lumière en pleine face sans raison valable." Il la taquinait, il dédramatisait, il faisait vraiment de son mieux.
Elle ne comprenait pas trop ce qui arrivait, la noirceur prenait comme un second plan tranquillement. Elle se releva un peu pour aller sur lui une jambe de chaque coté, pour gagner du terrain sans vraiment arriver à aller à l'interrupteur.
« Ah-Ah! Comme ça tu arrivera pas longtemps à m'empêcher! »
Alors là elle n'avait plus vraiment le besoin de lumière dans la tête, mais le jeu.
« Ah ouais? C'est vraiment ce que tu crois?" Il lui avait attrapé les poignets et avait amené ses mains de part et d'autres d'eux. "Ok, maintenant, allume l'interrupteur par la force de ta pensée!" Soit Tiger avait raison, soit... Et puis quelle importance, qui vivrait verrait.
Elle éclata de rire cette fois essayant de se défaire, sans trop de conviction. Elle se concentra quelque seconde regardant vers l'interrupteur qu'elle ne voyait pas en fait. Mais constata quand même que ses yeux semblaient un peu mieux voir.
« Ça prend quand même les mains pour faire de la télé kisn...télé sky... rhooo... télékinésie... »
Elle essaya de se déprendre un peu et glissa ce qui la fit tomber de tout son long sur Big Daddy, et la fit rire encore plus.
« Ah bon, je savais pas qu'on avait besoin de ses mains pour faire de la télékinésie. Pour ça, par contre, pas besoin." Et il l'avait embrassée parce que, rendus là, c'était encore ce qu'il pouvait faire de moins compromettant.
Elle figea un moment, entre le what the fuck, oui, mais j'aime ça... Je me recule vite c'est dangereux... et heu... Finis avec...Elle se recula quelques seconde, pas du tout de manière agressive, regarda Aurélien un moment, sans rien dire et revint poser ses lèvres sur les siennes pour l'embrasser. Se balançant un peu sur le coté pour retomber à sa place.
Il avait lâché ses poignets pour lui permettre de s'éloigner, si elle le voulait. Il était préférable de ne pas bouger. D'attendre, éventuellement, les reproches...
Sa crainte de la noirceur avait été fortement dissipée, la panique était retombée, mais il n'était pas question que cela recommence. Et elle n'en voulait pas du tout à Big Daddy. C'est pourquoi elle vint juste à moitié sur lui, ses jambes restant de son côté du lit mais son torse sur le sien. Si on avait pu voir dans le noir aussi bien que dans la journée une lueur plus ou moins amusée avait passé dans les yeux de Kara. Elle voyait bien qu'il ne bougeait pas et là c'était le test de ce qu'ils venaient de faire. Il semblait attendre quelque chose alors pour voir sa réaction elle revint simplement lui poser un baiser sur son nez, puis sur sa joue, puis juste sur le coins de la lèvre.
Lui qui s'était plutôt attendu à se faire engueuler, pour le coup, il était pris de court. C'était cette fois ci à lui même qu'il se posait la question : "A quoi tu joues?" Question qui se posait encore davantage quand il se rendit compte qu'il avait passé un bras autour de la taille de la jeune femme.
Elle sourit devant cette réaction qui était pour le moins...Étrange, mais c'était la soirée des étranges. Elle se demandait juste si elle permettait cela, si cela changerait tout, si il n'agissait pas juste parce qu'elle était là. En même temps des filles il pouvait en avoir autant qu'il voulait. Pourquoi? Elle se donna l'ordre ''Kara, arrête tes questions''. Elle remit sa jambe à la position de départ, juste une qui se glisse entre les siennes, question de confort. Elle l'embrassa encore une fois.
Il serait toujours temps, plus tard, d'expliquer que ce genre de choses ne lui arrivait pas souvent. La plupart du temps, il avait affaire à des femmes que ça ne se faisait pas, d'embrasser. Mais dire ça, là, c'était le meilleur moyen de s'en prendre une. Pour une fois, il allait mettre de côté son talent pour l'autosabotage. Pour voir, tiens... Lui aussi avait arrêté de se poser des questions. Il l'avait serrée contre lui et avait enfoui son visage dans son cou.
Elle frissonna. Un homme dans son cou, elle n'avait jamais eu cela. Elle lui murmura à l'oreille doucement, se demandant si c'était la bonne chose à faire... Mais il lui ferait bien savoir.
« Bonne nuit, à demain matin. »
Il n'est jamais facile de faire obstacle à quinze ans d'habitudes devenues presque des réflexes. Mais ça en valait peut-être la peine, qui sait? Alors ça lui avait pris tout son petit change, mais il était parvenu à lui répondre sur le même ton. "Si tu as froid, réveille moi, que j'aille mettre du bois dans le poêle. Ok?"
Elle murmura un OK, semi-endormie car malgré tout ce qui c'était passé, c'était la première fois depuis longtemps qu'elle se sentait vraiment en sécurité. Elle espérait seulement qu'il dormirait lui aussi, après tout, c'était le but du départ même s'ils avaient un peu dévié la course.
avatar
Pierre (Dieu)
Admin

Messages : 219
Date d'inscription : 28/09/2010
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur http://ruins.simplygaming.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nemophilist & Nefelibata

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum